Franck DAFFOS – Une photo inédite de l’abbé Gazel

RENNES-LE-CHÂTEAU – NUMÉRO SPÉCIAL RLC

« Lors de la rédaction de cet ouvrage, j’ai surtout voulu dépasser le stade du simple règlement de comptes pour mieux rendre hommage à tous les passionnés de la véritable Histoire du Razès qui, dans leur immense majorité, continuent de croire à l’un des plus beaux mystères de tous les temps. Nul doute que cette lecture les amènera vers de nouveaux horizons insoupçonnés. A tous ces fous-rêvant donc, puisqu’on veut nous persuader que toute l’énigme de Rennes-le-Château n’est qu’une escroquerie montée dans les années mille neuf cent soixante, toute ma sympathie et mon immense gratitude. C’est pour eux que je continue à publier. »

Franck DAFFOS


Cette rare photographie présentée par Franck Daffos offre le privilège de mettre un visage sur un nom, pour mieux nous faire entrer dans le cercle fermé des très proches amis de l’abbé Bérenger Saunière. Ce document inédit, retrouvé en son temps par Didier Hericart de Thury nous a été remis par Franck Daffos à fin de publication pour son livre « Le trésor qui rend fou ».

K2Mars


" Notre dernière rencontre commune fut sur le Pech d’en Couty, le 5 mai 2011. Ce matin là, Didier offrit à Michel Vallet une très rare photographie (aucune de publiée à ce jour !) de l’abbé Gazel, un grand ami de l’abbé Saunière, entouré de communiants, qu’il venait de découvrir (...)"

Franck Daffos - Extrait du livre "Le trésor qui rend fou - Ma vérité sur le Pech d’En Couty" - © Arqa éditions 2016.


GAZEL Pierre Louis // Abbé (Augmontel, Tarn, 11 novembre 1858 - Floure, 12 mars 1946) Nommé vicaire de Montréal le 1er août 1886, desservant de Saint-Couat du Razès le 1er janvier 1889, de Monze le 1er mars 1890 et enfin de Floure le 1er décembre 1896. L’abbé Gazel est un des intimes de l’abbé Saunière, chez qui (...).

Texte ABC de RLC © Photographie abbé Gazel - Franck DAFFOS © Les Chroniques de Mars, numéro 21 - juin 2016.


Les considérations malvenues d’un certain Christian Attard...

Suite à la publication en avant-première de ce document totalement inédit sur le site de la Gazette de Rennes-le-Château, de Johan N., Michel Vallet, bien sûr, ainsi qu’un certain... Christian Attard ont cru bon, comme beaucoup de leurs semblables de même acabit (Forum du 17 janvier de Debrou), de se jeter sur le rôti et de donner leurs avis éclairés aux masses endormies incapables de penser par elles-mêmes et ce sans attendre la publication du livre Le trésor qui rend fou ce 13 juin 2016...

Nous avons donc là de véritables pépites, comme nous pouvons en juger :

MICHEL VALLET

" D’abord, il ne s’agissait pas d’une photo, mais d’une illustration découpée dans un livre. Ce document iconographique comporte d’ailleurs une légende, désignant le personnage en soutane au milieu des communiants ou communiantes comme étant l’abbé Gazel. "

Michel Vallet - le 6 juin 2016

Michel Vallet ne sachant pas trop quoi dire devant ce document - (mais il faut bien contester et faire assaut d’érudition sur les forums...) - nous signale donc qu’il ne s’agit pas d’une "photo" puisque publiée dans un livre. Selon la conception toute particulière de l’érudit Michel Vallet, nous apprenons donc que toute photographie publiée dans un livre devient donc soit "une illustration" soit un "document iconographique"... et perd de ce fait son statut de... photo !

De plus... si Michel Vallet avait attendu de lire le livre de Franck Daffos, cela lui aurait évité de dire de telles inepties et surtout de prendre connaissance de la légende sous la photographie publiée dans le livre de Franck Daffos et découverte par Didier Hericart de Thury en son temps... Nous la remettons donc ici pour les lecteurs des "Chroniques de Mars" :

Abbé Gazel – Photographie inédite retrouvée par Didier Hericart de Thury - Photo prise à Termes (village proche de Lagrasse) au printemps de l’année 1910 à l’occasion de la communion des enfants de la paroisse. Elle provient de l’agenda de Termes de 1934. – (Collection Franck Daffos).

CHRISTIAN ATTARD

Last but not least... à la suite, Christian Attard, met lui en doute - évidemment, il fallait s’y attendre (et c’est tombé sur lui !) - la validité de cette photographie en considérant, toujours sur Internet, les 6 et 7 juin 2016...

" Et effectivement, on peut parler d’imprécisions à juste titre à propos de ce Gazel que l’on nous donne à voir. Car des Gazel, il y en avait un troupeau en soutanes noires (ah ah) dans la région. Outre un certain Lucien, professeur à st Stanislas à Carcassonne, et ce Pierre Louis de Floure, ami de Bérenger, j’en compte au moins un autre qui est à mon avis celui que l’on nous exhibe (sic) ici. Il serait bon sur cette seule photographie, en effet de nous donner quelques précisions puisqu’on l’a produite ainsi."

Christian Attard - le 6 juin 2016

Puis :

" Est-ce oui ou non le bon Gazel ? Il est étonnant (sic) que rien ne vienne confirmer que nous ayons bien en cette photo, le prêtre en question."

Christian Attard - le 7 juin 2016

Voici donc pour Christian Attard, en particulier, en le remerciant de sa contribution à notre WebZine, ainsi que pour Michel Vallet, copie du document inédit préservé par Didier Hericart de Thury ; la photographie se retrouve dans... Le trésor qui rend fou. (Collection Franck Daffos).

Considérant que Termes est seulement distante de Floure d’une trentaine de kilomètres environ - autant de Rennes-le-Château - et que toutes les dates coïncident..., ainsi que l’apparence du personnage (52 ans sur la photographie - pardon - le "document iconographique") ; il ne peut évidemment s’agir que de Pierre Louis Gazel (1858-1946).

MISE AU POINT

* * *

A propos d’une certaine photo de l’Abbé Gazel, Franck Daffos tient à préciser les éléments suivants :

Décidément, les remous créés par certains autour de la publication de cette photo m’amusent au plus haut point. Surtout après avoir pris connaissance de la dernière communication de Christian Attard à ce sujet dans les commentaires de la Gazette de RLC.

Tout d’abord parce que peu importe en fait quel abbé Gazel est sur cette photo puisque sa publication n’avait pour but que de faire réagir Michel Vallet à propos d’une certaine date du 5 mai 2011, date qu’il a immédiatement validée sur un de ses nombreux sites, en voici la capture d’écran :

Ceux qui liront mon livre comprendront pourquoi aux pages 39 et 148. Mais comme d’habitude, quand le sage montre la lune, Christian Attard ne voit que le doigt ...

Toujours égal à lui-même, il veut donc se prévaloir à cor et à cris, selon lui, de la véritable identité de cet abbé Gazel, même s’il nous crédite au forceps un prétendant qui ne fut nommé dans la paroisse de Termes qu’un an après la prise de cette fameuse photographie ! ... On comprend dès lors qu’il veuille s’adjuger ce point de détail que je veux bien lui abandonner sans regret, puisque cela semble lui faire autant plaisir, d’autant plus que depuis mon retrait d’Internet il y a cinq ans, il semble avoir perdu avec moi sa seule source d’inspiration, tournant en rond comme tous les autres, ressassant ses vieux démons et pleurant chaudement une époque révolue où sa fixette sur moi lui avait permis d’usurper une petite notoriété.Son site internet le reflète parfaitement. Sans moi, comme pour bien d’autres, il n’existe pas ! Voici pourquoi il est aussi pressé de remonter au créneau contre moi. Et puis un point, n’est pas set et encore moins match... Pour s’en convaincre, il lui suffira de lire mon livre pour constater qu’à son contraire je n’ai pas fait que du surplace depuis toutes ces années, et on verra alors si après sa lecture il continuera aussi aveuglement à prêter allégeance à Michel Vallet… Tant il est vrai qu’une voiture poussive, fonctionnant au gazole ou au super, même turbo, ne fera jamais une voiture de course !

Franck Daffos

* * *

La réponse des éditions Arqa

N’en déplaise à monsieur Attard, en ce qui concerne la petite polémique stérile sur l’abbé Gazel, née uniquement sur Internet, que chacun peut lire ici ou là, signalons avant toute chose que toute personne qui lira le livre de Franck Daffos : « Le Trésor qui rend fou », s’apercevra aisément que cette photographie ne compte strictement pour rien dans le livre de l’auteur si ce n’est pour l’anecdote piquante qui s’y rattache au plan narratif - et non pas en tant que document historiographique avéré. Encore eût-il fallu que chacun s’attache à prendre une telle disposition critique en préalable avant de se prononcer, sans retenue, en tant que « spécialiste » incontournable - surtout quand on observe les attitudes non équivoques qui en découlent.

Les éditions Arqa


C’est sans aucun doute son meilleur livre. Après cinq années de retraite, Franck Daffos sort enfin de son silence, pour la première fois, pour nous soumettre un livre-témoignage totalement inattendu, complètement à contre-courant de tout ce qui a été dit ou écrit en 2011… Les très nombreuses révélations contenues dans ce cinquième tome des « Chroniques de Rennes » sont totalement explosives ! « Le trésor qui rend fou - Ma vérité sur le Pech d’En Couty » n’épargne rien ni personne et parle de vérités cachées, sans aucune langue de bois. Le ton est donné – il est sans concession - bien dans le style de l’auteur.

Il sera fort difficile aussi de reprocher à Franck Daffos son parti-pris tempétueux quand on connaîtra tous les tenants et les aboutissants de cette ténébreuse histoire contemporaine qui voit se désintégrer un mythe en plein vol. Toutes les coulisses de l’énigme sont dévoilées, jusqu’au moindre détail. Encore plus fort qu’un polar, cette bouleversante histoire d’amitié trahie qui a mis sens dessus dessous, durant un été entier, le petit village audois dévolu au curé aux milliards, faisant la une de la presse régionale et nationale, sans oublier le journal de 20 heures de TF1, est enfin révélée aux passionnés du mystère de Rennes comme aux plus novices !

Franck Daffos, au cœur de cette tourmente médiatique s’était depuis cinq ans volontairement abstenu de tout commentaire. Il livre-là avec justesse, talent et à-propos, non seulement sa vérité sur « l’Affaire du Pech d’En Couty », mais en plus nous donne à lire l’incroyable résultat de ses recherches menées avec Didier Hericart de Thury (1947-2015), concernant le tableau de Nicolas Poussin : « Les Bergers d’Arcadie ». Le mystère de Rennes-le-Château trouve-là son apogée avec une série de révélations toutes plus fracassantes les unes que les autres…

Franck DAFFOS // Hommage à Didier Héricart de Thury

ENTRETIEN avec Franck DAFFOS // Le trésor qui rend fou # 1

ENTRETIEN avec Franck DAFFOS // Le trésor qui rend fou # 2

ENTRETIEN avec Franck DAFFOS // Le trésor qui rend fou # 3

Franck DAFFOS // Une photo inédite de l’abbé Gazel

Franck DAFFOS // Et si Nicolas Poussin avait à voir avec l’affaire de Rennes-le-Château… ?

Franck DAFFOS // 24 juillet 2011 - Des gendarmes au Pech d’En Couty

Franck DAFFOS // Jules Verne – Un voyage dans le Razès

Franck DAFFOS // « Au Pech d’En Couty » – Une photographie inédite

Franck DAFFOS // Abbé Boudet – Une dédicace bien énigmatique

Franck DAFFOS // Abbé Boudet - Une carte postale du Cromlech de Rennes-les-Bains

Franck DAFFOS // Abbé Boudet – « Le dolmen de Rennes-les-Bains »

Franck DAFFOS // Abbé Boudet - Un fake sur une couverture

B. S. // Le retour de Saunière



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.