Niké MOUSE – COMMANDOS ANTI RADARS

Les français commencent à en avoir plus que marre des radars routiers…

et ils sont de plus en plus nombreux à faire leur coming out...

La contre-attaque pacifique, hexagonale et néanmoins sournoise s’organise donc à la nuit tombée… La lutte est inégale mais le petit village gaulois a des ressources. Et, à la pleine lune, tels des loups-garous, les anarchistes à la mode Brazil sortent en tapinois pour « se faire un radar », et se procurer ainsi un peu de frissons à bon compte, masqués qu’ils sont derrière les talus autoroutiers… Bien sûr la joie ancestrale des longues campagnes napoléoniennes, loin des chaumières enneigées, avait une autre gueule, mais à d’autres époques d’autres mœurs et à chacun sa résistance, il s’agit sans doute là d’une forme d’amusement potache et bon enfant un peu comme le kidnapping de nains de jardins…

Il y a eu le « Capitain Gatso » en Angleterre qui a ouvert la voie…, puis ensuite le « FNAR », pour Front National Anti Radar ou Fraction Nationaliste Armée Révolutionnaire… qui lui, sans complexe, façon puzzle, a fait sauter les radars à coup de dynamite…, c’était en 2007 !

6 ans plus tard… les commandos anti-radars semblent s’organiser doucement mais sûrement, … c’est aussi parfois un citoyen, seul, isolé, un peu chômeur, un peu border line, pas très fute fute, parfois basané, un djeune, mais pas toujours, pas très catholique en tout cas, un punk, un ahuri, un sans grade, un dupont-lajoie, un con du jour, un françois pignon de bas étage qui en a marre de se faire sucer la moelle, un idiot du village, un ravi de la crèche, un joueur à l’Euromillion, un connard de service avec la gueule de l’emploi, ou tout simplement un citoyen lambda, modeste et sans histoire, qui en a plus que ras la casquette de se faire enlever son dernier point de permis et 90 € de son salaire de prolétaire de misère pour un dépassement de 7 km/heure, sur une route limitée à 50 km/heure... C’est aussi que l’envie ça démange... et après tout éclater un robot c’est quand même bien moins grave que de faire bouffer son dentier à Tatie Danielle.

Faut reconnaitre aussi que le ras-le-bol anti-radar est devenu tellement généralisé parmi les français que même les pandores et la maréchaussée ont de plus en plus honte de devenir des auxiliaires des centre des impôts et répliquent à leur manière en masquant les radars avec du scotch, des sacs poubelles (et un peu de testostérone), faut le faire... !

Mais oui ça existe, ma bonne dame... !

Seul étonnement et seule surprise à vrai dire, c’est que ce genre de manifestation de révolte gauloise envers les radars routiers ne se soit pas produite plus tôt… ? En tout cas les français ne sont pas en mal de créativité, c’est le moins que l’on puisse dire, et les techniques variées employées par nos compatriotes allient le charme de la scie à découper, l’élégance du chalumeau, la délicatesse du pic de mineur à la grâce du chromatisme sauvage développé par la bombe à peinture, mais évidemment... pas tous les radars peuvent avoir l’insigne chance - comme en Corse - d’être taggés au 9 mm ou aux balles explosives...

Chroniques de Mars - Niké MOUSE /-) pour K2M © 2013

A LIRE AUSSI sur le BLOG ARQA //

25/7/2013 - DES DRONES aux USA contrôlent les routes


MARS EYE 2013

En 2013, Marseille est Capitale Européenne de la Culture, les éditions ARQA qui fêtent cette année leurs dix ans d’activités se devaient dans la continuité du travail déjà accompli de proposer à leurs lecteurs plusieurs ouvrages de qualité, avec des auteurs reconnus et surtout avec la présentation de nombreuses recherches et documents d’archives inédits. Avec les livres de Georges COURTS, Gino SANDRI et la Trilogie de Gil ALONSO-MIER sur les guérisseurs spirituels de la fin du XIXe siècle, Vignes, Schlatter, et Philippe de Lyon, voilà chose faite.

En souhaitant donc à tous nos lecteurs de très bonnes lectures !


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.