B. S. - Le retour de Saunière

La nuit des morts vivants ou le retour de Saunière !

« J’ai dit non. Tout ça c’est n’importe quoi !

C’est bon pour la publicité et Internet.

C’est pour faire de l’argent.

Ça ne m’intéresse pas ! »

Dario Argento

Ne sachant plus quoi inventer, à l’allure à laquelle ça va, et vu le niveau abyssal d’insuffisance et d’ignorance des uns et des autres, à commencer par les autorités dites « compétentes » à RLC, ils vont finir, soit par nous zombifier Saunière ou même par le cryogéniser, pourquoi pas… ! Non mais alors là on marche sur la tête et ça commence à bien faire ! Alors pourquoi un tel billet d’humeur…

* * *

C’est parce qu’à RLC les responsables inconséquents, les descendants et les amis des pitres qui ont réussi à transvaser du petit cimetière municipal dans lequel l’abbé de Rennes coulait, si l’on peut dire, une fin de vie paisible en mangeant ses pissenlits par la racine en compagnie de sa fidèle servante Marie, au fin fond du trou qui lui servait de dernière demeure sépulcrale… ; malgré un tollé général, après avoir amené en grande pompe le prêtre simoniaque selon l’incroyable lubie d’incompétents notoires dans son ancien domaine néogothique, de curieux oiseaux se sont maintenant aperçus que, bien sûr, peu de personnes fleurissaient ni ne s’occupaient du catafalque mortuaire à l’ignoble architecture post-moderne…

Faut-il s’en étonner ?

Certes non…

Devant un tel fiasco, la tombe étant laissée plus ou moins, et plutôt plus que moins, dans un abandon sommaire, au mépris de toute considération pour les morts - mais que foutent-ils - situation totalement ubuesque que n’importe quel imbécile heureux doté d’un simple cerveau à trois neurones aurait pu anticiper pourvu qu’il ne s’agisse pas d’un simple commis de l’état, d’un politicien véreux ou d’un simple maire de campagne, certains envisagent, après tout pourquoi pas la loi en fait écho, de transvaser à nouveau le pauvre ecclésiastique (ce serait en projet), vers son caveau primitif…

On dirait une croisière Costa…

En tout cas le naufrage n’est pas loin.

La Science avançant à grands pas, il est possible que toute cette « fine équipe » de bras cassés qui avait eu l’idée saugrenue de déplacer Saunière en son domaine, décide un jour prochain de le réhabiliter dans son ancienne demeure ou même de cryogéniser le singulier abbé de RLC pour en faire, à son réveil futur, pourquoi pas, une attraction de foire à Saunièreland… Ce sera toujours mieux, de toute façon, que la statue de cire que l’on peut voir aujourd’hui au domaine et dont la ressemblance avec l’abbé Saunière est aussi frappante que celle des frères Bogdanoff pouvant ressembler à des "Minions".

Cependant, il n’est pas exclu, on pourrait singulièrement le souhaiter, que devant un tel bordel ambiant, Saunière se retournant dans sa tombe…, mette un soir de pleine lune un grand coup de tatane dans le couvercle de son cercueil et regagne de lui-même le petit cimetière municipal une prochaine nuit, pour se la jouer « Nuit des morts vivants » à la manière de Dario Argento ! Après tout Saunière, à son époque - on a un peu trop tendance à l’oublier, me semble-t-il - était lui-aussi un grand malade qui n’hésitait pas nuitamment à ouvrir à grand fracas et en toute illégalité les sépultures ancestrales de ses ouailles endormies depuis des lustres dans le petit cimetière municipal ombragé de croix de pierres séculaires au sommet de la colline enchantée.

Un juste retour des choses finalement qui voit ce curé de campagne à la silhouette noire si inquiétante et si malhonnêtement curieuse être dérangé au tréfonds de son sommeil éternel, misérablement accroché qu’il est aujourd’hui à son missel dont la lecture quotidienne lui rappelle page après page, sans doute, les manquements à sa mission d’ecclésiastique. Comme un châtiment divin venu rappeler la sentence qui veut que les ministres du culte soient exemplaires devant la nuit des hommes.

Alors, comme disait notre ami Reiser : « - on vit une époque formidable » !

B. S. – © Les Chroniques de Mars, numéro 21 - avril 2016.



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.