Accueil > WebZine > « Les Chroniques de Mars » > >[ALCHIMIE - SPAGYRIE - SCIENCES de la VIE] > Walter GROSSE - L’Alchimie et le troisième principe de la thermodynamique (...)

Walter GROSSE - L’Alchimie et le troisième principe de la thermodynamique #3

L’ALCHIMIE une Tradition vivante

Abordant la connaissance de la Matière - qu’elle soit alchimique ou infra-atomique - et ses possibles mutations et transmutations – cheminant de la Physique Quantique à la construction de l’Univers - ce numéro 28 des CHRONIQUES de MARS désire, pour une fois, présenter l’Alchimie Traditionnelle sous un angle bien différent de celui que nous avons l’habitude de côtoyer. Les relations entre SCIENCE et ALCHIMIE et ALCHIMIE et SCIENCE ont toujours plus ou moins tenté, habilement ou avec fracas, de cohabiter… Comment cet Art du FEU multimillénaire et cette Science dure pluriséculaire interagissent entre elles pour créer, depuis tant de temps, non seulement une répulsion incontestable mais aussi une attractive fascination, des Rose-Croix du XVIIe siècle pour lesquels les frontières étaient totalement poreuses jusqu’aux incroyables expériences actuelles sur les transmutations à faible énergie, tout est maintenant rendu plus clair, car il est incontestable - pour celui qui voudra bien se pencher sur le propos - que la limite entre ces deux Connaissances n’a jamais été aussi ténue…

Tous les alchimistes de grand talent qui sont ici présentés sur notre espace d’échanges - libre et gratuit – et sans aucune publicité, présentent chacun leur éclairage sensible afin de nourrir un débat constructif et pertinent, et vous retrouverez sur la Boutique d’Arqa, tous leurs livres pour approfondir les sujets traités. Si nous avions pu les réunir tous, dans un même lieu et dans un même temps, au cours de l’année 2018-2019, nul doute que nous aurions pu assister au plus beau Colloque sur l’Alchimie et sans doute le plus important de ces 30 dernières années, puisque l’on compte, entre autres dans ce Numéro Spécial, pas moins de 4 disciples d’Eugène Canseliet (Bernard Chauvière, Georges Llabrès, Robert Delvarre, Roger Bourguignon), plusieurs alchimistes opératifs écrivant déjà dans notre WebZine depuis plusieurs années dont notamment François Trojani, ainsi que Cédric Mannu, historien de l’Alchimie, scientifique et biographe de Canseliet (Biographie préfacée par Béatrix Canseliet) ; plus deux scientifiques de premier plan, étant par ailleurs, eux aussi, des alchimistes chevronnés, auxquels nous rajoutons volontiers feu Roberto Monti qui a présenté en photos une magnifique transmutation sur notre site, et de nombreux amis et historiens de l’Alchimie, spécialistes de la voie de Caro ou de Canseliet, que vous retrouverez dans notre Sommaire. Qu’ils soient tous, ici, très sincèrement remerciés de leur collaboration amicale et fraternelle, dans le cadre de ce Numéro Spécial. En vous souhaitant de très bonnes lectures hermétiques en ce solstice d’Hiver et en cette période de la Nativité...

Thierry E. Garnier – « Chroniques de Mars » No 28, Solstice d’hiver - Décembre 2019 – Numéro spécial Alchimie.


NEUF LIVRES à découvrir ce mois-ci sur le site des éditions Arqa

Les Amis de Roger Bourguignon // « Roger Bourguignon - Disciple d’Eugène Canseliet »

Bernard Chauvière // « Réflexions Hermétiques - Pratique de la voie alchimique - Le second Œuvre »

Georges Llabrès // « Pratique de la voie alchimique – De Nicolas Flamel à Eugène Canseliet »

Cédric Mannu // « Nassim Haramein - Petit essai de Métaphysique quantique »

Roberto Monti // « L’Alchimie est une science expérimentale »

François Trojani // « Éternelle Rose-Croix »

Bernard Chauvière // « Aperçus alchimiques »

Cédric Mannu // « La Table d’Émeraude »

Jean Artero // « FULCANELLIANA »


« Alchimia est impuri separatio a substancia puriore »

Martinus Rulandus Lexicon alchemieæsive Dictionarium alchemisticum

* * *

Les Cahiers de l’Alchimiste - L’Alchimie et le troisième principe de la thermodynamique # 3

« Il n’y a point de métal, si pur qu’il soit, qui n’ait ses impuretés, l’un toutefois plus ou moins que l’autre. »

Le Cosmopolite – Nouvelle Lumière Chymique

« La notion chimique d’élément ou de "corps simple", c’est-à-dire indécomposable, d’abord empirique, puis cohérente, avec les découvertes de Mendeleïev, devait aboutir, de façon contradictoire, à la décomposition de ces corps "simples"… »

Bernard Husson – Transmutations alchimiques

Ce fut alors l’après-midi printanier du 22 avril 2015, lors d’un bref entretien avec le réputé professeur et répétiteur Vitor Gonçalves, de l’Institute Supérieur Technique de Lisbonne (dans le domaine de l’ingénierie mécanique), que j’ai pu confirmer que ces impuretés se trouvaient, en effet, distribuées aléatoirement au sein des corps.

Or, c’est du fait que les atomes des impuretés soient distribués de façon parfaitement aléatoire que ladite solution solide est homogène ; il n’y a aucun moyen de distinguer la partie 99,99999 % pure du métal de ses 0,00001% d’impuretés, si ce n’est (thermodynamiquement) par la structure qu’elles forment dans leur ensemble, autrement dit, dans leur globalité :

Et tant que ladite solution reste un mélange homogène, elle sera toujours indissociable. On ne peut donc pas procéder à son exsolution totale.

Ecoutez une fois de plus : « Le soufre intérieur est inséparable de l’argent-vif… - L’argent-vif retient ce dernier qui ne peut être enlevé car il lui est homogène (1) ».

Ensuite, comme je le supposais, on a également observé que, si cette distribution n’était plus aléatoire, au point des impuretés se concentrer pour former des inclusions, alors celles-ci pouvaient être retirées.

« Dans certains cas, des impuretés dans un matériel se combinent les unes avec les autres et forment des inclusions (2). »

Par contre, le problème est que, dans ce cas en particulier, personne ne sait comment cela est possible pour les impuretés d’un corps excessivement pur (99,99999 %) !

Alors, ce fut ce problème qui m’a arrêté pendant un certain temps, car un tel fait mettrait sérieusement en risque le troisième principe de la thermodynamique, qui est, comme nous le savons déjà, une loi physique tout à fait inviolable.

Enfin, une chose est certaine : on ne peut donc pas hétérogénéiser ladite solution…

Comment résoudre, alors, un problème qui semble n’avoir aucune solution possible ?

« Il est impossible de produire un métal à 100% pur. Par exemple, si l’on fabrique un métal à 99,99999% pur, cela signifie que qu’il y a mil millions de millions (soit un chiffre à 15 zéros[1000000000000000]) d’atomes impurs (essentiellement du charbon) dans un gramme de fer (3). »

Alors, il n’y a aucun doute que la concentration d’impuretés, la formation d’inclusions, aussi nécessaire, doit respecter,en même temps,cetroisièmeprincipe de la thermodynamique, sans le violer, c’est-à-dire sans que le corps soit devenu pur à 100 %. Et ce fut ce que j’ai découvert à l’aube du 26 juin, un peu plus de deux mois après cet entretien…

Ainsi, j’ai observé que la formation de ces inclusions n’implique pas l’élimination des 0,00001 % impuretés de la partie 99,99999 % pure du métal. Il s’agit seulement d’extérioriser l’intérieur et d’intérioriser l’extérieur (spiritualiser le corps et corporifier l’esprit) pour une nouvelle forme de matière, mais cela n’exige pas que la solution soit devenue hétérogène, bien au contraire. Or, c’est précisément de cette matière que je veux vous parler…

« Il n’y a rien à en extraire ni à séparer. Ceux qui affirment le contraire ne sont pas philosophes et n’entendent rien à la philosophie (4). »

« Dans ce monde de matière et d’énergie conservative règne une tendance au désordre maximal, qu’on traduit en physique par les lois de dégradation et qu’on mesure par ce qu’on nomme l’entropie : tout corps matériel pur tende à perdre sa pureté, toute conversion entre énergies nobles entraîne une dégradation en énergie thermique, c’est-à-dire en agitation désordonnée (5). »

« Un atome d’impureté dans un cristal pur en augmentera généralement un peu l’enthalpie (H) et en augmentera assez l’entropie(S = KlnW). En d’autres mots, il y aura toujours des impuretés[…] (6). »

Autrement, le cristal aurait une entropie nulle, ce qui est impossible pour les raisons déjà évoquées.

Alors, les impuretés sont là pour assurer cette augmentation d’enthalpie (énergie d’un système thermodynamique, passible d’être retirée de celui-ci sous la forme de chaleur) et d’entropie – ne pas oublier, à ce propos, que l’augmentation d’enthalpie est compensée par l’augmentation de l’entropie –, d’où la difficulté deles retirer des corps.

D’une certaine façon, nous pouvons alors dire que le "soluté" se distingue thermodynamiquement du "solvant" parce que c’est lui qui va augmenter, en son sein, un peu l’enthalpie et en augmenter beaucoup l’entropie.

Or, les chimistes avec qui j’ai parlé me disent donc que, dans la matière commune, les atomes de la même espèce chimique, et qui constituent le "solvant", sont indistinguibles les uns des autres, selon le principe de l’indistinguibilité des particules identiques. L’addition d’impuretés signifie additionner des atomes qui sont, tout à fait, distincts du reste des atomes, et c’est pour cela qu’elles sont responsables de ladite augmentation d’enthalpie et d’entropie dans les corps purs.

Rappelez-vous que « […] ce soufre impur et superflu est à ce point uni à la matière purequ’il ne peut en être séparé et dissocié […]. »

« […] le soufre représente ce que les Maîtres appellent le feu naturel, ou l’esprit vital caché dans la portion homogène et mondée de la substance métallique […] (7). »

Ainsi on comprend la raison pour laquelle dans les métaux« le soufre, ou élément mâle, indiquait leur degré de combustibilité (8) », en un seul mot sa chaleur, c’est-à-dire l’augmentation d’enthalpieet d’entropie dû aux impuretés. C’est aussi pour cela qu’elles sont appelées esprit, le métal [ou l’élément chimique] caché dans chaque métal :

« Cette idée est systématisée chez Apollonius de Tyane pour qui chaque métal contient un autre métal des qualités contraires. Il appelle "esprit" le métal interne et "corps" le métal externe. […] Jabir développe longuement la théorie des natures cachées et des natures visibles dans la Septuaginta (9). »

« Chaque métal contient donc à l’intérieur de lui-même un autre métal dont les qualités sont diamétralement opposées aux siennes [l’intérieur des métaux est appelé Esprit (ruh)] (10). »

« […]l’idée que chaque métal contient en son intérieur le métal contraire à son constitution extérieure est exprimée chez les anciens auteurs." Fais sortir la nature au dehors, et tu trouveras ce qui est cherché ; car la nature est cachée à l’intérieur", dit Zosime […] (11). »

Les impuretés, qui constituent le "soluté" à l’intérieur des corps, sont esprit parce qu’elles sont responsables de cette augmentation d’enthalpieet d’entropie, puisque, en plus d’être des atomes étrangers au corps, ces atomes sont distribués aléatoirement, affectant la structure elle-même de la partie pure du métal. Ainsi,il faut, avant tout, inverser cette situation :rendre le"solvant"aléatoire...de sorte que le corps devient esprit !

Le métal intérieur, qui était esprit, devient corps et le métal extérieur, qui était corps, devient esprit (Solve et Coagula).

Nous commençons, ainsi, à avoir une perspective de la réelle dimension du problème, mais aussi de sa résolution !

" Les Cahiers de l’Alchimiste " # 3 - Un texte de Walter GROSSE pour les Chroniques de Mars - numéro 28 – Décembre 2018 ©.

* * *

NOTES

(1) Ceci n’est pas le cas avec le "soufre extérieur", qui sont toutes les impuretés externes qui peuvent être séparées et retirées par la calcination dans le feu, comme c’est le cas, par exemple, du grillage (pyrométallurgie) du cinabre, ou monosulfure de mercure + oxygène = mercure + dioxyde de soufre. Cependant, ce n’est pas sur ce "soufre extérieur" dans les métaux que les alchimistes travaillent, mais sur son "soufre intérieur", ses impuretés internes (soluté).

(2) « In some cases, impurities in a material combine with each other and form inclusions. », Daniel L. Schodek, Paulo Ferreira, Michael F. Ashby, Nanomaterials, Nanotechnologies and Design : An Introduction for Engineers and Architects, Butterworth-Heinemann, Amsterdam, 2009, « Chapter 4, Material Classes, Structure and Properties », p. 102.

(3)« It is impossible to produce a metal of 100 % purity. For example, if we manufacture a metal of 99,99999 % purity, this means that there are one thousand million million (or one with 15 zeros) impure atoms (carbon in the main) in one gram of iron. », Alec Groysman, Corrosion for Everybody, Springer Science & Business Media, New York, 2009, « 1.5.7 Electrochemical Mechanism on a single whole alloy or metal », p. 25.

(4) Jean Artero, Julien Champagne, Apôtre de la Science Hermétique, « Annexe VI, Notes de Julien Champagne sur La Clef de la magie noire de Stanislas de Guaïta, au chapitre " La magie des transmutations " (Durville, 1920) », p. 249.

(5) Georges Ranque, La Pierre Philosophale, Editions Robert Laffont, Les énigmes de l’Univers, Paris, 1972, « III. L’Energie inconnue », p. 83.

(6) « An impurity atom in a pure crystal will generally raise the enthalpy (H) somewhat and increase the entropy (S = KlnW) a lot. In other words there will always be some impurities[…]. », Marc J. Madou, Solid-State Physics, Fluidics and Analytical Techniques on Micro- and Nanotechnology, Vol. 1, CRC Press, 2001, 3rdt edition, « Nothing is Perfect », p. 62.

(7) Les Douze Clefs de la Philosophie, Traduction, Introduction, Notes et Explications des Images par Eugène Canseliet, « Addition », pp. 248-249.

(8) Le Trésor des Alchimistes, « Livre I, L’Art Hermétique, 3. Les Principes de l’Alchimie », p. 35.

(9) Cristina Viano, L’Alchimie et ses racines philosophiques : La tradition grecque et la tradition arabe, Vol. 32 de Histoire des doctrines de l’Antiquité classique, Vrin, 2005, « L’Anonyme de Zuretti, un traité alchimique italo-grec de 1300 par Andrée Colinet (Université de Louvain), 2. Les quatre éléments », p. 145.

(10) Paul Kraus, Jabir ibn Hayyan : Contribution à l’histoire des idées scientifiques de l’Islam, George Olms Verlag, Hildesheim, 1989, « I, L’Alchimie Jabirienne, 1. L’Élixir », pp. 1-2.

(11) Ibid, « I, L’Alchimie Jabirienne, 3. Jabir et l’Alchimie Grecque », pp. 36-37.


ENTRETIEN avec Cédric MANNU // « Demain le FUTUR » - ou les dernières avancées de l’Énergie libre

TABLE RONDE avec // A. Roche, A. des Brunis, G. Llabrès, TEG - L’Alchimie face à la Science #1

TABLE RONDE avec // A. Roche, A. des Brunis, G. Llabrès, TEG // L’Alchimie face à la Science #2

A. Roche & A. des Brunis // L’ALCHIMIE & les Origines de la VIE - (Alchemy and life origin)

Roberto MONTI // L’Alchimie est une science expérimentale #3

Cédric MANNU // Le cas Nassim HARAMEIN # 1

Cédric MANNU // Le cas Nassim HARAMEIN # 2

Walter GROSSE // L’Alchimie et le troisième principe de la thermodynamique #3

ENTRETIEN avec Bernard CHAUVIÈRE // ALCHIMIE OPERATIVE - " Le SECOND ŒUVRE "

Bernard CHAUVIÈRE // RÉFLEXIONS HERMÉTIQUES #1

Bernard CHAUVIÈRE // RÉFLEXIONS HERMÉTIQUES #2

Georges LLABRÈS // Pratique de la Voie Alchimique – Le Triomphe du Phénix

Thierry E. GARNIER // ALCHIMIE – De l’art d’être disciple

François TROJANI // Alchimie & Hermétisme – Éternelle Rose-Croix

Les amis de Roger BOURGUIGNON // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #1

Thierry E. GARNIER // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #2

Jean ARTERO // Préface au livre Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #3

Franco BALDINI // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #4

Robert DELVARRE // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #5

Cédric MANNU // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #6

Bernard CHAUVIÈRE // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #7

ARCHER // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #8

Joëlle OLDENBOURG // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #9

Dominique VOISIN // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #10

Thierry MAZENOT // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #11


THESAVRVS // Adam – Adepte – Aigles – Alchimie – Alchimiste – Argyropée – Assation – Athanor – Chrysopée – Coupellation – Cyliani – Élixir- Élixir de longue vie – Eugène Canseliet – Philalèthe – Fulcanelli – Gnose – Grand Œuvre – Lavures – Macrocosme – Magnum Opus – Mercure – Microcosme – Nicolas Flamel – Œuvre au noir - Œuvre au blanc – Œuvre au rouge – Or – Panacée – Paracelse – Philosophie Hermétique – Pierre Philosophale – Poudre de projection – Régule – Rémore – Soufre – Sublimations – Table d’Emeraude – Teinture – Terre adamique – Transmutation – Unobtainium - Vitriol – voie de l’Antimoine – voie du Cinabre //

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.