Accueil du site > Catalogue > Hermetica > La question préalable contre la théorie d’Einstein

La question préalable contre la théorie d’Einstein

Un petit livre de Sagesse d’Henri Bouasse

Ce court texte d’Henri Bouasse, publié en 1923, s’inscrit dans la lignée des ouvrages parus cette année chez ARQA, autour de la Tradition, de l’Alchimie & de la Physique. Parfait complément de l’approche d’un Roberto Monti sur Einstein, Henri Bouasse fait l’économie d’une démonstration physique en ramenant l’imposture à son essence fondamentale : le caractère métaphysique…

Dans ce contexte, en effet, il conviendra de poursuivre l’examen de l’existence de l’Éther, en se souvenant de l’Armature Métaphysique de Francis Warrain, appuyée sur les travaux d’Hoëne Wronski, par exemple, et de la nécessité de considérer le repère Espace – Mouvement – Temps, et non simplement Espace – Temps tel qu’Einstein le décrit, reprenant les travaux mathématiques d’Henri Poincaré et de Minkowski.

Cédric Mannu

La question prealable contre la theorie d'Einstein

Prix : 5.00 €

(Carte-Book Arqa // format 10,5x15 - 12 pages)

(EXTRAIT)

Lorsque Fresnel imagina que l’éther vibre comme un solide et, par cette hypothèse, fonda l’Optique moderne, la « Gazette de France » ne crut pas indispensable d’en instruire le monde entier.

Lorsque Faraday montra que les diélectriques ne sont pas des isolants inertes, proposition d’où sort la télégraphie sans fil, le « Times » ne chanta pas ses louanges.

Lorsque plus récemment J.J. Thomson proposa sa théorie des électrons qui renouvela l’étude de la conductibilité des gaz, le public n’en fut pas informé. Cependant la gloire d’Einstein atteint celle de Carpentier et de Siki Battling. Les périodiques sont pleins de ses portraits ; les belles dames font queue pour le voir : il boucle des tournées comme une actrice, et l’on se bat pour ou contre. Évidemment, comme on dit à Toulouse, il y a quelque chose de plus ou de moins ! La raison de cette gloire, que je crains éphémère, est que la théorie d’Einstein ne rentre pas dans le cadre des théories physiques : c’est une hypothèse métaphysique qui, par dessus le marché, est incompréhensible, double raison pour justifier son succès.

Que M.Bergson, illustre philosophe, soit pour Einstein, est naturel mais indifférent au débat. Il a trop de bon sens pour croire qu’en ces matières son opinion ait la moindre valeur : nous n’irons certes pas lui demander à quoi servent les théories physiques et ce qu’on peut raisonnablement en exiger...




Mise à jour par W&B CREATION | | Plan du site | Conditions générales de vente | Réalisation www.8iemeclimat.net