Thierry E. GARNIER - Blaise PASCAL – La Nuit de FEU - Pour une eucharistie sans sommeil

« Pascal sort d’une autre race, en lui le surnaturel palpite, il a la foi. »

Paul Sédir

Afin de ne pas verser dans un mysticisme béat, il nous importe grandement aussi de revenir à l’essence des choses qui concerne la foi, seul et unique moyen d’accéder aux derniers cercles de l’empyrée si parfaitement décrits par le grand Dante Alighieri dans sa Divine comédie. Retrouvons alors, encore une dernière fois avant de nous quitter, cette incroyable nuit de FEU - qui est une « nuit de Dieu » - que va traverser Pascal en ce 23 novembre 1654, pour mieux dissoudre finalement le merveilleux de l’absolu.

Pour Jean de la Croix, le prisonnier de Tolède, compagnon de route de Thérèse d’Avila, qui avait assisté, lui, à de très nombreux prodiges et avait bien connu la transverbération de la réformatrice de l’Ordre du Carmel, il n’est pas opportun de considérer les merveilles du monde, les apparitions mariales, les miracles en tous genres, les baptêmes de feu et autres signes surnaturels, comme autres choses que ce qu’ils sont vraiment c’est-à-dire de “simples“ manifestations de Dieu, du Fils, de la Vierge, de l’Esprit, ou des saints. Cette phénoménologie avérée des manifestations divines n’a pour Jean de la Croix qu’un seul but, celui de renforcer indéfectiblement la foi du croyant pour mieux combattre les forces enténébrées. Pour Jean de la Croix, « la foi est une nuit », c’est elle - et elle seule - qui nous amène progressivement par la connaissance sensible des choses acquises, par les exercices spirituels répétés, par le rosaire renouvelé et par la transsubstantiation, à la rencontre ultime avec Dieu. La même que celle vécue par le philosophe mathématicien. Cette dialectique ontologique s’effectuant exclusivement dans l’abandon forcené de l’intellect comme l’exprime sans égard Pascal dans sa nuit de FEU, citant avec évidence le « Dieu d’Abraham » et non « des philosophes et des savants », rare trait du Mémorial non tiré des Ecritures.

La croyance sans restriction au mystère divin possède une clef intérieure qui est celle de la foi individuelle. Cette foi se noie aujourd’hui dans notre société matérialiste en pleine décadence, un peu plus chaque jour, dans le collectif de nos égos respectifs et c’est bien au sein de cette dualité avérée que se résout le problème de l’incarnation. « Soumission totale à Jésus-Christ » nous dit encore Pascal. Il ne s’agit pas là d’une soumission aveugle et nue mais d’un abandon inconditionnel que la foi individuelle dicte à chacun de nous dans le seul repli de son âme. Il s’agit bien en vérité d’une « renonciation totale et douce » comme l’indique Pascal ou encore pour employer la terminologie de la “petite“ Thérèse de Lisieux d’un « détachement intégral ».

Il faudrait à cet instant de notre discours, et pour donner un éclairage particulier, faire appel aussi à la notion de « grâce » que prônaient si intelligemment les jansénistes de Port-Royal des Champs. Cette « grâce » si difficile à accepter dans sa vision augustinienne par les dominicains et les jésuites, ordres religieux que l’on peut aisément ici associer aux « savants » et aux « philosophes » dont Pascal nous entretient ; une grâce qui nous permet de mieux comprendre ce cheminement dual de l’âme perdue, en errance perpétuelle - de l’ombre à la lumière - vers son Créateur, et de mieux considérer l’aide infinie qu’il octroie à chacun en son absolue miséricorde, tendant de la sorte une main providentielle à sa créature.

« Je m’en suis séparé… », criera encore Pascal avec remords en parlant du divin créateur. Et c’est bien cette séparation volontaire, assumée, qui crée temporairement la rupture du fil de trame qui empêche la nature de l’âme de retrouver son enclos béni. « Mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie », nous enseigne la parabole du fils prodigue (Luc XV, 32). Le temps faisant son office, la Divine Providence accueillera toujours avec « joie » l’âme qu’Elle choisit pour ses actions de grâce. Alors, comme René Descartes l’écrivit pour lui-même, nous pourrions dire avec lui que nous sommes tous « un homme seul qui marche dans les ténèbres » – dans « la grandeur de l’âme humaine ».

* * *

« Parce qu’en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi. » - Romains I, 17

En dernier recours, après avoir évoqué « la fuite », « la renonciation », « la crucifixion » - et « la séparation » d’avec le Père - Pascal conclut sans appel à la fin de son texte manuscrit par ces quelques mots latins tirés des Psaumes (CXIX, 16) : « Non obliviscar sermones tuos »(Que je n’oublie pas tes enseignements), encore résumés parfois par : « fais du bien à ton serviteur, pour que je vive et que j’observe ta parole ».

Pour Pascal, la peur de l’oubli et de son dialogue avec Dieu, en cette nuit si énigmatique, devait se concrétiser physiquement par une action particulière - symbolique pour lui - et qui prendra corps avec cet acte occulté de mise en captivité dans la doublure de son pourpoint de ces quelques lignes sacrées écrites dans une urgence telle que seul l’élan du cœur et de l’âme pouvait en expliquer l’événement. Ces derniers mots de conclusion du Mémorial de Pascal : « Que je n’oublie pas tes paroles », font aussi manifestement écho aux derniers mots de Blaise prononcés sur son lit de mort : « puisse Dieu ne jamais m’abandonner », comme si la peur de l’abandon de Dieu déjà estimée par Pascal lors de ce qu’il appela lui-même sa « période mondaine » des années 1648 à 1654, pouvait encore survenir prochainement dans un au-delà qu’il était en train de vivre au moment même où il subissait les affres de l’agonie... Au moment de ce départ si précipité, interrogeons-nous quand même sur le devenir de la puissance impérieuse du génie incontesté de Pascal, de ses découvertes futures, s’il avait seulement vécu vingt ou trente ans de plus, à rajouter à sa trajectoire de feu…

Il est à noter que ces derniers mots latins « Non obliviscar sermones tuos », si essentiels, ne figurent pas dans le document original écrit sur papier, mais seulement dans le manuscrit sur parchemin recopié par la suite par Pascal dans les jours qui ont suivi cette nuit suspendue. Pourquoi ? Pour quelles raisons ? Blaise les a rajoutés avec un autre état d’esprit, à froid, à la lumière d’une bougie dans la réflexion de son bureau, comme pour parachever son manuscrit et (...)

Thierry E. GARNIER - Extrait de : "NUIT DE FEU - Essai sur le Mémorial de Blaise Pascal" - K2Mars 26 - 2017.


Voir avec les yeux du cœur

Puisse Dieu ne jamais m’abandonner

Pour une eucharistie sans sommeil

* * *

Index Nominum

Abraham

Alighieri Dante

Allais Maurice

Alveydre Saint-Yves d’

Amadou Robert

Andreae J. Valentin

Apollinaire Guillaume

Artaud Antonin

Augustin saint

Avila Thérèse d’

Bacon Francis

Baillet Adrien

Balsamo Joseph

Barillon prieur

Barthes Roland

Blanchard Gérard

Böhme Jakob

Borchert Bruno

Bossuet Jacques-Bénigne

Bouasse Henri

Boutard Louis

Breyer Jacques

Bruno Giordano

Bry Théodore de

Champaigne Philippe de

Chateaubriand François-René de

Chrysogone saint

Clément pape

Cramer Daniel

Croix Jean de la

David roi

Dawkins Richard

Demeny Paul

Descartes René

Descotes Dominique

Domat

Dreuille Christophe de

Eckartshausen Karl von

Edelinck

Einstein Albert

Élie

Escola Marc

Euler Leonhard

Fermat Pierre de

Fibonacci Leonardo

Fludd Robert

Foligno Angèle de

Franckenberg Abraham von

Gaffarel Jacques

Galilée Galileo

Genette Gérard

Gid Raymond

Grégoire le Thaumaturge

Guerrier Pierre

Guigues II le chartreux

Gutenberg Johannes

Hawking Stephen

Hegel Georg

Helmont Jean-Baptiste van

Heydon John

Hoëné-Wronski Josef

Isaac

Izambard Georges

Jacob

Jean saint

Jérémie

Jérôme saint

Jésus-Christ

Kempis Thomas a

Kierkegaard Soren

Lacuria Paul-François

Lélut Louis-Francisque

Lévis Mano Guy

Lopoukhine Ivan V.

Luc saint

Mallarmé Stéphane

Matthieu saint

McLuhan Marshall

Merian Matthaüs

Michaut Gustave

Mögling Daniel

Monti Robert

Mynschist Adrien

Ockham Guillaume d’

Onfray Michel

Origène

Paracelse

Pascal Blaise

Patier Xavier

Patrick saint

Paul saint

Périer Louis

Périer madame

Philippe apôtre

Philippe de Lyon M.

Pic de la Mirandole

Poincaré Henri

Pythagore

Quesnel

Racine Jean

Rimbaud Arthur

Rosenkreutz Christian

Ruth

Saint-Martin Louis-Claude de

Saint-Victor Arnoul de

Sédir Paul

Sperber Julius

Studion Simon

Teilhard de Chardin Pierre

Tesla Nikola

Torquemada Tomas de

Valentin Basile

Vaughan Thomas

Verlinde Joseph-Marie

Villani Cédric

Vinci Léonard de

Weil Simone

Zapf Hermann


THESAVRVS // Agneau – Air – Alpha - Alphabet grec - Alphabet romain – Âne – Ange - Année solaire – Anthropologie – Apocalypse – Argent - Art poétique - Astronomie – Berger – Bible – Boaz – Bœuf - Carl-Gustav Jung – Carré - Cartographie céleste – Cène – Cercle – Chiffres – Christ – Cœur – Couleurs – Coupe Coutumes – Croix – Cromlech - Cycle lunaire – Désert – Divinations – Dolmen – Dragon – Eau – Etrusques – Feu – Figures – Formes – Gestes – Graal – Hébreux – Histoire – Jakin – Lion – Mains – Mégalithes – Menhir – Mère – Miel – Montagne – Myrrhe – Mythes - Mythes fondateurs - Nature des symboles – Nombres – Omega – Or – Pain – Paradis – Phénicien – Poissons – Pythagore – Pythagorisme – Religions – Rêves – Runes – Sang – Sel – Serpent – Signes – Soleil - Souffle – Sumbolon – Symboles - Symboles chrétiens primitifs - Symboles dans la Bible – Symbolisme – Taureau – Temple – Terre – Tradition – Triangle – Veilleur – Vin – Zoé //


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.