Accueil > Le Blog > Archives 2009, 2010 > 16/10/2010 [Péladan et la Rose+Croix - Lettres inédites de Joséphin Péladan (...)

16/10/2010 [Péladan et la Rose+Croix - Lettres inédites de Joséphin Péladan #2]

Ces 24 lettres inédites, (plus une correspondance de son père Adrien et le faire-part funéraire le concernant), dévoilées pour la première fois grâce à un fonds privé sont remarquables à plus d’un titre. Elles révèlent un Péladan protéiforme, où l’on retrouve, entre autres, l’ésotériste, plus surprenant, un Joséphin intime avec sa recherche de crème dépilatoire, mais aussi un Sâr soucieux de l’organisation de l’un de ses salons, etc. Elles corroborent des faits établis, par exemple la lettre de son père au marquis de Valfons afin qu’il intervienne pour lui trouver emploi, courrier précédant une correspondance entre Péladan lui-même et le marquis de Valfons. Ces lettres, classées par ordre chronologique, sont accompagnées d’un bref commentaire. Pour celles qui ne sont pas datées, une estimation de la date d’écriture sera indiquée. La première lettre recensée est une lettre du 1er juillet 1881 d’Adrien Péladan Père au marquis de Valfons. Cette lettre de quatre pages d’Adrien Péladan Père, rédigée le 1er juillet 1881, est adressée à son ami le marquis de Valfons. Celui-ci, légitimiste nîmois, s’était proposé d’aider son fils à trouver un emploi. Il lui demande d’intervenir auprès de Georges Lafenestre, directeur des Beaux-arts, car Joséphin vient de s’installer à Paris. En effet, Péladan Père pense que son fils pourrait intégrer l’Administration des Beaux-Arts dès l’automne 1881. En attendant, le marquis, en intervenant personnellement auprès de l’administrateur général du Crédit de France, lui trouve un emploi bien éloigné de ses rêves de gloire : employé aux écritures de cet établissement… Notons que l’auteur du « Vice suprême » et le marquis auront eux-mêmes, à la suite de la lettre de son père, un échange épistolaire de six lettres. Tous ces documents sont à retrouver dans l’ouvrage que je propose aux éditions Arqa dans un cahier iconographique de 62 pages ; une étude sur Joséphin Péladan et la Rose+Croix et sur les courants initiatiques rosicruciens à la Belle Epoque autour du Sâr Péladan, à paraître prochainement.

>[Arnaud de l’Estoile]

En illustration : Un portrait inédit de Joséphin Péladan.