Nostradamus et la fin du Monde

Si Nostradamus n’a jamais prétendu avoir prédit l’avenir,

de nombreuses fin du monde lui ont pourtant été attribuées...

En voici un petit rappel en images.

* * *

L’exécution de Charles 1er, roi d’Angleterre en 1649 et l’embrasement de Londres de 1666 représentés sur un célèbre frontispice des Prophéties de Nostradamus (d’après l’interprétation de deux quatrains). Les vrayes Centuries et Prophéties de Maistre Michel Nostradamus, frontispice de la 77e édition, Amsterdam, Jean Jansson, 1668.

photo © Yves Bosson / Agence Martienne

1999 est l’une des très rares dates à figurer en clair dans les Prophéties :

[1] L’an mil neuf cens nonante neuf sept mois,
Du ciel viendra vn grand Roy d’effrayeur,
Resusciter le grand Roy d’Angolmois,
Avant apres Mars regner par bonheur
.

Affiche du film Nostradamus 1999, avec Orson Welles (1981, Warner Bros.).


coll. Agence Martienne

* * *

Fin du monde Nostradamus - An 2000

[2] Nostradamus et le cinéma populaire avec cette affiche du film Fin du monde Nostradamus - An 2000 (réal. Masuda, Japon, 1976) : gratte-ciel new-yorkais en feu et autre scène de désolation urbaine pour un pseudo documentaire dans la lignée des films catastrophe des années 1970.

coll. Agence Martienne

* * *

Nostradamus et la littérature populaire

[3] Le maître du temps symbolisé à nouveau par un sablier ! Couverture d’un pulp (magazine populaire) américain de science-fiction : Thrilling Wonder Stories (décembre 1947). Illustration d’Earle Bergey pour « The Timeless Tomorrow ».

coll. Agence Martienne

11 septembre 2001

A la suite de l’attentat du 11 septembre 2001 contre les Twin Towers de New York, le quatrain VI-97 des Prophéties de Maitre Michel Nostradamus (ici édition Jean Viret, Lyon, 1697) a fait l’objet d’une célèbre interprétation, laquelle a instantanément fait le tour du monde sur la toile.

photo © Yves Bosson / Agence Martienne

coll. Agence Martienne.

Yves BOSSON © - pour les Chroniques de MARS, numéro 10, décembre 2012 - Crédits photos // coll. Agence Martienne.

Recherche iconographique : Yves Bosson / Agence Martienne –
www.agence-martienne.fr

L’histoire sans fin

Entretien d’Yves BOSSON pour Var Matin le 19 décembre 2012 //

Supposé abriter dans ses entrailles
un vaisseau spatial
extraterrestre, le Pic de Bugarach
ne pouvait que susciter
l’intérêt de l’Agence Martienne,
une très sérieuse
photothèque consacrée à la
science-fiction populaire et à
l’imaginaire scientifique.
En cette fin du monde que
certains croient toute proche,
Yves Bosson, le responsable
de l’Agence Martienne,
s’est donc amusé à regrouper
une collection d’images
illustrant les différentes fins
du monde annoncées dans
le passé. Première constatation
 : « La fin du monde est
une histoire sans fin ». Et
celle-là a toutes les chances
de venir grossir encore un
peu plus la liste des quelque
180 précédentes apocalypses…
« Tout le monde sait
que la fin du monde n’aura
pas lieu. Et pourtant on fait
comme si. Y compris les médias.
On joue à se faire peur »,
explique Yves Bosson.
Un jeu morbide
Pour ce dernier, si cette fin
du monde connaît un tel
succès, c’est qu’on ne redoute
plus vraiment « les
vieilles frayeurs que pouvaient
représenter le gel des
cultures, la famine, les épidémies
 ». Mais comme pour les
précédents épisodes, ce
21 décembre est « le miroir
de notre société, à un moment
donné ».

Yves Bosson fait juste remarquer
que l’on a peut-être
perdu en route le second
degré. La touche d’humour
empreint d’une certaine poésie.
Alors que dans son ouvrage
« La fin du monde »
paru en 1894, Camille Flammarion
imaginait tous les
scénarios possibles, dont
une extinction de l’espèce
humaine par hilarité générale,
qu’en 1910 on proposait
de louer des aéroplanes
à destination de la lune pour
échapper à la collision avec
la comète de Halley, il semble
bien qu’aujourd’hui
l’issue soit fatale.
Heureusement que tout est
basé sur « une interprétation
erronée d’une fin de cycle du
calendrier maya ».

P.-L. P.

* * *

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.