Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # L’Œuvre au Noir

L’ALCHIMIE une Tradition vivante

Après la « voie du Cinabre » brillamment exposée précédemment par Patrick Lebar dans nos « Chroniques de Mars », nous avons notamment grâce à nos amis Roger Bourguignon et Bernard Chauvière entrepris d’explorer savamment la voie de l’Antimoine telle que prônée par Fulcanelli et Eugène Canseliet, c’est celle-ci que nous allons évoquer en profondeur ce mois-ci, pour ce Numéro Spécial consacré à L’ALCHIMIE opérative, et ce avec le disciple d’Eugène Canseliet le plus secret et le plus méconnu à ce jour et qui, pour la première fois publiquement, pour les « Chroniques de Mars », a bien voulu sortir de l’ombre et prendre exceptionnellement la parole, se dévoiler, et nous livrer ses considérations magistrales sur l’Alchimie en voie sèche, nous parler de ses relations privilégiées avec le Maître de Savignies, nous donner aussi quelques directives de première importance sur la pratique alchimique au fourneau...

« Chroniques de Mars » No 23, avril 2017 – Numéro Spécial Alchimie.


Pratique de la Voie Alchimique

(...)

La bonne tenue du climat de la Terre était une préoccupation pour Canseliet qui ne méconnaissait pas du tout les dérives possibles d’une planète en décomposition. Dans un courrier qu’il m’adressa le 4 avril 1977, Canseliet me parle même de son inquiétude ; j’en donne ici un extrait :

« La lunaison ascendante qui s’est terminée ce matin avec la pleine lune, n’a pas été fameuse. Je n’en ai pas moins exécuté plusieurs séparations (Premier Œuvre), surtout afin d’observer le comportement de la matière lequel, de même que l’an dernier ne présage rien de bon à l’égard du climat et des sursauts internes du Globe… Plusieurs correspondants m’ont de surcroît manifesté leur surprise devant les réactions inhabituelles au cours de la fusion ordinairement prévisible… »

Lors de nos entretiens avec Eugène Canseliet il fut surtout question de faire cadrer le travail au creuset avec les phases favorables de la Lune ; soit de la veille au soir du premier quartier de Lune à la nuit qui suit la fin de la pleine Lune ; d’éviter aussi de travailler les nuits non sereines où l’Esprit Universel est dispersé par trop de vent ou une forte pluie… Pour Canseliet il s’agissait de pratiquer les opérations essentielles au plus près de la pleine Lune, comme par exemple les « conjonctions » qui sont au nombre de quatre et dont la dernière se situe au début du troisième Œuvre… Canseliet disait :

« L’alchimiste est un physico-chimiste qui travaille en collaboration avec le cosmos. Voilà pourquoi son travail est canonique. »

La saison favorable débute avec la lunaison bénéfique qui précède l’équinoxe de Printemps pour se terminer, dans le sud de la France, vers le mois de novembre. La Rosée se ramasse idéalement au Printemps et en Automne, en lune croissante et pleine. Pour le mieux, il faudra faire coïncider les deux calendriers, celui des opérations et celui du Ciel… Cyliani n’écrit-il pas que le mariage de Mars et de Vénus s’effectue par une belle nuit, le Soleil dans le signe des Gémeaux (21 mai-21 juin) ; la Lune dans son premier quartier à son plein. D’autres auteurs, plus anciens, comme Mathurin Eyquem du Martineau alias le « Pilote de l’onde vive », s’est longuement étendu sur ce même sujet et sera donc, à certains, consultable avec profit.

A propos des sels ou des sujets minéraux - mis en état - pour les expositions nocturnes, par temps calme ; ce qu’il s’agit de capter et de concentrer, outre le rayonnement cosmique et la Rosée de la nuit et du matin, concerne les germes du cycle de l’azote, la lumière lunaire polarisée et plus généralement la « Vie céleste », plus active et plus concentrée la nuit - la lumière solaire la diluant et la dispersant. Ce sont ces influences conjuguées que l’on englobe sous le terme « d’Esprit universel ». Outre les nuits de pleine Lune où celle-ci offre son entière visibilité, j’ajouterai qu’il me semble possible d’exposer les nuits sans Lune, une partie de ces « influences » s’y retrouvant, certaines substances à traiter ; ainsi que d’exposer aux rayonnements solaires lesdites substances pour une « ouverture » complète.

Au sujet du magnétisme terrestre et de celui de la matière, il conviendra de réaliser le concours des forces cosmo-telluriques avec celle-ci, afin qu’elles participent au processus sans freiner ! C’est d’ailleurs pour cela qu’Eugène Canseliet insista sur...

(…)

Le Manganèse était en relation avec le menhir de Peyrefitte (Gironde), constitué de grès rouge chargé en oxyde de fer et de Manganèse. Ce même grès rouge dont les moellons de pierre et les rognons constituaient une notable partie des murs de sa maison de Savignies. Ce type de pierre possède la propriété de conserver les ondes émises par les habitants successifs du lieu, pour ensuite les restituer, dans certaines conditions de manifestations, aux résidents habituels ou occasionnels réceptifs, avec pour ceux-ci un effet de surprise qui amusait Canseliet. Pour tenter d’expliquer « scientifiquement » ces phénomènes, il faut savoir que l’aimantation n’est pas une fonction définie du champ agissant. Elle dépend aussi des champs ayant agi antérieurement, et concerne également tous les traitements magnétiques, mécaniques et thermiques subis par l’échantillon.

Ces conséquences induites sont désignées sous le terme de phénomènes « d’hystérésis ». L’aimantation rémanente qui subsiste lorsque le champ extérieur cesse d’agir en est un exemple, ceci serait d’ailleurs à rapprocher des travaux sur la « mémoire de l’eau » - et la Rosée est bien une eau.

(...)

À ce stade, je rapporterai ici quelques unes des confidences d’Eugène Canseliet sur le Miroir de Nature :

« Il faut travailler sur une masse assez importante de Mercure contenue dans un creuset d’environ douze centimètres de diamètre et ayant déjà subi au-delà de huit purifications salines, par une belle nuit de pleine Lune, par temps calme et sans nuage. Le Mercure en parfaite fusion a pris un ton bleu, un peu violet, couleur du domaine des ondes, dont il se nourrit. Alors, sous certaines conditions de pureté, pour l’un, d’élévation spirituelle, pour l’autre, par le truchement de ses pinces, l’artiste soumet ce Mercure à sa volonté qui alors lui obéit et fait apparaître les images emmagasinées à la...

(...)

Georges Llabrès - Les Chroniques de Mars numéro 23, avril 2017 - Extraits du livre de Georges Llabrès : Pratique de la voie alchimique - De Nicolas Flamel à Eugène Canseliet.


Thierry E. GARNIER // Georges Llabrès – Disciple d’Eugène Canseliet #1

Thierry E. GARNIER // Georges Llabrès – Disciple d’Eugène Canseliet #2

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # Hors d’Œuvre

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # L’Œuvre au Noir

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # L’Œuvre au Blanc

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # L’Œuvre au Rouge

Georges LLABRES // Le four de la GRANDE COCTION selon les plans d’E. Canseliet

Georges LLABRES // « AXËL ou l’Axe du SOLEIL » – Documents inédits d’E. Canseliet

Georges LLABRES // Le Ciel Astrologique lors de la Transmutation alchimique de 1922

Thierry E. GARNIER // Roberto MONTI (20 mai 1945-29 novembre 2014)

Gerardina A. MONTI // Roberto MONTI et le « Monti Process »

Roberto MONTI // L’Alchimie est une science expérimentale #1

Roberto MONTI // L’Alchimie est une science expérimentale #2

Roberto MONTI // Photographies d’une Transmutation Alchimique du Mercure en Or

Roberto MONTI // Le Grand Bluff d’Albert Einstein #1

Roberto MONTI // Le Grand Bluff d’Albert Einstein #2

Jean ARTERO // FULCANELLI – L’Adepte invisible – Interview #1

Jean ARTERO // FULCANELLI – L’Adepte invisible – Interview #2

Jean ARTERO // « FULCANELLIANA » - Etude critique des ouvrages publiés sur Fulcanelli #1

Jean ARTERO // « FULCANELLIANA » - Etude critique des ouvrages publiés sur Fulcanelli #2

François TROJANI // L’Alchimie des Rose+Croix

François TROJANI // Hermétisme & Alchimie

Frédéric GARNIER // Une photographie inédite de Charles de Lesseps

Frédéric GARNIER // ALCHIMIE – Ce qu’en disent les Adeptes

Roger BOURGUIGNON // De l’art du potier à la fabrication de creusets alchimiques

Cédric MANNU // Un manuscrit inédit d’Eugène Canseliet – « La Table d’Emeraude »

Bernard CHAUVIERE // « Aperçus alchimiques »

Henri BOUASSE // La question préalable contre la Théorie d’Einstein


THESAVRVS // Adam – Adepte – Aigles – Alchimie – Alchimiste – Argyropée – Assation – Athanor – Chrysopée – Coupellation – Cyliani – Élixir- Élixir de longue vie – Eugène Canseliet – Philalèthe – Fulcanelli – Gnose – Grand Œuvre – Lavures – Macrocosme – Magnum Opus – Mercure – Microcosme – Nicolas Flamel – Œuvre au noir - Œuvre au blanc – Œuvre au rouge – Or – Panacée – Paracelse – Philosophie Hermétique – Pierre Philosophale – Poudre de projection – Régule – Rémore – Soufre – Sublimations – Table d’Emeraude – Teinture – Terre adamique – Transmutation – Unobtainium - Vitriol – voie de l’Antimoine – voie du Cinabre //


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.