Benoît FICHEFET - Les Manifestes de la Rose-Croix

L’apparition formelle des trois Manifestes de la Rose-Croix, en 1614, 1615 et 1616, marque trois dates mémorielles dans l’Histoire de l’Hermétisme occidental. Passé quatre siècles, elles marquent aussi un anniversaire en forme de pierre blanche posée sur la ligne du temps, en signe sacramentel. Un signe des temps mais aussi un sceau de cire rouge orné d’une rose pourpre, en relief, pour signifier à chacun, au passant, au questeur, à quel point les écrits de l’Ancien Ordre mystique sont fondamentaux pour toute quête initiatique authentique.

Les éditions Arqa se devaient de saluer à leur manière ce moment si important, en cette date anniversaire, pour commémorer les quatre-cents ans de la Fama, de la Confessio et des Noces, et pour ainsi faire œuvre utile en présentant de nombreux documents inédits sur ces « Frères invisibles ».

Gil Alonso-Mier - Rafal T. Prinke - François Trojani - Thierry Emmanuel Garnier - Cédric Mannu - Patrick Berlier - Frédéric Garnier - Benoît Fichefet


À l’aube d’un grand cataclysme, la guerre de trente ans, qui sera une véritable petite Apocalypse, tant elle sera meurtrière, la Fraternité dévoile son identité dans le but d’une grande « Réforme » spirituelle de l’Europe. Selon Schweighardt, les Adeptes se réunissent alors secrètement à Francfort, Leipzig et Prague. Mais, suite à la trahison de faux frères, le Collège décide de mettre au grand jour ses règlements et de permettre aux plus habiles de sentir l’Esprit que respirent les Frères.

1604 est l’heure cruciale d’une révolution planétaire de grande envergure : le chemin « Ad Spiritum Sanctum » est dévoilé, la Rose et la Croix sont enfin et pour la première fois pleinement réunis au grand jour. Selon la légende rapportée par Thomas Vaughan en 1652, le tombeau à l’architecture minérale septénaire du fondateur « Christian Rosencreuz » est découvert et son corps apparaît imputrescible après 120 ans ; il tient dans ses mains le livre T et quatre autres ouvrages dont la Bible. Celui qui se cache derrière le pseudonyme de Johann-Valentin Andreae (1586-1654) est un jeune étudiant souabe qui aurait selon ses dires rencontré au cours de ses voyages en Europe les membres de la Fraternité. Il va devenir le porte parole de la Fraternité. Ce serait lui l’auteur, selon la thèse la plus répandue, des trois célèbres manifestes officiels de la Confrérie : la Fama, la Confession et les Noces chimiques de Christian Rose-Croix.

En 1614 paraît à Cassel, une histoire satirique anonyme de 147 pages ou l’on traite de sept sages de l’antiquité qui se réunissent à Delphes pour trouver une issue à la misère des hommes. Ce premier écrit est la Réformation générale dont le morceau principal d’une trentaine de pages s’intitule, la Fama fraternitatis. Cette partie qui nous intéresse, sans aucun doute écrite sous forme de manuscrit une quinzaine d’années plus tôt parle d’une Société secrète fondée deux cents ans plus tôt et de sa création par un allemand : c’est l’épisode du frère R. C. déjà cité.

En 1615 paraît en latin à Cassel la seconde brochure originale que l’on attribue à la Fraternité : la Confession. Ce document complète la Fama, elle révèle le nom du fondateur Christian Rozencreutz, déclare qu’il naquit en 1378, et prétend qu’il reçut autant de lumière qu’Adam. Son message au ton plus apocalyptique condamne le Pape. Il reste néanmoins conforme à l’esprit de réforme de la Fama. La Confession (Confessio Fraternitatis Rosae Crucis - Ad eruditos Europae), paraît donc en 1615, et nous fêtons en ces années 2014-2015-2016 le 400e anniversaire de l’Ordre, celle-ci revendique comme meilleur livre la Bible et l’élection divine comme unique condition d’accès au Trésor.

Ces manifestes sont anonymes ; si leur parenté possible mais non certaine revient à Johann-Valentin Andreae, d’autres personnages comme Tauler, Paracelse, Luther, Thomas a Kempis, Aegidius Gutman, Valentin Weigel, Johannes Arndt et d’autres encore, furent soupçonnés d’avoir collaboré à ces écrits qui remonteraient donc à plusieurs siècles. De tous ces noms célèbres de Rose-Croix, retenons surtout celui de Thomas a Kempis auteur de « l’Imitation de Jésus Christ » que les Frères prendront comme bréviaire. Schweighardt et d’autres diront plus tard que celui qui pratique parfaitement toutes les directives du premier livre est déjà plus qu’à moitié Rose-Croix. Ce chemin vers l’humilité n’est cependant pas ouvert à tout le monde, car peu de cœurs obéissants sont suffisamment forts pour marcher de front contre l’ignorance, la maladie, l’humiliation, pour franchir cette mort sublime que Sédir appelle « vie déiforme » et qui dépasse tout ce que l’esprit rationnel peut imaginer.

Florentinius de Valentia, en 1617, trop bien renseigné pour ne pas appartenir à la Fraternité indique qu’il possède : « En mécanique, les miroirs d’Archimède. En architecture, les sept merveilles, les automates d’Archytas, de Bacon, d’Albert, les miroirs, le feu perpétuel, le mouvement perpétuel. En arithmétique, la rythmomachie, l’usage et la composition de la roue de Pythagore, sa méthode pour donner un nombre à toute chose jusqu’à Dieu. En musique, celle de la Nature et de l’harmonie des choses. En géométrie la quadrature du cercle. » En même temps, Fludd défenseur célèbre de la Fraternité publie son Apologie et Théophile Schweighardt, son Speculum sophicum Rhodostauricum où l’on pouvait lire ces mots de la plus haute importance : « Vois ici représentés tout l’art du monde, toute sa science et tout son savoir faire ; cependant cherche d’abord le royaume de Dieu ».

En 1620, plusieurs sources citent le nom d’un certain vieillard du nom de Friedich Rose, membre de la « Rose-Croix d’Or » composée de trois personnes. Cette désignation désigne sans doute le cercle le plus intérieur de la Fraternité et rappelle le mythe de la Toison d’Or dont le symbole est si riche aux rosicruciens.

En 1622, Johan Carl Frisau est nommé Imperator de la Fraternité. Le Coelum chymicum reseratum de J. G. Toelius ouvrage composé d’après un manuscrit de 1468, contient une longue lettre de sa plume. On y apprend qu’à peine une personne sur cent est possiblement en capacité de devenir Rose-Croix et de pratiquer la magie divine, que la Fraternité ne doit pas dépasser 77 membres, qu’elle remonte au temps de Dioclétien, qu’elle se serait ensuite propagée de France en Angleterre, puis en Hollande, en Saxe et en Thuringe. Christian Rosenkreutz devient Friedich Rose et la doctrine remonte à Abraham, Issac et Jacob.

En 1623, sur les hauteurs de Ménilmontant, à Paris, une rumeur sans doute vraie circule à propos d’un « sabbat des Frères de Rose-Croix ». (C’est dans ce même endroit que Sédir choisira de situer la demeure du héros de son livre favori). Vers 1648, les Rose-Croix, selon Sincerus Renatus s’exilent en Inde. À partir de cette date, de nombreuses fraternités se couronnent du titre de Rose-Croix, mais la véritable rentre dans l’ombre et comme le dit Sédir, elle change de nom. On sait maintenant que le mouvement de 1714 de Sincérus Rénatus est d’inspiration jésuite, leur code est donc complètement différent de celui de la Fraternité d’origine ; les fraternités rosicruciennes de Schropfer et des « Frères initiés de l’Asie » sont alors loin de l’Esprit vivifiant comme la plupart des soi-disantes résurgences du siècle suivant. Au XVIIIe siècle ces sociétés ont perdu pour la plupart l’esprit chrétien et mystique enthousiaste qui les animait ; elles deviennent des sociétés « initiatiques », avec l’intrusion d’éléments illuministes et maçonniques. Ce qui ne correspond absolument pas à l’Esprit qui obombrent les quelques vieux Frères restant dans l’ombre qui prirent la décision de relever les Frères du serment en 1792 et de détruire en grande partie leur bibliothèque et leur archives car leur idéal n’est pas matériel. Combien se sont mépris sur le but véritable des Rose-Croix ? L’« Ergon » des alchimistes, (largement esquissé dans ce livre par François Trojani ainsi que dans le Grand Œuvre dévoilé, préfacé par cet auteur), dont l’essence est spirituelle n’est pas le « Parergon » matériel. Si les Frères ont possédé les deux, combien le Grand Œuvre Spirituel est supérieur !

La maçonnerie ne conservera pas longtemps le flambeau apporté par l’intrépide missionné, le Comte de Cagliostro, incompris et torturé par l’inquisition. Tel est le prix à payer semble-t-il pour raviver en Europe l’idéal christique et mettre fin à la barbarie des institutions d’une époque aussi sanglante que morbide. Sur cet esprit rosicrucien qui souffla dans la maçonnerie originelle, Joseph de Maistre affirme qu’il existait à un moment dans le cœur des loges en France un Christianisme aux connaissances sublimes telles que les possédaient les premiers chrétiens. En ces temps de révoltes, d’autres âmes sont venues prêter main forte au lumineux Comte Saint-Martin en France, Lopoukhine en Russie et le conseiller D’Echartshausen en Germanie. Ce dernier revendique dans une Œuvre sublime : La Nuée sur le Sanctuaire* une seule Lumière, celle de Jésus Christ Verbe incarné et un culte « en Esprit et en Vérité » qui est la Lumière des plans du Vivant, celui de la « Communauté lumineuse de Dieu » connue aussi sous le nom « Communion des Saints » qui existe depuis la Création.

Conservons par prudence, pour les années suivantes le silence sur l’épopée de cette invisible et sainte Assemblée constituant une division de l’Armée de la Lumière. Respectons ainsi une certaine candeur. La grandeur des événements s’accordent avec l’incompréhension des époques. Au début de cette causerie nous insistions sur l’étendue du mystère entourant l’Esprit qui guide la Rose-Croix essentielle. Les Rose-Croix ont en effet un guide secret. Si l’on étudie en détail les récits par exemple de ce voyage fabuleux de l’âme vers le mystérieux Temple de l’Esprit Saint situé selon la Tradition au centre de la terre, au cœur même de la matière car c’est là que s’effectue le Fiat de la Nature, et en même temps sur quelque montagne d’Orient connue sous le nom de « Sion » où tout est liberté, on doit prendre conscience des périls rencontrés au cours de tels voyages. Des monstres, des tempêtes, des séides gardiens de l’invisible rendent le Sanctuaire infranchissable sans l’aide d’un guide expérimenté. La plupart des auteurs mal renseignés ont omis de citer ce mystérieux Guide essentiel pouvant nous porter du fini à l’Infini, nous conduire du naturel au Surnaturel. Ainsi dans l’histoire mystique, il y a presque toujours derrière les grands mystiques un Inconnu dans l’ombre qui éclaire l’Esprit de Tauler, de Fludd, de Boehme ; celui que Mathadanus appelle le Roi, et que l’humble rosicrucien Mars de Busto Nicénas, dans une très rare pièce de 1619, nous montre comme un grossier artisan passant ses jours dans une forge mais dont la forte corpulence cache, en fait, l’être le plus sage de la Terre, celui que Sédir désigne sous le nom d’Andréas revenu de toutes les « Initiations ». Quel est donc ce Guide aussi indispensable qu’insondable ? Quel est cet homme en chair et en os dont le front ravagé a vaincu toutes les gloires et les tempêtes, cet Ami du Ciel que ni le temps ni l’espace ne semblent arrêter, cette formidable stature physique qui est capable des efforts de Charité et d’Amour les plus extrêmes et les plus incompréhensibles, qui porte dans son cœur l’Ergon suprême, le Feu divin d’une âme libérée ? N’est ce pas lui, le mystérieux Elias Artista, ministre de Dieu unissant le binaire Enoch/Elie, main servante de Dieu, conduisant une poignée d’Elus au Temple du Saint Esprit : ultime Centre de sagesse de l’histoire où sont réunies selon les mots de Sédir « les entités vivantes de l’Intelligence, de l’Harmonie, et de la Beauté universelle ».

Il est extrêmement difficile de concevoir ce qu’est la Rose-Croix essentielle, et l’Esprit qui obombre les Frères et tend à unir les extrémités du monde, à réunir les individus d’une même famille, reliant ainsi les pierres qui sont tout en bas de l’échelle universelle des minéraux avec celles, vivantes de la Cité sainte. Tout dans notre Univers est structuré selon une règle septénaire, et tout être vivant a son existence sous forme minérale, c’est à dire structurée d’une manière équilibrée, stabilisée et harmonisant ainsi l’extérieur... Ainsi, l’âme qui réunit l’esprit et la chair appartient aussi en partie à ce « courant » unificateur spirituel. La Charité, vertu terrestre et divine à la fois, allie aussi (...)

Benoît FICHEFET - Les Chroniques de Mars, numéro 22 - novembre - décembre 2016.


1614-1615-1616 - 2014-2015-2016

400e ANNIVERSAIRE de la ROSE-CROIX // L’héritage de Christian Rosencreutz

400e ANNIVERSAIRE de la ROSE-CROIX // Préface de la « FAMA » de 1615 – Édition de Dantzig

400e ANNIVERSAIRE de la ROSE-CROIX // Table des Matières

400e ANNIVERSAIRE de la ROSE-CROIX // Index nominum

400e ANNIVERSAIRE de la ROSE-CROIX // Cahier iconographique – De quelques documents inédits

Gil ALONSO-MIER // Christian Rosencreutz, une incroyable gravure

Gil ALONSO-MIER // L’Auberge du Cœur blanc - La Loge Rosicrucienne de Saint-Albans

Gil ALONSO-MIER // Le tombeau initiatique de Christian Rosencreutz

Gil ALONSO-MIER // La Rose-Croix en France - Les cartels Rosicruciens de 1623

Gil ALONSO-MIER // La « Fraternitas Thesauri Lucis » ou la Fraternité du Trésor de la Lumière

Thierry E. GARNIER // 1604 - La Supernova de Kepler et le Temple du Saint Esprit

Thierry E. GARNIER // L’ultime venue d’Élie Artiste

Thierry E. GARNIER // « DAT ROSA MEL LAPIBUS »

Thierry E. GARNIER // « La Rose numérique » – Un document Rose-Croix inédit - De Simon Studion à Jacques Breyer

François TROJANI // De l’antique mystique des Rose-Croix du XVIIe siècle à l’Alchimie contemporaine

François TROJANI // ERGON et PARERGON

François TROJANI // L’Esprit et l’Être

François TROJANI // Les Rose-Croix et l’Alchimie

RAFAL T. PRINKE // Une copie manuscrite du D.O.M.A

RAFAL T. PRINKE // « Lampado Trado » - De la Fama Fraternitatis à la Golden Dawn

Frédéric GARNIER // Un membre de la « Societas Rosae Crucis »

Frédéric GARNIER // Du secret alchimique de François de Chazal et de son origine

Frédéric GARNIER // Alchimie – Ce qu’en disent les Adeptes

Patrick BERLIER // Paul de Foix et le calendrier grégorien

Patrick BERLIER // Des Saint-Gilpins aux Rose-Croix

Cédric MANNU // Heinrich Kunrath - Quelques découvertes sur le seuil

Cédric MANNU // Heinrich Kunrath - Détails de la gravure centrale : Oratoire & Musique

Benoît FICHEFET // De la Rose-Croix minérale

Benoît FICHEFET // Les Manifestes de la Rose-Croix

Thierry E. GARNIER // Miyamoto Musashi (1584-1645) – Le samouraï-calligraphe

Daniel Giraud // Comment s’affranchir de son thème astrologique ?

Paul Sédir // Légende libanaise

N. O. M. // Gilbert TAPPA (1927-2016) – In Memoriam



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.