Accueil > WebZine > « Les Chroniques de Mars » > >[HISTOIRE – SYMBOLISME & TRADITION] > Thierry E. GARNIER - Les quatre cavaliers de l’Apocalypse, le jugement (...)

Thierry E. GARNIER - Les quatre cavaliers de l’Apocalypse, le jugement dernier et l’Ere du Verseau

"Je suis l’Alpha et l’Oméga"

Y a-t-il, comme on peut le penser, un point fixe Oméga tel que décrit par Teilhard de Chardin, une heure exacte sur la ligne des âges marquant la fin des temps annoncée par les plus grands prophètes de l’Occident chrétien, le Jugement Dernier précédé de l’Antéchrist et concernant l’entrée dans l’Ere du Verseau ? Y a-t-il une Apocalypse, c’est-à-dire une Révélation, identifiée comme telle, marquée au fer rouge par quatre Cavaliers sortis dont on ne sait où, ou bien plutôt, de la fosse de Babel…


« Que celui qui a des oreilles entende ce que l’esprit dit aux Eglises : celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort. »
Apocalypse 2 - 7.

Du 18 au 30 juin 1908, devant des membres de la Société Théosophique de Nuremberg, ville qui vit naître et mourir Albert Dürer, Rudolf Steiner (1861 - 1925) prononce une remarquable série de 12 conférences sur le thème de « l’Apocalypse ». La fabuleuse acuité de cet exceptionnel initié ne peut que nous inciter à la relecture. Que nous dit Steiner :

« Qu’a donc voulu décrire l’auteur de l’Apocalypse, qu’a-t-il voulu écrire ?

Cette question trouve sa réponse dans un bref rappel des origines de l’Apocalypse. Où se trouve d’abord contenu ce qu’elle décrit ? Si vous pouviez remonter aux Mystères de la Grèce antique, aux Mystères orphiques, aux Mystères d’Eleusis, d’Egypte, de Chaldée, de Perse et de l’Inde, vous y trouveriez partout l’Apocalypse. Elle existait déjà, elle était là. Elle n’était pas écrite, mais elle vivait, transmise de génération en génération parmi les prêtres, les initiateurs, alors que la mémoire était si vive qu’elle pouvait retenir des textes même aussi considérables. Dans des époques encore beaucoup plus récentes, elle était encore plus vigoureuse qu’aujourd’hui. Qu’on se rappelle seulement les aèdes récitant l’Iliade, parcourant le pays en chantant de mémoire leurs longs poèmes. Il y a relativement peu de temps que la mémoire a tant décliné. Dans les écoles de Mystères, l’enseignement n’était pas écrit, mais transmis oralement par les initiés de génération en génération.
Quelle était donc la tâche de l’Apocalypse ?

Elle avait pour but de servir d’instructions à celui qui menait les adeptes à l’initiation. A l’époque, l’homme en qui cette initiation devait s’accomplir était amené à se détacher de son corps physique, et restait comme mort. Mais pendant qu’il se trouvait dans cet état, l’initiateur lui faisait voir dans son corps étherique ce que plus tard, grâce à l’impulsion du Christ, on put voir par clairvoyance sans sortir du corps physique. Les anciens initiés sont devenus les prophètes qui ont pu faire allusion au Christ. Et ils l’ont fait, ils ont pu le faire parce que dans cette Apocalypse le Christ leur a été montré comme devant apparaître dans l’avenir. Jamais encore ne s’était déroulé l’événement du Golgotha, où un être humain vécut historiquement, dans un corps de chair, tout le drame de l’initiation. » Et pour Steiner il existe bien pour cette période annoncée par l’Initié de Pathmos, un principe énergétique actif permettant une imprégnation véritable du corps individué par les forces christiques de la fin des Temps et ce, afin d’atteindre un plan d’évolution ultime, que Steiner dénomme à l’instar de Swedenborg « Jérusalem Nouvelle » ou « Nouveau Ciel ». Pour Steiner il s’agit d’une "alliance" entre le corps physique et le corps éthérique de l’initié, dans un principe qualifié de "christique" hautement harmonisé, que Saint Germain ou Cagliostro au XVIIIe siècle avaient identifié sous l’appellation de « corps glorieux ».

L’échanson des Dieux

Nombreux sont les prophètes ou les sensitifs qui donnèrent, dans le prolongement de saint Jean, des éléments d’applications véritables permettant d’affiner les calculs et suggérant l’anticipation de la Révélation, c’est-à-dire d’une certaine manière, une compréhension du « temps plié ». De Malachie à Nostradamus en passant par Dante Alighieri, tous activèrent des leviers efficaces, énigmatiques certes, mais nécessaires pour accéder, après obtention des arcanes délivrées par le "Maître des clés", à l’entrée des cryptes de feu.

Nous avions, en 1999, attiré l’attention du lecteur sur l’intérêt que nous accordions alors au livre de Yassir Benmiloud, L’Explication, qui était un aperçu relatif de la version de l’Apocalypse, vue du côté des initiés musulmans. Il semble évident de dire, encore faut-il l’appréhender justement, que la venue des Templiers de la fin des temps, annoncée par les prophéties, ne peut que se révéler dans un reflet du miroir, par un dédoublement identifié avec juste raison dans la secte médiévale des Ashashins, par Y. B. dans son ouvrage.

« Au milieu du trône et autour du trône, il y a quatre êtres vivants remplis d’yeux devant et derrière. Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un veau, le troisième être vivant à la face d’un homme et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole ».

Apocalypse 4 – 7.

L’Ere du Verseau, selon la théorie des cycles bien connue, évoquée dans l’iconographie traditionnelle par Ganymède - étymologiquement celui qui prend soin de la boisson d’éternité - coiffé du bonnet phrygien des initiés, verse l’Eau autrement dit abreuve à la source, les assoiffés de Connaissance. Paul le Cour dans son ouvrage sur l’Ere du Verseau cite Louis-Claude de Saint-Martin qui pense-t-il, à juste raison, avait bien pressenti l’importance de cette allégorie.

Saint-Martin indique : « L’évangile parle d’un festin de la Pâques… Lorsque vous entrerez dans la ville, vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau, suivez-le dans la maison où il entrera et dites au maître de la maison : « Le maître vous envoie dire où est le lieu où je mangerai la Pâque avec mes disciples et il vous montrera une grande chambre haute et toute meublée. » Et Saint-Martin ajoute : « Qu’est-ce donc que cet homme avec une cruche d’eau ? C’est le précurseur de la sainte alliance qui ne peut se contracter qu’après la purification parfaite (c’est-à-dire après les épreuves que traverse actuellement le monde.) » On le voit sans ambages, Saint-Martin avait compris la dimension eschatologique de Ganymède et l’exprimait sans détours. Dans cette configuration des ères et des cycles en action, le Dharma des bouddhistes, l’ère du Verseau s’intègre parfaitement, au point nommé, et nous confirme, si besoin était, le remplacement licite de l’Église de Pierre par l’Église de Jean, au son éclatant de la trompette du Jugement ultime. Jugement qui verra la rémission des péchés et la purification du karma de l’Humanité, si l’on en croit les textes prophétiques.

La prophétie des Âges

Qu’en est-il alors du Satya-Yuga devant succéder au Kali-Yuga, une fois que la Jérusalem Céleste sera "descendue" sur Terre réaliser l’œuvre messianique ? Avec Nietzsche nous pensons que « pour qu’un sanctuaire apparaisse, il faut qu’un autre disparaisse »... A chacun alors de déterminer la dimension symbolique de ces prophéties, et d’en évaluer surtout la nature véritablement sacrée.

Quant à la date exacte recherchée par tous, assurons que sur la ligne circumlinéaire du Temps et sur une échelle relative à la création de la Terre de 4 567 000 000 d’années, quels initiés sauront assurément déterminer la date exacte au jour près de la venue des quatre cavaliers, quand on sait que Matthieu (XXIV-36) écrivit de façon non équivoque :

« Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père, seul... »

Thierry E GarnierSur les Remparts de Saint-Jean d’Acre (extrait), Arqa ed. 2004.

* * *

Sommaire - Spécial Fin du MONDE //

Chroniques de MARS - EDITO // En cas d’Apocalypse, relayez l’info par Twitter

Ze Insider of Mars – Apocalypse - Une catastrophe d’origine humaine

Emmanuel RIVIERE // 2013 – La comète du Millénium

Gil ALONSO-MIER // « L’Apocalypse selon Schlatter – 1895 »

Jean-Marc ROLLAND // Calendrier MAYA – L’APOCALYPSE pour l’année 3500

Jacques ERLICH // BUGARACH 2012 – 1230 mètres au dessus de l’Apocalypse


Yves BOSSON // Vues rapprochées sur la fin du Monde

Emmanuel RIVIERE // Une fin sans avenir

Jacques HALBRONN // Prophéties et Généthliomancie

Jean-Marc ROLLAND – Apocalypse - Fukushima et les forces de l’esprit

Thierry E GARNIER // Les quatre cavaliers de l’Apocalypse

Emmanuel RIVIERE // La prophétie d’Akita et le Vatileaks

Ze Insider of Mars // ANONYMOUS – 21 décembre 2012 - 11h 11.

THESAVRVS // Agneau – Air – Alpha - Alphabet grec - Alphabet romain – Âne – Ange - Année solaire – Anthropologie – Apocalypse – Argent - Art poétique - Astronomie – Berger – Bible – Boaz – Bœuf - Carl-Gustav Jung – Carré - Cartographie céleste – Cène – Cercle – Chiffres – Christ – Cœur – Couleurs – Coupe Coutumes – Croix – Cromlech - Cycle lunaire – Désert – Divinations – Dolmen – Dragon – Eau – Etrusques – Feu – Figures – Formes – Gestes – Graal – Hébreux – Histoire – Jakin – Lion – Mains – Mégalithes – Menhir – Mère – Miel – Montagne – Myrrhe – Mythes - Mythes fondateurs - Nature des symboles – Nombres – Nombres – Omega – Or – Pain – Paradis – Phénicien – Poissons – Pythagore – Pythagorisme – Religions – Rêves – Runes – Sang – Sel – Serpent – Signes – Soleil - Souffle – Sumbolon – Symboles - Symboles chrétiens primitifs - Symboles dans la Bible – Symbolisme – Taureau – Temple – Terre – Tradition – Triangle – Veilleur – Vin – Zoé //

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.