Accueil > WebZine > « Les Chroniques de Mars » > >[ALCHIMIE - SPAGYRIE - SCIENCES de la VIE] > ENTRETIEN avec // Bernard CHAUVIÈRE - ALCHIMIE OPÉRATIVE - " Le SECOND ŒUVRE (...)

ENTRETIEN avec // Bernard CHAUVIÈRE - ALCHIMIE OPÉRATIVE - " Le SECOND ŒUVRE "

L’ALCHIMIE une Tradition vivante

Abordant la connaissance de la Matière - qu’elle soit alchimique ou infra-atomique - et ses possibles mutations et transmutations – cheminant de la Physique Quantique à la construction de l’Univers - ce numéro 28 des CHRONIQUES de MARS désire, pour une fois, présenter l’Alchimie Traditionnelle sous un angle bien différent de celui que nous avons l’habitude de côtoyer. Les relations entre SCIENCE et ALCHIMIE et ALCHIMIE et SCIENCE ont toujours plus ou moins tenté, habilement ou avec fracas, de cohabiter… Comment cet Art du FEU multimillénaire et cette Science dure pluriséculaire interagissent entre elles pour créer, depuis tant de temps, non seulement une répulsion incontestable mais aussi une attractive fascination, des Rose-Croix du XVIIe siècle pour lesquels les frontières étaient totalement poreuses jusqu’aux incroyables expériences actuelles sur les transmutations à faible énergie, tout est maintenant rendu plus clair, car il est incontestable - pour celui qui voudra bien se pencher sur le propos - que la limite entre ces deux Connaissances n’a jamais été aussi ténue…

Tous les alchimistes de grand talent qui sont ici présentés sur notre espace d’échanges - libre et gratuit – et sans aucune publicité, présentent chacun leur éclairage sensible afin de nourrir un débat constructif et pertinent, et vous retrouverez sur la Boutique d’Arqa, tous leurs livres pour approfondir les sujets traités. Si nous avions pu les réunir tous, dans un même lieu et dans un même temps, au cours de l’année 2018-2019, nul doute que nous aurions pu assister au plus beau Colloque sur l’Alchimie et sans doute le plus important de ces 30 dernières années, puisque l’on compte, entre autres dans ce Numéro Spécial, pas moins de 4 disciples d’Eugène Canseliet (Bernard Chauvière, Georges Llabrès, Robert Delvarre, Roger Bourguignon), plusieurs alchimistes opératifs écrivant déjà dans notre WebZine depuis plusieurs années dont notamment François Trojani, ainsi que Cédric Mannu, historien de l’Alchimie, scientifique et biographe de Canseliet (Biographie préfacée par Béatrix Canseliet) ; plus deux scientifiques de premier plan, étant par ailleurs, eux aussi, des alchimistes chevronnés, auxquels nous rajoutons volontiers feu Roberto Monti qui a présenté en photos une magnifique transmutation sur notre site, et de nombreux amis et historiens de l’Alchimie, spécialistes de la voie de Caro ou de Canseliet, que vous retrouverez dans notre Sommaire. Qu’ils soient tous, ici, très sincèrement remerciés de leur collaboration amicale et fraternelle, dans le cadre de ce Numéro Spécial. En vous souhaitant de très bonnes lectures hermétiques en ce solstice d’Hiver et en cette période de la Nativité...

Thierry E. Garnier – « Chroniques de Mars » No 28, Solstice d’hiver - Décembre 2019 – Numéro spécial Alchimie.


NEUF LIVRES à découvrir ce mois-ci sur le site des éditions Arqa

Les Amis de Roger Bourguignon // « Roger Bourguignon - Disciple d’Eugène Canseliet »

Bernard Chauvière // « Réflexions Hermétiques - Pratique de la voie alchimique - Le second Œuvre »

Georges Llabrès // « Pratique de la voie alchimique – De Nicolas Flamel à Eugène Canseliet »

Cédric Mannu // « Nassim Haramein - Petit essai de Métaphysique quantique »

Roberto Monti // « L’Alchimie est une science expérimentale »

François Trojani // « Éternelle Rose-Croix »

Bernard Chauvière // « Aperçus alchimiques »

Cédric Mannu // « La Table d’Émeraude »

Jean Artero // « FULCANELLIANA »


ENTRETIEN avec Bernard CHAUVIÈRE - " Le SECOND ŒUVRE "

Après nous avoir entretenu de la Voie de l’Antimoine, et particulièrement du PREMIER ŒUVRE, dans son livre « Aperçus alchimiques », Bernard Chauvière nous revient en ce solstice d’hiver pour nous parler, à la fois dans le texte mais aussi en images reproduites en couleurs (ATHANOR / Hors Collection - Grand format – 18x27), de son dernier livre intitulé « Réflexions Hermétiques », un ouvrage consacré principalement au SECOND ŒUVRE alchimique. Cette suite fort attendue a été présentée, en avant-première, lors d’une conférence publique au Colloque d’Alchimie de Lyon, le 1e juillet dernier. Les confidences alchimiques qui furent faites à cette occasion et que l’on retrouve dans ce texte rare nous permettent de nous interroger, mais aussi d’interroger l’auteur dans le cadre de cette Interview, sur la suite à donner au premier ŒUVRE, sur sa technicité, ses écueils, et surtout sur les éléments probants qui permettent de témoigner d’une bonne conduite des opérations canoniques…

K. 2 Mars No 28 – Décembre 2018.


Les Chroniques de Mars // Bernard Chauvière, les lecteurs des Chroniques de Mars te connaissent bien maintenant, surtout depuis ton Interview d’avril 2012 et la sortie de ton livre chez Arqa consacré à tes « aperçus alchimiques », ton second ouvrage est principalement dédié, lui, à la partie médiane de l’Œuvre. Tu y fais plusieurs révélations parfois étonnantes… Il y a d’ailleurs toujours un équilibre à trouver entre le peu et le trop dans la manière d’évoquer le Grand Œuvre. Quels sont pour ta part tes réticences et où situes-tu les frontières infranchissables, car tu donnes dans ton livre, avec notamment de très belles photographies couleurs de ton travail alchimique, de très précieuses informations sur ton mode opératoire… - pour celui qui saura interpréter judicieusement les documents reproduits ?

Bernard Chauvière // Dans cet ouvrage, je donne des pistes à explorer, à suivre, notamment, par rapport aux textes cités. Mais le lecteur doit accepter que je ne puisse pas m’exprimer plus clairement. Tout d’abord parce que cela représente beaucoup de travail devant l’athanor et ensuite que le pratiquant doit aussi travailler par lui-même. Eugène Canseliet disait « l’Alchimie propose le disciple doit faire l’effort ».

D’autre part malgré les signes encourageants que j’ai pu constater je ne prétends pas avoir résolu en son entier le Second Œuvre - même si je suis proche de la fin, qui est la partie la plus difficile...

Les Chroniques de Mars // Dans ton premier livre chez Arqa, tu avais beaucoup focalisé tes écrits sur « l’assation », dans ce nouveau livre tu fais la part belle, entre autres, à ce que l’on appelle « L’émeraude alchimique »… Tout en signalant de façon charitable qu’il est bien illusoire de penser que le « feu secret des Sages » se résume à la simple addition de deux sels ! Peux-tu revenir un instant sur ce constat ?

Bernard Chauvière // A l’évidence le feu secret des alchimistes ne saurait être le nitrate de potassium et le carbonate de potassium. Ces sels sont indispensables en tant qu’« aidants ». C’est l’esprit universel qui en se corporifiant dans les sels fait que ceci peuvent être considérés comme le feu secret et ce feu vient du mercure qui le capte et sa présence se manifeste par la couleur vert olive que prend le sel.

… A noter que Fulcanelli indique aussi que le feu secret est corporifié dans les métaux alchimiques sous le nom de « soufre »....

Les Chroniques de Mars // Une partie de ton travail publié concerne la fameuse Rémore, « objet » de toutes les convoitises et sans laquelle rien ne peut être entrepris. On sait que Fulcanelli trouva chez Flamel « les indications qui lui servirent de base de travail pour œuvrer avec succès au second œuvre »… Il va de soi que nous désirons nous attarder un instant avec toi sur ce que Fulcanelli trouva en « substance » chez le mystérieux Flamel ? Peux-tu nous éclairer quelque peu sur cet aspect énigmatique qui touche en profondeur la « Pierre au Blanc »… ?

Bernard Chauvière // C’est dans le livre des « Figures hiéroglyphiques » que Nicolas Flamel cite ces références, notamment en parlant de l’épée « entortillée d’une ceinture noire », l’Adepte distille au passage de précieuses indications…, ces entortillements, au nombre de sept, indiquent effectivement les Sublimations... que Nicolas Flamel nomme également « imbibitions ». L’indication donnée par Nicolas Flamel de mettre l’enfant dans le ventre de sa mère est bien sûr la même que celle donnée par Eugène Canseliet dans son interprétation des voyages de Gulliver... Flamel mentionne aussi le fameux labyrinthe où « se présentent milles voyes ».

Ce qui nous amènerait le cas échéant à évoquer ce que Jean Laplace nommait en Alchimie « le labyrinthe », mais ceci est une autre histoire…

Les Chroniques de Mars // Justement, parlons-en tout de suite si tu le veux bien, dans un document inédit, une correspondance de Jean Laplace que tu reproduis dans ton ouvrage - tu as par ailleurs très bien connu cet alchimiste de grand talent – ce dernier laisse entendre qu’il a enfin résolu un problème quasi insoluble du second Œuvre et t’en fait part dans ses écrits...

photographie inédite de Jean LAPLACE (collection privée).

Voici rapporté pour la première fois le texte exact de Jean Laplace qui est donné dans ton livre :

« C’est l’homme le plus heureux du monde qui t’écrit aujourd’hui, car je suis sorti enfin du labyrinthe. En fait je suis maintenant dans un tunnel, mais je vois le jour au fond et surtout il est droit jusqu’au bout. À présent je sais pourquoi je suis resté bloqué pendant si longtemps au même point. Aujourd’hui je ne le suis plus. »

Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur qui était Jean Laplace, en tant qu’alchimiste, et évoquer avec nous, sans trop déflorer ton ouvrage, ce qu’il entendait par « sortir du labyrinthe » ?

Bernard Chauvière // En ce qui concerne Jean Laplace - que j’ai très bien connu - c’était un travailleur infatigable... Nous échangions beaucoup par courrier, téléphone, et nous nous rencontrions une à deux fois par an. Jean était très respectueux de la tradition alchimique et comme moi considérait que l’on se devait de ne pas tout dire et il était très exclusif... Toutefois nos échanges étaient très instructifs, même si nous avions parfois tous deux des points de vue différents sur certains aspects de la pratique... Car à quoi bon échanger si cela n’est pas constructif… ?

Pour ce qui concerne le Second Œuvre, Jean Laplace parlait d’un « labyrinthe » car l’on se retrouve parfois perdu suite aux échecs répétés… ; il faut savoir que les matériaux utilisés lors des essais infructueux ne sont plus réutilisables et lorsqu’un problème est résolu… il faut de nouveau repartir du premier Œuvre pour aller jusqu’ au point ou l’on s’est arrêté… !

Les Chroniques de Mars // Dans ton livre, outre les indications techniques et précisions d’une importance capitale concernant l’Œuvre alchimique au fourneau, dans la voie de Canseliet et de Fulcanelli, tu fustiges avec talent - et à juste raison - certaines dérives toxiques propres à notre époque ainsi que les tenants mortifères de ces mêmes dérives qui se servent à leur profit de la résurgence alchimique contemporaine pour faire croire qu’ils en sont les propriétaires et les instigateurs… ! Comme nous sommes d’accord sur ce débat, la question que j’ai envie de te poser est plutôt : - à quoi cela sert-il de vraiment de combattre de tels personnages ? – aigrefins haut en couleurs qui sont d’ailleurs bien connus et parfaitement démasqués aujourd’hui par le petit nombre mais pas encore par le grand public…, quant à ceux qui leur servent la soupe pour des raisons financières leur égarement est tout aussi coupable, nous pouvons nous entendre là-dessus. En réalité, il n’y a plus que les gogos qui pensent aujourd’hui que, pour être alchimiste, il faut faire un pacte avec… « une salamandre » ou que pour être un « adepte » il suffit de se raconter soi-même dans un livre à sa propre gloire…

Ces personnages sulfureux et manipulateurs ne duperont plus personne à terme, ils ne sont que les reflets vivants de ce que l’alchimie a toujours drainé à la marge, tels les « brûleurs de charbons » du Moyen Âge ou les canailles alchimistes bonnes à suspendre qui entouraient Rodolphe II à Prague, au XVIe siècle… ? Comme le dit souvent mon ami François Trojani, ils ont juste inventé la « poudre à tuer les cafards »… ! Pour ma part je pense que c’est un combat perdu d’avance… Et par ailleurs, de façon relative, je me demande même si ces manipulateurs de conscience n’ont pas un certain rôle à jouer au sein du grand Tout, auquel cas on pourrait considérer qu’ils ont une « certaine utilité » - qui leur échappe, bien sûr…

Bernard Chauvière // Pour ma part je considère, au contraire, qu’il faut réagir aux propos invraisemblables tenus par le personnage auquel tu fais allusion...

Ce monsieur qui s’autoproclame « adepte » est tout simplement un imposteur et un menteur professionnel… qui fait de l’argent sur le dos de l’alchimie et qui accommode celle-ci à sa sauce... peu ragoûtante... D’ailleurs il est quasiment certain que la très grande majorité des personnes qui le suivent n’entendent rien à l’Alchimie et n’ont sans aucun doute jamais lu un traité ancien…

D’ailleurs il est étonnant que ce monsieur qui devait déjà selon « ses dires » s’intéresser à l’alchimie du vivant d’Eugène Canseliet ne se soit pas manifesté à cette époque !

Il est soutenu d’ailleurs par un aréopage…, lequel a toujours fait de « l’anti Canseliérisme » primaire, si je puis dire ! Ce faux adepte est aujourd’hui une honte au regard des valeurs de l’Alchimie…

« Chroniques de Mars » No 28, solstice d’Hiver 2018 – Numéro Spécial Alchimie.


ENTRETIEN avec Cédric MANNU // « Demain le FUTUR » - ou les dernières avancées de l’Énergie libre

TABLE RONDE avec // A. Roche, A. des Brunis, G. Llabrès, TEG - L’Alchimie face à la Science #1

TABLE RONDE avec // A. Roche, A. des Brunis, G. Llabrès, TEG // L’Alchimie face à la Science #2

A. Roche & A. des Brunis // L’ALCHIMIE & les Origines de la VIE - (Alchemy and life origin)

Roberto MONTI // L’Alchimie est une science expérimentale #3

Cédric MANNU // Le cas Nassim HARAMEIN # 1

Cédric MANNU // Le cas Nassim HARAMEIN # 2

Walter GROSSE // L’Alchimie et le troisième principe de la thermodynamique #3

ENTRETIEN avec Bernard CHAUVIÈRE // ALCHIMIE OPERATIVE - " Le SECOND ŒUVRE "

Bernard CHAUVIÈRE // RÉFLEXIONS HERMÉTIQUES #1

Bernard CHAUVIÈRE // RÉFLEXIONS HERMÉTIQUES #2

Georges LLABRÈS // Pratique de la Voie Alchimique – Le Triomphe du Phénix

Thierry E. GARNIER // ALCHIMIE – De l’art d’être disciple

François TROJANI // Alchimie & Hermétisme – Éternelle Rose-Croix

Les amis de Roger BOURGUIGNON // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #1

Thierry E. GARNIER // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #2

Jean ARTERO // Préface au livre Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #3

Franco BALDINI // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #4

Robert DELVARRE // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #5

Cédric MANNU // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #6

Bernard CHAUVIÈRE // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #7

ARCHER // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #8

Joëlle OLDENBOURG // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #9

Dominique VOISIN // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #10

Thierry MAZENOT // Roger BOURGUIGNON – Disciple d’Eugène Canseliet #11


THESAVRVS // Adam – Adepte – Aigles – Alchimie – Alchimiste – Argyropée – Assation – Athanor – Chrysopée – Coupellation – Cyliani – Élixir- Élixir de longue vie – Eugène Canseliet – Philalèthe – Fulcanelli – Gnose – Grand Œuvre – Lavures – Macrocosme – Magnum Opus – Mercure – Microcosme – Nicolas Flamel – Œuvre au noir - Œuvre au blanc – Œuvre au rouge – Or – Panacée – Paracelse – Philosophie Hermétique – Pierre Philosophale – Poudre de projection – Régule – Rémore – Soufre – Sublimations – Table d’Emeraude – Teinture – Terre adamique – Transmutation – Unobtainium - Vitriol – voie de l’Antimoine – voie du Cinabre //

Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.