Thierry E. GARNIER - Le centenaire de l’abbé Boudet - 1915-2015

Dissonance des deux Rennes ou une certaine allégorie du miroir

« Les noms des divers terrains, dans le Cromleck de Rennes-les-Bains, n’évoquent point le souvenir des funérailles celtiques, parce qu’elles sont déjà écrites dans le pays des Sordes, à Caucoliberis et Illiberis. Jules César en loue la magnificence extrême. La croyance inaltérée à la vérité de l’immortalité de l’âme, conduisait les Celtes à déployer une grande pompe religieuse dans les derniers devoirs rendus à leurs parents et à leurs amis. Ils ensevelissaient les morts dans des tombeaux formés de terre et de pierres, élevés en cône et connus sous le nom de barrow, – barrow (barrô), tombe, tertre. »

Abbé Henri Boudet – La Vraie langue Celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains

... Il fut un temps béni, au début de l’été, où les thermalistes accouraient en grand nombre, à Rennes-les-Bains, pour prendre les eaux et soigner leurs rhumatismes. Ce fut l’époque faste, à la Belle Époque, de la petite cité audoise. A cette époque-là, la Rennes « d’en haut » se trouvait bien délaissée... Aujourd’hui, à la saison estivale, c’est par cars entiers que des touristes venus du monde entier se rendent à Rennes-le-Château, l’antique Rhedae, pour visiter le mythique domaine de l’abbé Saunière, son église dédiée à la sainte pécheresse et sa tour ÀMagdala ; ils viennent-là, ces touristes de toutes les nationalités, pour tenter de comprendre la solution d’un mystère qui échappe toujours aux investigateurs les plus perspicaces. Comme un reflet dans un miroir qui inverse le sens des réalités, les deux Rennes, grâce à leurs deux curés devenus désormais légendaires, se retrouvent aujourd’hui dans la lumière solaire pour mieux faire découvrir le lustre d’antan de leurs deux villages.

Cette année 2015 marque résolument, à Rennes-les-Bains, le centenaire de la mort de son curé, un abbé simple et discret, érudit, humaniste, guérisseur à ses heures, faisant le bien tout en restant très proche de ses ouailles. À la différence de son confrère de Rennes-le-Château, l’abbé Saunière, fantasque et haut en couleurs, passé à la postérité comme étant, lui, « un curé aux milliards », Henri Boudet (1837-1915) tient sa cure avec honorabilité et sans tapage aucun. Est-ce finalement pour cette seule raison que la Rennes « d’en haut » est si différente de « celle d’en bas »… ? Car, après tout, ne sont-ils pas tous deux porteurs d’une révélation, ces deux prêtres que tout semble opposer ? L’un comme l’autre, à leur manière, ont apporté chacun leur part de mystère tels des ânes chargés de reliques ils ont laissé, à l’ombre des âges, un bien curieux héritage, un bien étrange legs disposé en évidence pour ceux qui sauront décoder les arcanes du mystère avec, avant tout, la foi du berger pour accompagner les meilleurs et, si besoin, le souffle d’Asmodée exhalant ses vapeurs de soufre, pour éructer dans le dos des mécréants. Asmodée est à Rennes-le-Château, mais son fauteuil est à Rennes-les-Bains.

Avec Saunière - accompagné d’une servante docile - c’est surtout l’église et le domaine qui interpellent. Une église restaurée en peu de temps, reconstruite avec l’aide de personnalités très influentes, un domaine édifié et décoré à l’époque par un simple curé de campagne, de la façon la plus extravagante qui soit, ne peuvent qu’interroger les chercheurs ? Mais d’où provenait tout cet argent ? Avec Henri Boudet c’est son ouvrage, La Vraie langue celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains, un livre avec lequel il aura une reconnaissance posthume, certes bien tardive, mais absolument incroyable, qui ne s’accorde pas avec le côté convivial et méthodique de l’abbé. La Vraie langue celtique est en apparence un ouvrage « hermétique », à tous les sens du terme, il appartient à chacun d’en découvrir le cryptage ! Dans son ouvrage, Boudet nous met en garde et nous signale que : « le cromlech de Rennes-les-Bains est intimement lié à la résurrection, ou si l’on veut, au réveil inattendu de la langue celtique… ». Mais que faut-il en déduire ? De façon sous-jacente, l’abbé de Rennes-les-Bains ne veut-il pas également nous interpeller directement sur une autre « résurrection » - celle dont-il célébra chaque dimanche les mystères eucharistiques, année après année, durant quarante-deux ans à officier dans sa petite église de Rennes-les-Bains ? Aujourd’hui, cent ans après sa mort, l’abbé Boudet est en passe de devenir maintenant aussi célèbre que son confrère de Rennes-le-Château.

Mais pour quelles raisons cet engouement ? Force est de constater qu’au fil des décennies, ce que l’on appelle « l’affaire de Rennes-le-Château » s’est fortement déplacée vers sa sœur jumelle, un peu plus en contrebas, en direction du Bugarach, vers l’ancienne petite station thermale, justement située sur le tracé du Méridien de Paris, la fameuse Roseline du 17 janvier. Mais revenons à nos deux ecclésiastiques, ces deux curés ne sont-ils pas, en réalité, aux antipodes l’un de l’autre…, quand le premier fait du trafic de messes dans son église, le second assiste volontiers les curistes par la prière - authentique celle-là - au quotidien, pour soulager avec la bienveillance qui le caractérise tous les maux de l’âme qui encombrent ses paroissiens. Une fois chassés les démons, c’est avec charité et bonté, à « l’imitation de Jésus Christ » pour reprendre la belle formule de Thomas a Kempis, qu’il soigne enfin les corps malades après avoir tenté de sauver les âmes égarées. Bien sûr, on ne peut passer sous silence que cet abbé discret et fort érudit fut révélé au monde comme un prêtre énigmatique et controversé, rendu si étrange grâce à la publication, en 1886, de son impénétrable ouvrage : La Vraie langue Celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains. Un livre évidemment codé nous dira notre ami André Goudonnet !

Mais quel en est le code - Et où donc est-il caché ce mystérieux « cromlech » ?

Il faut bien reconnaître qu’un siècle après la mort d’Henri Boudet (...).

Thierry E. GARNIER - Extrait de la Postface au livre d’André GOUDONNET - " Henri BOUDET - Abbé de Rennes-les-Bains " – © Les Chroniques de Mars, numéro 18 - Septembre - octobre 2015.


André GOUDONNET // Le centenaire de l’abbé Boudet - 1915-2015 #1

André GOUDONNET // 5 INÉDITS de l’abbé Boudet - 1915-2015 #2

André GOUDONNET // Henri BOUDET abbé de Rennes-les-Bains - Sommaire

Christian DOUMERGUE // Le centenaire de l’abbé Boudet - 1915-2015

Thierry E. GARNIER // Le centenaire de l’abbé Boudet - 1915-2015

Thierry E. GARNIER // A propos d’une certaine photo dite… « de l’abbé BOUDET »

Thierry E. GARNIER // La dernière demeure d’Henri & Edmond BOUDET

Franck DAFFOS // Une dédicace inédite d’Henri BOUDET à Mgr BILLARD



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.