OBJECTIF MARS // Michel GRANGER // Qu’y a-t-il de réel derrière les « abductions » ?

Devant la recrudescence de sites Internet qui s’approprient

par le biais de copier-coller nos articles, nous rappelons que //

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.


Qu’y a-t-il de réel derrière ce qu’on nous sert – et nous vend – depuis 35 ans comme des enlèvements, le plus souvent contre leur volonté, de paisibles terriens kidnappés par des extraterrestres puis "retournés" avec diverses séquelles ?

Et ce, en usant des récits de malheureuses victimes qui croient avoir été ainsi emportées et en s’attardant sur le légitime traumatisme engendré qui les affecte et les dépasse.

Or ces gens n’ont manifestement jamais quitté leur lit. Mais alors, que racontent-ils ? Sont-ils des hallucinés, des malades mentaux ou les victimes d’une intrusion psychique venue d’ailleurs ?


Il y a longtemps que je m’interroge sur ce qu’il peut y avoir de vrai dans les narrations des « abductés ». Un projet de livre, il y a 15 ans, avec un ami psychiatre hélas décédé, m’avait convaincu à l’époque que "cette crise d’abductionnite aigue" qui ravage l’ufologie depuis 1980 n’était qu’un fait de la société américaine, le résultat d’un mal-être généralisé de la population, de problèmes individuels psychologiques plus ou moins psychotiques, mnésiques, oniriques, etc., tous relevant assurément de la pathologie mentale.

Or, je dois reconnaître avoir un peu évolué aujourd’hui et être moins catégorique quant à la cause du phénomène. Mais avant de passer à ce que pourrait être ultimement une « abduction », je voudrais lister tout ce qu’elle n’est clairement pas et qui alimente surtout ce qu’on en dit.

Des chiffres exagérés

Tout d’abord, elle n’en est pas à un stade « épidémique » comme on nous l’a fait croire ; le nombre de ces « abductés » a été grossièrement gonflé dans les années 1990 au point d’atteindre à l’hystérie. Bizarrement, on n’a pas recensé les gens qui prétendaient alors avoir été enlevés par des extraterrestres en leur posant directement la question (1) ; ceux-là risquaient d’être ridiculement peu nombreux. Plutôt, on les a fabriqués avec un jeu pervers de 5 questions indirectes sensées être « indicatives d’une expérience d’abduction ». Celles-ci concoctées par deux auteurs à succès en la matière, dits « abductionnistes », et un sociologue éminent sont les suivantes :

1/ Avez-vous eu un jour, en vous réveillant dans votre chambre à coucher, une sensation de présence ?

2/ Avez-vous eu l’impression de voler dans l’air ?

3/ Avez-vous eu une expérience de « temps manquant » ?

4/ Avez-vous observé des lumières dans votre chambre ?

5/ Avez-vous constaté des cicatrices bizarres sur votre corps ?

Toutes questions représentant, n’est-ce pas, un critère fondamental pour décréter qu’une personne a bien été enlevée par les E.T. !

Or, 18 personnes seulement sur 5947 sondés ont répondu « oui » à ces 5 questions. La logique aurait été de déduire que 0,3 % (18/5947) de la population américaine remplissait les critères de cette expérience, soit 820 000 individus. C’était déjà "hénaurme", mais il y avait un problème statistique : pour un échantillon de 6000 sondés, la marge d’erreur est de +/- 1,4 % ; ainsi, théoriquement, les 18 « abductés » révélés de la sorte peuvent être les seuls touchés par l’expérience en question dans toute l’Amérique ! Malédiction ! Du coup, les analystes, alertés par les statisticiens, décidèrent d’abaisser leurs critères de sélection et de se contenter de 4 « oui » et d’un « non » pour décerner le statut d’« abducté » !

Sans se livrer à la moindre recherche d’inter-corrélations, ils déduisirent mathématiquement des 119 réponses à 4 oui aux 5 questions clés que 2 % de la population américaine présentaient alors les critères requis de l’« abduction », soit entre 1,11 et 6,29 millions aux extrêmes de la marge d’erreur. D’où le nombre de 3,7 millions (moyenne) d’Américains « ayant une forte possibilité d’être un abducté ovni » annoncé en 1992 à grand renfort de publicité. Cela devint vite dans la presse populaire, notamment en France : « Des millions d’Américains disent avoir été enlevés par des extraterrestres. ».

Le désintérêt des scientifiques académiques

La plupart des scientifiques US ne croyant pas un mot de cette fable à base d’extraterrestres emportant temporairement quelqu’un quelque part à partir de sa chambre à coucher, lieu privilégié de l’« abduction », puis le restituant à sa famille (les « abductés » interrogés ont été renvoyés chez eux puisqu’on a pu les interroger !), soit n’y prêtèrent aucune attention, soit, au contraire, refilèrent la patate chaude à leurs collègues qui, dans le cadre des symptômes de ce nouveau « syndrome » apparemment très répandu, virent un moyen de se faire subventionner des études sociologiques dans les domaines des troubles psychiques.

C’est ainsi qu’on vit s’engouffrer dans ce créneau d’étude des « abductés » toute une foule de chercheurs marginaux, non pas appointés en astronomie ou en physique, mais en anthropologie, psychologie, philosophie, psychosociologie, etc., toutes ces disciplines (elles n’ont pas le statut de science) s’attachant à étudier les comportements sociaux "les plus manifestes comme les moins avoués" des groupes humains : notamment, les névroses et autres affections mentales. L’abduction était-elle un terrain en friche nouveau propice à ces études ? Il faut le croire car elles se multiplièrent.

Beaucoup plus facile est de classifier les différents syndromes qui pourraient s’appliquer à celui de l’« abduction ». Ainsi tout y est passé : psychose, fantaisie (syndrome de Peter Pan), cauchemars neurotiques, troubles « hypnagogiques », neurologiques, délire onirique (rêve éveillé), déviances psychiatriques, théorie des faux souvenirs, celle de la paralysie du sommeil (terreur nocturne), paranoïa, contamination de la croyance religio-mythique, cause sexuelle, et j’en passe.

Je n’ai rien contre ces nouveaux savants sinon que, les ayant tous pratiquement lus, ce qui constitue un investissement en argent, et aussi en temps, non négligeable, mais complètement inutile, j’ai constaté qu’aucun ne prête le moindre intérêt à la problématique ovni, la plupart étant d’ailleurs totalement sceptiques.

Tout cela sous couvert de l’intention de soulager les victimes des souffrances qu’ils endurent, souffrances morales et non physiques car aucun « abducté » n’est revenu de son aventure avec la moindre contusion qui puisse être imputée à son excursion.

Quant aux « abductionnistes » qui se sont faits une réputation sur le dos des « abductés », grisés par le succès littéraire qu’ils en ont retiré, ils n’ont guère cherché à voir leur "travail" (en général, une exploitation habile des récits des « abductés ») publiés dans les journaux scientifiques et demeurèrent en dehors du courant dominant de la connaissance.

Enfin une étude sérieuse

Or, j’ai découvert une exception avec une étude parue en août 2010 dans le Journal of the British Interplanetary Society, une revue présentant des articles académiques à comité de lecture du monde entier sur tous les aspects de l’astronautique ; l’auteur, M. Hensher (2), après avoir constaté qu’« il n’y a aucune évidence physique pour soutenir l’abduction », s’interrogeait pour savoir si les « abductions aliens constituaient une visitation extraterrestre ». J’avoue que sa lecture a contribué grandement à me faire moduler ma position sur l’origine purement psychiatrique du phénomène.

Enfin quelqu’un qui se pose les bonnes questions sur ces gens qui croient avoir été « enlevés » par des extraterrestres sans le parti-pris de journalistes en mal de notoriété, ni l’opportunisme des sociologues et des psycho-philosophes.

M. Hensher rejette en bloc les pseudo-preuves telles que les marques et cicatrices sur le corps des allégués « abductés », le phénomène du « fœtus manquant » sous prétexte que 15 % des femmes sont sujettes à l’avortement spontané et l’affaire des « implants ». En effet, aucune de ces excroissances cutanées ou sous cutanées n’a jamais été formellement identifiée comme « artificielle ».

Et, bien qu’il conclue que le phénomène d’« abduction » ne se prête probablement pas à l’expérimentation contrôlée, il propose un cadre formel pour la recherche de sa détection externe physique ; et ce, au moyen d’un suivi actif des supposés « abductés » déclarés ou non faisant la part des vrais « abductés » et des « non-abductés ». Ainsi, laisse-t-il la possibilité qu’il n’y ait pas que des « abductés » imaginaires et que le phénomène « non purement physique » puisse impliquer une « intervention ». Et il se pourrait que les « abducteurs » en toute vraisemblance cherchent activement à camoufler ou cacher leurs actions. D’où la difficulté de la « détection ».

Que des choses aussi pertinentes puissent être ainsi écrites dans une revue « à référés » (donc adoubés en l’occurrence par les membres de la Société Interplanétaire Britannique) m’a intrigué au point de vouloir contacter l’auteur pour savoir qui il est. M. Hensher m’a aimablement répondu : il est Britannique et travaillant dans le secteur de la santé (donc ni un ufologue, ni un sociologue) vivant actuellement en Australie. Et il n’a rien écrit d’autre sur les « abductions ». A la question plus personnelle de savoir comment il avait pu ainsi passer un texte sur cette question sulfureuse dans une telle revue sans verser dans le scepticisme borné et à quelles conditions, je n’ai malheureusement pas eu de réponse.

Je vous ai dit que son étude, usant de l’appellation « vrais et faux abductés », m’a amené à réfléchir sur le fait que je faisais peut-être fausse route en ne voulant définitivement pas envisager une autre alternative à celle des victimes de troubles psychiatriques, confabulations, fantaisie masochiste ; et, parmi ces autres pistes autour de l’« abduction » peut-être négligées, il en est une à mon sens qui mérite approfondissement : c’est celle de l’intrusion psychique, surtout que celle-ci n’est pas incompatible avec la thèse extraterrestre ; et ce, sans avoir recours aux notions hautement hypothétiques de « comédie mythique » (Sider), de Super Intelligence (de Brosses), ni une « manipulation de notre perception de la réalité » et autres « système de contrôle » (Vallée), ni aux archétypes et autres dérivés de l’inconscient de la thèse jungienne. Ni aussi d’y voir quelque intention de transformation collective qui, en fait, est un fantasme non pas d’« abductés », mais de ceux qui les induisent à raconter ce qu’ils pensent eux-mêmes.

La solution non pathologique ultime

C’est dans le cadre oubliés de « contactés » des années 1960 que je crois devoir placer l’ultime possibilité que le phénomène des « abductés » puisse avoir un lien avec les ovnis et leurs occupants : un rapprochement « abductés »/« contactés » guère à la mode, dont les dernières références remontent à plus de 20 ans. Ceci, bien que la plupart des « contactés » se soient ridiculisés en se disant en communication avec des créatures qui, à l’évidence aujourd’hui, n’existent pas : les Martiens (Adamski, Alligham, etc.), les Vénusiens (Adamski, Strange, H. Smith, G. Ballard, etc.), les Saturniens (Adamski) ; ils ont d’ailleurs été méprisés par les ufologues qui leur reprochaient de tourner la question ovni en ridicule, ce qu’ils ont fait, en effet.

Les « abductés » en tant que « contactés » d’aujourd’hui sont-ils plus crédibles ? J’avoue que le folklore organisé autour d’eux ne permet guère d’y voir clair. On a suffisamment dit que le problème des ovnis était les ufologues. Les « abductionnistes » de tous poils jouent-ils ce même rôle néfaste en surimposant leur propre scénario à l’histoire racontée ? Cela a été flagrant avec les tentatives de l’hypnose.

Le « message » qu’ils transmettent n’est pas non plus très digne de ce qu’on pourrait attendre comme émanant d’êtres supérieurs : la plupart de leurs récits sont d’une affligeante platitude et les créatures qu’ils disent avoir rencontrées étaient occupées à des tâches dégradantes (pédophilie, fornication, hybridation, extraction de fœtus, etc.). Le caractère messianique a été supplanté par la pornographie.

Ces « abductés » sont-ils analogues aux « contactés silencieux » tels que qualifiés par John Keel (1930-2009) par son invention des ultraterrestres dont on n’a jamais bien su ce qu’il voulait désigner par là ?

Comment alors détecter dans la masse des affabulateurs et des malades ceux qui pourraient capter quelque message télépathique en provenance de créatures étrangères venues se placer en périphérie terrestre depuis des lustres ? On a là bien besoin d’une méthode de détection et de suivi des « abductés » allégués. C’est dans ce sens qu’il est dommage d’apprendre que l’article de M. Hensher a suscité « très peu de réaction depuis sa publication » (email du 27 janvier 2016).

Un texte inédit de MICHEL GRANGER pour les Chroniques de MARS © février 2016.

Écrire à l’auteur //

* * *

(1) Un autre sondage en 1998 a posé, lui, la question directe : « Avez-vous été enlevés par les occupants d’un ovni » à 1972 personnes. 0,6 % ont répondu oui. Cela ramène le nombre d’« abductés » à 1 800 000, ce qui est déjà proprement époustouflant. Mais la taille de l’échantillon est beaucoup trop petite pour avoir donné un résultat significatif. Donc aucune statistique valable n’existe sur les « abductés ».

(2) Martin Hensher, "Is « Alien Abduction » Extraterrestrial Visitation ? Developing prospective study designs to gather physical evidence of alleged « Alien Abduction »", JBIS, Vol. 63, pp 307-315, 2010.



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.