Gil ALONSO-MIER - Étrange découverte à Rosslyn Chapel

L’ancienne Chapelle vient de révéler un mystère avec la découverte d’une ruche construite au beau milieu des pierres. En rénovant la Chapelle rendue célèbre depuis le Da Vinci Code, les compagnons ont put trouver alors qu’ils ôtaient le toit d’un chapiteau. Les abeilles pénétraient en fait à l’intérieur par une fleur gravée. Cet édifice du 15ème siècle est actuellement au cœur d’un vaste projet de 13 millions de livres sterling en vue de sa restauration. On a découvert la ruche lorsque deux chapiteaux qui abritaient des jackdows (c’est-à-dire des corbeaux ou corneilles) et qui étaient devenus trop instables, ont finalement été descendus pierre par pierre afin d’être reconstruits. Malcolm Mitchell, de la société Page Park Architects, confiait : “C’était un gros creux d’environ la taille d’un conduit de gaz et la ruche a du effectivement être abandonnée. »

On pense que les abeilles ont quitté la ruche quand une voûte a été placée au-dessus de la chapelle pendant les travaux de restauration. Un autre chapiteau possédait lui, un creux similaire sans pour autant bénéficier d’aucun orifice d’accès.

« Les maîtres bâtisseurs les ont construit intentionnellement ou pas. On trouve tellement d’irrégularités et de nuances à Rosslyn dans le travail de la Pierre et c’est un peu comme si les maîtres maçons nous faisaient un sacré clin d’œil depuis le passé », rapporte Mr Mitchell. »

« Ces ruches ont aucunement la prétention d’être une source de miel. Elles étaient là principalement pour protéger les abeilles de notre temps vigoureux ». Il semble qu’il n’y ait jamais eu aucun précédent.

« Dans le passé, les ruches pour abeilles étaient portables. On les fabriquait souvent avec des corbeilles en osier ou bien en céramique mais l’objectif était toujours de pouvoir les atteindre. »

« A Rosslyn, les rûches n’existent que pour les abeilles. »

Il a ajouté qu’elles semblaient être comme un manteau pour protéger de la poussière de la pierre de ces prédateurs qui peuvent endommager la maçonnerie...

La ruche en question a été présentée à des apiculteurs locaux dans le but que l’on puisse identifier le type d’insectes ayant réalisé la ruche.

On pense que les abeilles reviendront une fois que les travaux de rénovation auront été accomplis.

Plusieurs autres découvertes inhabituelles ont été faites pendant le projet et notamment celle de deux squelettes…

Alors, affaire à suivre… !

Gil Alonso-MierLes Chroniques de Mars – Janvier 2011.

Photo // Gil Alonso-Mier devant Rosslyn Chapel & Infos traduites de BBC News et rendues publiques le mardi 30 mars 2010 à 12:35 (UK).


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.