Jacques MANDORLA - L’énigmatique pierre de Rosette, clef du déchiffrement des hiéroglyphes

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.


19 juillet 1799 : un officier de Bonaparte découvre, près du village de Rachid dans le delta du Nil, une pierre en granit comportant trois écritures différentes dont deux sont totalement inconnues. Personne ne se doute alors que, 23 ans plus tard, un jeune Français du nom de Champollion parviendra à déchiffrer les énigmatiques hiéroglyphes égyptiens !

Le village de Rachid, nommé Rosette en Français, est situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est d’Alexandrie. Entre ces deux villes se trouve le port d’Aboukir où, en août de l’année précédente, la flotte du général (il ne sera sacré empereur qu’en 1804) Napoléon Bonaparte a été taillée en pièces par les navires anglais commandés par l’amiral Nelson.

Cette campagne militaire d’Égypte, menée de 1798 à 1801, se double d’une remarquable expédition scientifique nommée Commission des Sciences et des Arts : 167 savants de toutes disciplines (historiens, ingénieurs, botanistes, dessinateurs…) accompagnent l’armée afin de réaliser un relevé des principaux trésors archéologiques des anciens pharaons.

Dans le village de Rosette réside une garnison française. Sa mission : consolider une forteresse en mauvais état, appelée Fort Julien et située sur la rive gauche du Nil. Il s’agit, en effet, d’être prêt à repousser une éventuelle attaque des Ottomans, alliés des Anglais. Les travaux sont dirigés par le lieutenant Pierre Bouchard, un jeune polytechnicien de 28 ans. Un jour, dans un coin du fort, ses hommes tombent sur un gros bloc de granit sombre de dimensions imposantes : 112 cm de hauteur sur 76 cm de large et 28 cm d’épaisseur. Les soldats ont beaucoup de mal à relever la pierre car elle pèse un peu plus de 760 kg !

Trois textes dont deux totalement mystérieux

Cette pierre n’aurait sans doute jamais intrigué Bouchard si celui-ci n’avait constaté qu’elle portait, sur l’une de ses faces, un ensemble de signes mystérieux. En observant les inscriptions de plus près, il s’aperçoit qu’il y a, en réalité, trois textes totalement distincts.

Ceux de la bande du haut s’étalent sur 14 lignes rédigées en hiéroglyphes, l’écriture sacrée des pharaons égyptiens apparue vers 3 200 avant J.-C. et que plus personne ne comprend depuis au moins 15 siècles. Malheureusement la partie supérieure de la pierre est nettement cassée aux deux angles.

Les textes de la bande du milieu occupent 32 lignes, mais dans une écriture que les savants de l’expédition ne parviennent pas à identifier : certains parlent d’une écriture syriaque (langue des anciennes Syrie et Palestine), d’autres d’une écriture copte (langue des premiers chrétiens d’Égypte, apparue au IIIe siècle après J.-C.)… Finalement, on découvrira plus tard qu’il s’agit d’une écriture nommée démotique, qui est une simplification de l’écriture hiératique, elle-même simplification des hiéroglyphes.

Enfin, les textes de la bande du bas sont clairs : il s’agit de grec ancien. Pourtant, les premiers érudits sur place ne sont pas d’accord sur le nom du pharaon qui a fait graver cette stèle : Ptolémée IV Philopator ? Ptolémée V Epiphane ? Ptolémée VI Philometor ?

Par comparaison avec des stèles du même type, on peut estimer qu’il manque une quinzaine de lignes de hiéroglyphes dans la partie supérieure. De plus, les spécialistes estiment que le haut de la stèle devait certainement représenter le pharaon accompagné de dieux, eux-mêmes surmontés d’un disque ailé.

Objectif prioritaire : reproduire fidèlement les trois textes

La pierre est transportée par Bouchard jusqu’au port du Caire où la plupart des savants français, présents dans le delta du Nil, se précipitent pour l’admirer et l’étudier !

Le 15 septembre 1799, le Courrier d’Égypte révèle que « cette pierre offre un grand intérêt pour l’étude des caractères hiéroglyphiques. Peut-être en donnera-t-elle la clé ! »

On pense alors demander aux dessinateurs de l’expédition de reproduire fidèlement tous les signes figurant sur la stèle, mais on se rend très vite compte que ce travail va demander beaucoup de temps et que le risque de faire des erreurs de recopiage est grand : les membres de la Commission des Sciences et des Arts choisissent donc plutôt la solution de faire des reproductions et décident d’utiliser trois procédés différents. Premier procédé, baptisé autographie et mis au point par Jean-Joseph Marcel, le directeur de l’Imprimerie du Caire : la pierre est soigneusement lavée, puis essuyée tout en laissant de l’eau dans les creux des signes. On recouvre la surface avec de l’encre et on applique ensuite une feuille de papier. Cette impression donne le texte en blanc sur fond noir et à l’envers sur le papier : il suffit donc de lire la feuille par transparence ou en reflet dans un miroir.

Deuxième procédé, nommé chalcographie : il est élaboré par le chimiste Nicolas Conté, génial inventeur en 1795 du crayon à papier avec mine graphite-argile. Conté traite l’inscription comme une sorte de cuivre gravé, les creux retenant l’encre : le texte imprimé apparaît alors en noir sur fond blanc, toujours à l’envers. Enfin, le troisième procédé, conçu par l’ingénieur Adrien Raffeneau-Delille, consiste à effectuer un moulage à base de soufre. C’est cette copie qui sera publiée dans l’ouvrage collectif des savants, intitulé Description de l’Égypte. Cette œuvre monumentale sera éditée à partir de 1809 sur plusieurs années et en différents formats dont le plus grand fait 113 cm sur 81 ! Elle comportera 9 volumes de texte, 10 de planches et un atlas cartographique.

Les inscriptions de la pierre de Rosette sont désormais triplement sauvegardées : il reste encore à les déchiffrer, ce qui est une autre histoire !

La pierre de Rosette transportée à Londres

En janvier 1800, les Français sont battus par les Anglais et les Ottomans : ils sont alors contraints de signer un traité de paix. Les termes de ce traité imposent à la France d’évacuer l’Égypte ; les savants peuvent seulement conserver leurs notes et échantillons mais doivent obligatoirement remettre à la Couronne britannique les objets archéologiques les plus importants, parmi lesquels deux obélisques, des sarcophages, le poing d’une statue colossale de Ramsès II trouvée à Memphis et surtout la pierre de Rosette.

Tous ces trésors sont ensuite transférés, à la fin de l’année 1802, au British Museum. Pour bien montrer que la pierre de Rosette leur appartient, les Anglais inscrivent à la peinture blanche sur un côté de la stèle : « Captured in Egypt by the British Army in 1801 » (Prise en Égypte par l’armée britannique en 1801) et sur l’autre côté : « Presented by King George III » (Don du Roi George III).

Les premiers essais de déchiffrement

Le texte en grec ancien est assez vite traduit : on apprend que la stèle est érigée après le couronnement du pharaon Ptolémée V Épiphane et qu’elle contient un décret émis par un congrès de prêtres rassemblés à Memphis en 196 avant J.-C. Ce décret annonce que le pharaon a fait don d’argent et de grains aux temples égyptiens et que, lors de la huitième année de son règne, il a endigué une importante crue du Nil afin d’aider les agriculteurs. En remerciement, les prêtres s’engagent à célébrer chaque année l’anniversaire du roi et celui de son couronnement et à vénérer Ptolémée comme un dieu.

Enfin, une copie de ce décret devra être placée dans chaque temple, écrite dans trois langues : la langue des dieux (hiéroglyphes), la langue des documents (démotique) et la langue des Grecs.

Pour déchiffrer les hiéroglyphes, certains pensent que le meilleur moyen est de s’attaquer d’abord à l’écriture démotique, située au milieu de la stèle… mais que personne ne comprend ! Elle semble, en effet, plus facile à décoder que les hiéroglyphes.

C’est ce que tente de faire Silvestre de Sacy, brillant professeur français maîtrisant de nombreuses langues orientales : sans succès. L’un de ses élèves, le Suédois Johan-David Akerblad commet l’erreur de croire que l’écriture démotique est alphabétique : l’alphabet qu’il propose n’apporte donc aucune avancée. Le premier à faire progresser le sujet est l’anglais Thomas Young : ce médecin de formation possède une culture phénoménale puisqu’il excelle en physique, botanique, chimie, optique, minéralogie et qu’il connaît plusieurs langues anciennes. Mais ne voulant pas se compromettre aux yeux de ses confrères médecins, il fait paraître en 1814 un essai sur le déchiffrement du démotique de la pierre de Rosette sous le pseudonyme de… "ABCD" et dans lequel, hélas, figurent d’énormes erreurs à côté de belles trouvailles.

Il faut attendre les travaux de Jean-François Champollion, dit Champollion le Jeune, qui n’avait que 9 ans lorsque les savants français sont allés en Égypte avec Bonaparte, pour que les hiéroglyphes soient finalement déchiffrés.

Champollion parvient à déchiffrer enfin les hiéroglyphes

Champollion part, à l’âge de 11 ans, rejoindre son grand frère Jacques-Joseph à Grenoble. Ce dernier lui trouve un précepteur, l’abbé Dussert, qui lui enseigne le latin, le grec, l’hébreu, l’arabe, le syriaque et le chaldéen ! C’est à cette époque que naît la passion de Champollion pour les hiéroglyphes égyptiens.

À la rentrée 1807, il a 17 ans : il monte à Paris pour suivre les cours de langues orientales au Collège de France et, plus particulièrement, ceux de persan, copte et amharique (langue parlée dans l’Ethiopie antique). Il ne sait pas encore que cette boulimie qui le pousse à étudier d’aussi nombreuses langues anciennes lui permettra de déchiffrer, plus tard, le secret des hiéroglyphes.

Un jour, il émet l’idée que ces signes peuvent être des idéogrammes (exprimant une idée) et des phonogrammes (exprimant un son, comme pour la transcription de noms étrangers).

Les années passent… jusqu’en 1821, où il parvient à déchiffrer deux cartouches royaux dans lesquels il a l’intuition que figurent des noms de personnages importants : celui de Ptolémée identifié sur une reproduction de la pierre de Rosette, puis celui de Cléopâtre repéré sur une lithographie d’un petit obélisque érigé sur l’île de Philae.

Un an plus tard, le 14 septembre 1822, Jean-François Champollion se précipite chez son frère Jacques-Joseph pour lui annoncer qu’il est parvenu à déchiffrer entièrement l’écriture des hiéroglyphes. À peine entré dans son bureau, il s’écrie « Je tiens l’affaire ! » puis, submergé par l’émotion, il s’évanouit !

Le 27 septembre, c’est la consécration : Champollion fait une communication à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, publiée sous le titre Lettre à Monsieur Dacier relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments, les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs et romains. Ce "Monsieur Dacier", de son prénom Bon-Joseph, est le plus célèbre des savants de l’époque, cumulant les fonctions de conservateur des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, de membre de l’Académie Française et de sociétaire de l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

Ce jour-là, Champollion présente un résumé de huit pages de ses recherches devant un parterre de spécialistes, dont l’Anglais Thomas Young lequel, faisant preuve d’un fair-play véritablement britannique, admet : « Je ne ressens que de la joie devant le succès de monsieur Champollion, qui est beaucoup plus que moi versé dans les différents dialectes de la langue égyptienne ».

La version intégrale et définitive du document est publiée fin octobre chez Firmin-Didot dans une plaquette de 44 pages contenant 4 planches. Champollion y définit les hiéroglyphes comme « un système complexe, d’une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique dans un même texte, une même phrase, jusque dans le même mot ».

En 1826, il est nommé conservateur chargé des collections égyptiennes au musée du Louvre. C’est aussi lui qui convainc le roi Charles X d’acheter l’obélisque de Louxor, qui sera dressé dix ans plus tard à Paris, place de la Concorde. Puis, entre 1828 et 1830, Champollion réalise enfin son rêve : il part en Égypte pour une mission scientifique franco-toscane de 16 mois. Il a enfin l’opportunité de voir, sur place, des milliers d’exemples de hiéroglyphes gravés ou peints sur des temples, statues, sarcophages, papyrus… lui qui n’a travaillé jusqu’à présent qu’à partir de reproductions sur papier ! Il peut alors vérifier, sur le terrain, que sa méthode de déchiffrement fonctionne parfaitement.

À son retour en France en mars 1830, c’est la consécration : il est élu à l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres et obtient la chaire d’Antiquité Égyptienne au Collège de France. Il meurt à Paris le 4 mars 1832, à seulement 41 ans, et est enterré au cimetière du Père-Lachaise. Il restera à jamais dans l’histoire de l’Humanité comme le génial déchiffreur des hiéroglyphes.

Jacques MANDORLA – © Les Chroniques de Mars, numéro 20 - février 2016.

* * *

Légendes des images de l’article de Jacques Mandorla //

1 - Pierre de Rosette (British Museum) - La pierre de Rosette a été trouvée par hasard, le 19 juillet 1799, dans le fort Julien situé dans le delta du Nil. Elle est de dimensions imposantes : 112 cm de hauteur sur 76 cm de large et 28 cm d’épaisseur, pour un poids de plus de 760 kg !

2 - Bonaparte aux pyramides - Sur ce tableau de Maurice Orange (1867-1916), intitulé Napoléon Bonaparte aux pyramides, des savants de la Commission des Sciences et des Arts présentent au général les premières découvertes faites par les archéologues français (Musée du Vieux Granville).

3 - Expédition Egypte - Sous l’œil attentif de Napoléon debout sous la tente, des dessinateurs reproduisent fidèlement sur papier les trésors qui seront publiés dans l’ouvrage collectif Description de l’Égypte (tableau de Léon Cogniet - 1835 - Musée du Louvre).

4 - Carte (ouvrage scolaire du début du XXe siècle) - Le village de Rachid, nommé Rosette en français, est situé dans le delta du Nil, à une cinquantaine de kilomètres à l’est d’Alexandrie.

5 - Stèle complète (tiré de l’ouvrage collectif de l’expédition, intitulé Description de l’Égypte) - Reconstitution de la pierre de Rosette, telle qu’elle devait probablement se présenter à l’origine : le haut de la stèle devait certainement être décorée du pharaon, accompagné de dieux, eux-mêmes surmontés d’un disque ailé.

6 - Portrait de Champollion - À partir de l’âge de 9 ans, Champollion étudie de très nombreuses langues anciennes : il ne sait pas encore que cette boulimie lui permettra, bien plus tard, de réussir à déchiffrer les hiéroglyphes (tableau de Léon Cogniet – 1831 - Musée du Louvre).

7 - Cartouches - En 1821, Champollion déchiffre deux cartouches royaux : celui de Ptolémée sur la pierre de Rosette, puis celui de Cléopâtre sur un petit obélisque. Il vient de trouver la clé d’interprétation des hiéroglyphes.

8 - Lettre à M. Dacier - Couverture de la Lettre à monsieur Dacier.

9 - Livre Champollion - Couverture du document final de Champollion, publié fin octobre 1822 chez Firmin-Didot, sous forme d’une plaquette de 44 pages contenant 4 planches.

10 - Thèbes - Le peintre Giuseppe Angelelli a immortalisé l’expédition franco-toscane (1828-1830) sur les ruines de Thèbes. Champollion est le personnage barbu, assis au centre (1836 - Musée de Turin).


Jacques Mandorla est une légende

Journaliste d’investigation, mais aussi écrivain, éditeur, et nous en passons, Jacques Mandorla a publié une bonne dizaine de livres dont trois ABC chez Grancher : Le Magnétisme, La Radiesthésie, L’Hypnose. Il a sorti il y a peu chez Trajectoire 60 trésors fabuleux à découvrir - Leur Histoire détaillée - Leur Composition précise - Leur Localisation supposée. Il a aussi fondé avec l’illusionniste Ranky le Comité Illusionniste d’Expertise et d’Expérimentation des Phénomènes Paranormaux dont on retrouve articles et expertises sur le blog qu’ils ont créé à cette occasion. Ce qu’on sait encore moins, c’est qu’il publia une sympathique revue consacrée aux mancies et à l’astrologie qui compta douze numéros entre 2002 et 2003 : Clairvoyance. Et ce que l’on a oublié, c’est qu’il fut le très actif conseiller éditorial du magazine Facteur X publiée par les éditions Marshall Cavendish.

Pour Les Chroniques de Mars, il a déjà écrit "Le trésor du City of Cairo" et "La légende des crânes de cristal".

Michel MOUTET



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.