MADMACS - Dance your PhD

Je trouve toujours très suspects les rapprochements que font certaines personnes, de deux domaines aussi éloignés que la science dure, mathématiques ou physique, et les sciences humaines, comme la philosophie ou la religion. A mon avis, seul quelqu’un de totalement inculte dans les deux domaines peut réellement tenir un discours du genre, le bouddhisme avait déjà trouvé, il y a deux mille ans, ce que la relativité d’Einstein ne nous a révélé qu’au XXe siècle. La relativité est une série d’équations dont je doute que les bouddhistes aient l’équivalent, même sous forme de concepts élaborés, et de même la façon dont ils envisagent la relativité est bien plus complexe que celle dont ces équations nous parlent.

Dire que les deux coïncident c’est comme de dire qu’utilisant les mêmes mots, ils veulent dire la même chose. Et je vous passe les fumeux rapprochements qui suivent en général les discours commençant par « comme le dit la mécanique quantique… ». Toute personne ayant déjà étudié la fonction d’onde de Schroedinger pourra vous dire qu’elle n’a rien à voir avec l’allégorie de la caverne de Platon, ni l’équation à la base du principe d’Heisenberg avec la théologie négative de Nicolas de Cues.

Mais autant les sciences humaines et les sciences dures sont insolubles les unes dans les autres, autant je trouve les rapprochements de l’art et de la science très fructueux. Ainsi, une initiative incroyable a vu le jour dans une université américaine, il s’agit de chorégraphier les thèses des étudiants. Oui, vous avez bien lu, « Dance your PhD », en français « Danse ta thèse », est un concours de vidéo de chorégraphies expliquant le contenu de thèses portant sur des sujets aussi abscons que « Comprendre le rôle du MYCN dans le neuroblastome en utilisant une approche de biologie des systèmes » ou bien « Kinase d’adhésion focale comme un transducteur cellulaire » voir même « Caractérisation biophysique des peptides transmembranaires utilisant la fluorescence » !

Et tout ceci donne une série de vidéo de chorégraphies pour lesquelles vous pourrez voter sur cette page, après les avoir visionnées, bien sûr, ce que je vous encourage à faire.

Certes on est parfois bien loin de Maurice Béjart, mais l’approche est d’une fraicheur stupéfiante et le sérieux avec lequel ces jeunes étudiants travaillant sur des domaines ultra-spécialisés ont œuvré pour la transmission de leur travaux à travers la danse me laisse baba d’admiration. Je rêve d’un concours pour les développeurs informatique sur le thème de « Danse ton programme » qui essayerait par exemple de montrer le fonctionnement intime d’un programme de traitement d’image sous la forme d’une chorégraphie de milliers de personnes chacune personnifiant un pixel et dansant les divers traitements auxquels il est soumis… On trouve souvent le pire sur Internet, mais aussi parfois le meilleur.

Quelle belle initiative !

MADMACS - Novembre 2013 // pour les Chroniques de Mars © No 13.


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.