Jean ARTERO // FULCANELLI – L’Adepte invisible – Interview #2

L’ALCHIMIE une Tradition vivante

Il ne pouvait pas être un Numéro Spécial sur l’Alchimie - en tout cas tel que nous le concevons - sans que bien sûr soit évoqué dignement la figure tutélaire de Fulcanelli ! Mais de quel Fulcanelli parlons nous… ? Puisqu’il en apparaît quasiment un tous les trois mois sous un nouveau patronyme ! À croire que Fulcanelli, « l’Adepte aux mille visages », comme à la fête foraine, se reflète sans cesse dans un labyrinthe infini en forme de palais des glaces… ! Est-ce un hasard circonstancié ou bien un jeu de miroirs volontaire de la part de l’Adepte… ? Et quels sont les auteurs contemporains qui se laissent prendre benoîtement à un tel miroir aux alouettes ? Où se trouve donc Fulcanelli, l’Adepte facétieux qui se joue de nous avec autant de facilités… ? Il fallait bien un historien de l’Alchimie comme Jean Artero pour se pencher à merveille sur cet imbroglio de noms dont la liste démesurée ne cesse de s’étendre en permanence et surtout pour nous permettre de revenir à peu plus de raison… Jean Artero dans son ouvrage « Fulcanelliana » - Petit guide hermétique consacré à la biographie de Fulcanelli - reprend à zéro « l’affaire Fulcanelli » et nous emmène à reconsidérer brillamment chaque thèse d’auteur, une à une, comme une enquête policière à charge et à décharge. Absolument toutes les pistes sont abordées, et ce sans aucune concession. Pour une fois, à rebours de toutes les thèses évoquées, dans ce livre captivant de bout en bout Jean Artero s’engage résolument, il ne nous propose pas, bien heureusement, un patronyme de plus à ajouter à la longue liste des Fulcanellis possibles, mais en réalité nous dit en quoi et pourquoi il ne peut être tel ou tel…

« Chroniques de Mars » No 23, avril 2017 – Numéro Spécial Alchimie.


Suite de l’INTERVIEW de Jean ARTERO

Chroniques de Mars // Pour côtoyer, François Trojani, auteur que j’ai rencontré pour la première fois au Congrès Canseliet à la Sorbonne en 1999, et dont je viens de publier en tant qu’éditeur un ouvrage d’alchimie absolument passionnant basé sur la perception de l’Hermétisme alchimique des Adeptes Rose-Croix, il me paraît essentiel de revenir sur une parole singulière que j’ai entendu peu souvent et que Trojani a constamment à l’esprit lorsqu’il évoque le « mystère Fulcanelli » - (sachant d’ailleurs qu’il fut un ami très proche de Bernard Husson et d’Eugène Canseliet, entre autres – et qu’il a une connaissance du milieu alchimique de cette période très aiguisée… ) ; François Trojani explique depuis fort longtemps que la biographie de Fulcanelli est une biographie « impossible »… A voir le nombre d’auteurs désireux de rendre compte d’un seul patronyme à accoler à Fulcanelli, et compte tenu du nombre de thèses actuelles, toutes dissonantes et incompatibles les unes envers les autres, on aurait à cœur de prendre Trojani au sérieux et de lui donner raison sur ce point. Qu’en pensez-vous ?

Jean ARTERO // Je ne suis pas loin de partager ce sentiment de François Trojani. Il me paraît d’ailleurs inspiré par le titre d’un essai de Luis Otero, que j’examine comme d’autres dans ces « Fulcanelliana » : « Fulcanelli, une biographie impossible ». On pourrait penser à un truisme, dans la mesure où il n’est bien sûr pas possible de décrire la vie d’une personne dont on ne connaît pas l’identité civile.

Mais non, l’adjectif impossible va au-delà de la platitude d’une telle interprétation. N’oublions pas que Fulcanelli ressemble dans son anonymat voulu à celui de son maître Basile Valentin, comme à celui d’autres alchimistes prestigieux, tel Philalèthe…

Voulu par la Tradition, cet anonymat doit être respecté, et un Eugène Canseliet n’a pas manqué de se prévaloir de ce respect, même s’il a sur le tard chercher à aiguiser une curiosité bien naturelle.

Aiguiser oui, divulguer non, tel est sans doute le fil rouge. L’œuvre de Fulcanelli est attractive en elle-même, et son attrait est encore accentué par l’inviolabilité de son pseudonyme.

Chroniques de Mars // Dans un autre ouvrage d’Alchimie, publié ce mois-ci chez Arqa et intitulé « Pratique de la Voie Alchimique – De Nicolas Flamel à Eugène Canseliet », l’auteur, Georges Llabrès, qui est un opératif de premier plan et qui fut un disciple d’Eugène Canseliet, il a très bien connu le Maître à Savignies comme on pourra le constater dans ce Numéro Spécial, Llabrès a toujours refusé publiquement de répondre à mes questions sur Fulcanelli - tout au moins dans un cadre médiatique -et dans les textes que nous avons publiés ensemble depuis l’année 2000 (certains textes sont sous pseudonymes), ainsi que sur Charles de Lesseps ; dans son ouvrage est d’ailleurs présenté une photographie inédite de Charles de Lesseps.

Notre ami Bernard Chauvière a, lui, de son côté, assuré dans ses « Aperçus alchimiques » publiés chez Arqa, que Fulcanelli avait à voir de très près avec la famille de Lesseps et, notamment, avec un membre de sa famille en particulier, nom que lui avait confié Jean Laplace en toute confidentialité. Ce dernier détenant en propre ce nom – et prénom – via Eugène Canseliet lui-même et via l’entourage de Canseliet, à Savignies. Bernard Chauvière, éminent disciple de Canseliet, lui aussi, ne donna jamais publiquement le nom que lui avait transmis en secret Jean Laplace... Vous avez-vous-même dans votre « Alchimie de Lesseps », énormément travaillé sur cette famille d’exception, constituée autour du patriarche Ferdinand de Lesseps. Quel est votre sentiment sur le sujet, avec les de Lesseps on approche au plus près du « mystère Fulcanelli »… ?

Jean ARTERO // Sans doute, et on ne peut qu’avoir la certitude, à la lumière de ce qu’a écrit Canseliet, que le « vrai » Fulcanelli fréquentait chez les Lesseps. Voire qu’il faisait partie de ce clan prestigieux.

Il est exact que j’ai abordé cette question sensible, comme on dit aujourd’hui, dans mon « Alchimie de Lesseps », même si j’y ai surtout centré mon propos sur la relation entre Champagne et Bertrand, un des fils cadets du patriarche Ferdinand. Dans les « Fulcanelliana », je rapporte l’intérêt de la thèse de Jean-Claude Allamanche (« Fulcanelli, une énigme irrésolue »), Allamanche selon qui Fulcanelli n’est pas un Lesseps, mais… plusieurs Lesseps successifs.

Dont Charles, un fils aîné, si cher à Bernard Chauvière et Jean Laplace (deux élèves de Canseliet) , entre autres. Malheureusement ou heureusement, on reste dans tous les cas au niveau des témoignages d’un côté, et des conjectures de l’autre.

Chroniques de Mars // J’ai eu pour ma part, concernant mes travaux de recherches personnels sur « le mystère Fulcanelli », la chance de rencontrer la dernière personne vivante ayant très bien connu Julien Champagne (1877-1932), en la personne d’Anne-Marie Beigu (1908-2000), qui fut pendant plus de 70 ans la gouvernante et la confidente de la famille Schwaller de Lubicz, de Suhalia à Louxor, du mas de Coucagno au Thoronet... J’ai pu l’interviewer, en Provence, au Thoronet, avant son décès en 2000, notamment sur Julien Champagne, sur Schwaller de Lubicz, entre autres, et sur le « mystère Fulcanelli » précisément, j’aurais l’occasion un jour de publier ces travaux de recherches ; comme on le sait Champagne connaissait très bien Schwaller, Champagne venait le visiter souvent au « Mas de Coucagno » pour des expérimentations alchimiques, ce fait me fut parfaitement confirmé par Anne-Marie Beigu, qui me donna des détails sur leurs relations respectives. Champagne avait d’ailleurs, comme nous le savons, dédicacé un ouvrage à Schwaller de Lubicz en le signant « A. H. S. Fulcanelli ». Dans l’affaire Fulcanelli, Champagne apparaît quand même comme le témoin incontournable de cet imbroglio alchimico-littéraire, et sans doute comme une cheville ouvrière du « projet Fulcanelli » tel qu’on peut le concevoir facilement ; n’oublions pas qu’il fut l’illustrateur de la première édition, en 1926, du Mystère des Cathédrales… Ce qui me choque, à titre personnel, c’est que tous les auteurs récents que vous citez dans votre livre, pour la plupart, font peu cas de la connexion obligatoire qu’il y eut forcément entre le patronyme qu’il désire vouloir être absolument « Fulcanelli » et Julien Champagne lui-même. Or cette connexion biographique, parfois inexistante, est pour moi fondamentale si l’on s’en tient aux faits ! Pour exemple, elle est parfaitement signifiante pour les de Lesseps. Parfois il apparaît nécessaire de simplifier les choses plutôt que de les compliquer… Quel est votre sentiment sur le sujet ?

Jean ARTERO // Puisque nous venons d’évoquer les Lesseps, rappelons-nous que si Julien Champagne fut l’ami proche de Bertrand, son père était de son côté l’homme de confiance de Charles de Lesseps. Donc effectivement on peut penser, compte tenu de ce qui précède, qu’une bonne manière d’étayer une hypothèse ou une autre sur la véritable identité de Fulcanelli consisterait à établir la relation de tel « fulcanellisable » avec Champagne ou sa famille.

J’observe d’ailleurs que Julien n’est pas absent du travail fondateur de Geneviève Dubois (« Fulcanelli dévoilé »), mais il est vrai que ce travail constitue de ce point de vue une exception. C’est pour mieux attirer l’attention sur Julien Champagne que j’ai fait paraître récemment (au Mercure Dauphinois) une étude qui lui est spécifiquement consacrée. Comme l’a justement écrit Cédric Mannu dans sa biographie de Canseliet, on peut tout à fait considérer qu’il fut comme ce dernier, et avant lui, un « apôtre de la Science hermétique »… de Fulcanelli.

* * *

FULCANELLIANA // TABLE des MATIÈRES // I - Les de LESSEPS par Jean-Claude Allamanche - II - FULCANELLI par Bernard Allieu & Bernard Lonzième - III - Carlos de BOURBON par Javier Corzo Sanchez - IV - Camille FLAMMARION par Frédéric Courjeaud - V - Albert Cochon de LAPPARENT par Christophe De Cène - VI - Jules VIOLLE par Johan Dreue - VII - Pierre DUJOLS par Geneviève Dubois - VIII - FULCANELLI par Roger Facon - IX - Paul DECŒUR par Filostène - X - Albert Cochon de LAPPARENT par Jacques Grimault - XI - Paul DECŒUR par Walter Grosse - XII - Alphonse JOBERT & Pierre DUJOLS par Richard Khaitzine - XIII - FULCANELLI par Leo Krugerman - XIV - Gustave EIFFEL par Cédric Mannu - XV - Paul DECŒUR par Nicodème - XVI - FULCANELLI par Luis Miguel Martinez Otero - XVII - FULCANELLI par Kenneth Rayner Johnson - XVIII - Jules VIOLLE par Patrick Rivière - XIX - Julien CHAMPAGNE par Evelyne Segaud.

* * *

Jean ARTERO - Les Chroniques de Mars numéro 23, avril 2017 - Extrait du livre de Jean ARTERO : FULCANELLIANA


Thierry E. GARNIER // Georges Llabrès – Disciple d’Eugène Canseliet #1

Thierry E. GARNIER // Georges Llabrès – Disciple d’Eugène Canseliet #2

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # Hors d’Œuvre

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # L’Œuvre au Noir

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # L’Œuvre au Blanc

Georges LLABRES // Pratique de la Voie Alchimique # L’Œuvre au Rouge

Georges LLABRES // Le four de la GRANDE COCTION selon les plans d’E. Canseliet

Georges LLABRES // « AXËL ou l’Axe du SOLEIL » – Documents inédits d’E. Canseliet

Georges LLABRES // Le Ciel Astrologique lors de la Transmutation alchimique de 1922

Thierry E. GARNIER // Roberto MONTI (20 mai 1945-29 novembre 2014)

Gerardina A. MONTI // Roberto MONTI et le « Monti Process »

Roberto MONTI // L’Alchimie est une science expérimentale #1

Roberto MONTI // L’Alchimie est une science expérimentale #2

Roberto MONTI // Photographies d’une Transmutation Alchimique du Mercure en Or

Roberto MONTI // Le Grand Bluff d’Albert Einstein #1

Roberto MONTI // Le Grand Bluff d’Albert Einstein #2

Jean ARTERO // FULCANELLI – L’Adepte invisible – Interview #1

Jean ARTERO // FULCANELLI – L’Adepte invisible – Interview #2

Jean ARTERO // « FULCANELLIANA » - Etude critique des ouvrages publiés sur Fulcanelli #1

Jean ARTERO // « FULCANELLIANA » - Etude critique des ouvrages publiés sur Fulcanelli #2

François TROJANI // L’Alchimie des Rose+Croix

François TROJANI // Hermétisme & Alchimie

Frédéric GARNIER // Une photographie inédite de Charles de Lesseps

Frédéric GARNIER // ALCHIMIE – Ce qu’en disent les Adeptes

Roger BOURGUIGNON // De l’art du potier à la fabrication de creusets alchimiques

Cédric MANNU // Un manuscrit inédit d’Eugène Canseliet – « La Table d’Emeraude »

Bernard CHAUVIERE // « Aperçus alchimiques »

Henri BOUASSE // La question préalable contre la Théorie d’Einstein


THESAVRVS // Adam – Adepte – Aigles – Alchimie – Alchimiste – Argyropée – Assation – Athanor – Chrysopée – Coupellation – Cyliani – Élixir- Élixir de longue vie – Eugène Canseliet – Philalèthe – Fulcanelli – Gnose – Grand Œuvre – Lavures – Macrocosme – Magnum Opus – Mercure – Microcosme – Nicolas Flamel – Œuvre au noir - Œuvre au blanc – Œuvre au rouge – Or – Panacée – Paracelse – Philosophie Hermétique – Pierre Philosophale – Poudre de projection – Régule – Rémore – Soufre – Sublimations – Table d’Emeraude – Teinture – Terre adamique – Transmutation – Unobtainium - Vitriol – voie de l’Antimoine – voie du Cinabre //


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.