Gil ALONSO-MIER - Monsieur Philippe de Lyon à la cour de Russie

Prodiges et guérisons à la veille de la révolution russe.

« Le docteur Papus, le célèbre occultiste, mort victime de la grande guerre dont il soigna les blessés avec un dévouement inlassable, parla au cours d’une de ses conférences en Russie, devant les plus notables personnages de l’aristocratie de la Cour, du thaumaturge lyonnais, de celui qu’il appelait son Maître spirituel. On fut avide de connaître un tel personnage... »

Jean Bricaud

* * *

Le texte de Jean Bricaud sur le Maître Philippe à la Cour de Russie, nous montre un épisode important et méconnu de la vie de monsieur Philippe en Russie, mais remémore encore, hélas, les sempiternelles superpositions et confusions biographiques entre Papus et monsieur Philippe à la Cour du Tsar - notamment concernant la pratique du spiritisme contre lequel le guérisseur lyonnais émettait des réserves notables.

Les spirites, disait-il : « croient trop facilement que des esprits élevés peuvent venir à notre contact et même nous toucher. Je ne dis pas que cela soit impossible, mais cela est fort rare... Il faut prier pour cela, être pur, et encore l’esprit qui vient à nous peut être sévèrement réprimandé de l’avoir fait. »

Erreurs dont Maurice Paléologue, Philippe Encausse, etc., se firent l’écho, confusions rapportées dès le départ par des sources peu fiables voire erronées et par la suite souvent recopiées comme on peut le voir, entre autres, dans l’évocation du très romancé Philippe, guérisseur à La Cour de Nicolas II du docteur Léon Weber-Bauler édité chez Baconnière, en Suisse, en 1943. Papus, rappelons-le avait effectué déjà un premier voyage de décembre 1899 à janvier 1900 et il était revenu en avril 1900 rendant compte d’une séance de spiritisme conduite à Saint-Pétersbourg.

Papus retourna en Russie du 27 janvier 1901 jusqu’à la fin mars. Bien souvent, chez les auteurs ayant traité du sujet, les dates des voyages du Maître Philippe et de Papus en Russie se télescopent, sans prendre en compte la réalité chronologique des faits. Monsieur Philippe fit bien plusieurs voyages en Russie et non pas un seul comme malencontreusement avancé parfois.

Ce que l’on peut retenir de concret des voyages de Philippe de Lyon en Russie tsariste, c’est que sa pratique médicale fut parfaitement reconnue là-bas au point qu’il signa par la suite certaines de ses missives : « Docteur en médecine – Saint-Pétersbourg ». Une lettre inédite de Monsieur Philippe que nous publions dans cette édition fait état de son cachet personnel de médecin, écrit en cyrillique d’avant la révolution. Alfred Haehl avait de son côté présenté le diplôme de docteur en médecine de Monsieur Philippe délivré par l’Académie impériale de Saint-Pétersbourg, le 8 novembre 1901 (Cf. Vie et Paroles du Maître Philippe, Paul Derain, 1959).

Les lettres inédites sur Monsieur Philippe de Lyon à la cour de Russie, traduites ci-après donnent, elles, un éclairage pertinent sur le médecin Philippe, vu de « l’envers du décor » et à ce titre permettent de comprendre un peu mieux comment était perçu à la cour impériale le « Mage de Lyon ».

Enseignements oraux de M. Philippe de Lyon (extrait) - Présentation Gil Alonso-Mier - Arqa éditions 2013 - K2Mars No 12.

Note // 1 - C’est Elie Alta qui avait un jour introduit Jean Bricaud auprès du docteur Lalande qui à son tour lui présenta monsieur Philippe. La brochure du Maître Philippe et Le mysticisme à la Cour de Russie, dans le chapitre Les précurseurs de Raspoutine, montrent pour cet auteur un intérêt certain pour ce qui a trait à la personnalité de monsieur Philippe de Lyon. Cependant, sans doute, plus épris de merveilleux et occultiste dans l’âme, Bricaud n’a pas réussi à parfaitement cerner et à intégrer pleinement la dimension mystique et surtout chrétienne qui se dégageait du Maître, néanmoins son travail remarquable est d’un intérêt majeur du point de vue de l’historien. C’est à ce titre que nous l’avons repris en annexe, en tant que document préférentiel sur l’ambiance incroyable qui régnait à la cour de Russie à la veille d’une révolution sanglante qui balaya dans les pires tourments le régime tsariste de Russie.


MARS EYE 2013

En 2013, Marseille est Capitale Européenne de la Culture, les éditions ARQA qui fêtent cette année leurs dix ans d’activités se devaient dans la continuité du travail déjà accompli de proposer à leurs lecteurs plusieurs ouvrages de qualité, avec des auteurs reconnus et surtout avec la présentation de nombreuses recherches et documents d’archives inédits. Avec les livres de Georges COURTS, Gino SANDRI et la Trilogie de Gil ALONSO-MIER sur les guérisseurs spirituels de la fin du XIXe siècle, Vignes, Schlatter, et Philippe de Lyon, voilà chose faite.

En souhaitant donc à tous nos lecteurs de très bonnes lectures !

THESAVRVS // Agape – Apatheia - Bibliothèque de Nag Hammadi – Cagliostro – CHRIST – Christianisme - Clément d’Alexandrie – Divinité - Église intérieure - Evagre le Pontique - François Schlatter – Gnose – Gnosis – Hypostase – Kabbale - La Nuée sur le Sanctuaire - Les Envoyés du Ciel - Loisieux – Mandéisme – Manichéisme – Néoplatonisme – Origène - Philippe de Lyon – Praktiké - Salut de l’âme - Symbolique Martiniste //

JPEG


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.