Accueil > WebZine > L’ABC de RLC - Archives > >[ARTICLES INÉDITS - ARCHIVES & DOCUMENTS INÉDITS] > Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au (...)

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 1

« LE RETOUR D’ULYSSE EN 2019 »

« Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur. »
Jean Cocteaucité par Gérard de Sède

Dans un futur lointain, mystérieux et incertain, en 2084, il est tout à fait probable que des chercheurs zombies continueront toujours à arpenter en cercles concentriques les environs du domaine de l’abbé, creusant encore des trous, tournant en rond comme des âmes en peine autour de la colline envoûtée ou se dirigeant à pic vers des massifs montagneux entourant la petite commune de Rennes-les-Bains, la VLC en poche, à la recherche de chimères inavouées. Des réunions en masse auront toujours bien lieu le… - 17 janvier - mais on en aura perdu la raison, tout cela pour observer… « des pommes bleues » dans des vitraux surannés, et des triangulations incroyables seront effectuées sous terre ou haut dans le ciel, avec des angles improbables bien sûr, pour déterminer où ce satané Saunière à bien pu planquer son mirifique magot. Lorsque l’on s’intéresse, en ce début de XXIe siècle, à ce que nous avons coutume d’appeler « l’affaire de Rennes-le-Château », on ne peut que constater que jamais la recherche consacrée à ce mystère n’a été comme aujourd’hui aussi vivace que depuis ces deux dernières décennies. J’entends par vivace « productive », autrement dit - et dans tous les sens des termes - « quantitative », pour reprendre le terme prophétique de René Guénon, et en ce sens cette recherche-ci présentée sous cette forme-là est belle et bien un signe des temps. De Sède, lui, aurait sans doute dit « productiviste », De Chérisey, goguenard, à la suite, aurait enchaîné en disant « surréaliste », et en cela je l’aurais rejoint volontiers lorsque l’on s’aperçoit qu’aujourd’hui le nombre de conférences, pour nous dire qu’il n’y a jamais eu de trésor à Rennes-le-Château ou que l’enrichissement de Saunière s’explique aisément grâce à sa comptabilité, va croissant. Pierre Plantard, lui, aurait sans doute trouvé que la recherche n’était pas assez « mérovingienne » et aurait déniché un factotum de passage, pas trop regardant bien sûr, pour lui dessiner une géométrie sacrée sur des cartes Michelin et aurait sans aucun doute réactivé son « Prieuré de Sion » de manière à ce qu’il puisse faire un don substantiel pour la restauration du diable décapité dans l’église de Marie-Madeleine... Bref, dans l’attente prochaine d’une telle mascarade et de cette date fatidique de 2084, reprenons pour l’heure notre DeLorean et dirigeons nous vers l’année 1967, car nous avons rendez vous avec un certain… Géraud de Barail.

TEG © – « Chroniques de Mars » No 29, 17 JANVIER 2019 – Numéro spécial Rennes-le-Château.


DEUX LIVRES à découvrir ce mois-ci sur le site des éditions Arqa

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du roc noir »

Thierry E. GARNIER // « L’ABRÉGÉ de RLC »


LES CHRONIQUES DE MARS
- WebZine en Histoire, Tradition, Hermétisme.


INTERVIEW de JEAN-PIERRE MONTEILS / GÉRAUD de BARAIL

* * *

Thierry E. GARNIER // Cher Jean-Pierre bonjour ! Je suis très heureux de pouvoir enfin t’accueillir sur nos colonnes pour de nouvelles aventures, et cette fois-ci bien plus dans la lumière que jusqu’alors... Les éditions Arqa ne te sont pas du tout inconnues, bien au contraire, puisque l’on se connait depuis bien longtemps et que tu faisais d’ailleurs partie il y a 11 ans de cela déjà, des amis et des vrais chercheurs, tous témoins d’une époque maintenant révolue, que j’avais invité le 26 avril 2008 à l’Abbaye de Lagrasse pour la présentation de « L’ABC de RLC – L’Encyclopédie de Rennes-le-Château » , ouvrage monumental s’il en est, auquel tu as comme beaucoup d’autres amis participé très volontiers. On te voit d’ailleurs sur cette photographie - aujourd’hui mythique - que j’avais réussie à provoquer sur place pour cette occasion. Elle serait bien difficile à renouveler aujourd’hui pour beaucoup de raisons, (notamment depuis le départ de Guy Gentil décédé le 3 novembre 2016), tu es là, présent, en bonne place avec tous les chercheurs historiques (de g. à d.) que sont Daniel Dugès, toi-même (dans le cercle rouge), Michel Vallet, Guy Gentil, Jean-Claude de Brou, Jean-Luc Chaumeil, Antoine Captier, Franck Daffos, moi-même, Claire Corbu, Jean Brunelin, André Goudonnet, Christian Doumergue, Patrick Berlier, et je ne veux pas oublier bien sûr notre ami commun Didier Hericart de Thury, qui était bien présent avec nous tous ce jour là à Lagrasse, mais absent sur la photographie.

Tu as très bien connu Pierre Plantard, tu as été un ami proche de Gérard de Sède et, entre autres, on peut dire aujourd’hui que tu es actuellement le plus ancien auteur de livres ayant écrit sur l’affaire de Rennes-le-Château, immédiatement après Gérard de Sède, cependant, et ta discrétion t’honore, tu es depuis pas mal d’années resté totalement dans les coulisses de l’affaire de Rennes, si l’on excepte bien sûr « L’Île rouge » , publié chez Arqa, en 2009, sous le pseudonyme de Géraud de Barail, et « Ombres et lumières sur Rennes-le-Château » , présenté avec notre ami photographe Jean-Louis Socquet-Juglard, et publié chez Arqa, en 2011. Il faut dire aussi que tu viens de sortir récemment avec ton fils, Jean-Patrick lui aussi très au courant de l’histoire, un « guide de l’énigme » qui est le premier du genre sur la question. Pourquoi ce guide et, avant d’aborder le fond de cet entretien, pourrais-tu en préalable et en quelques mots succincts te présenter à nos lecteurs des Chroniques de Mars qui ne te connaîtraient pas encore… ?

Jean-Pierre MONTEILS // Permets moi en commençant cet entretien d’indiquer qu’à mes yeux, le fait d’être le plus ancien auteur vivant à avoir écrit un livre sur Rennes-le-Château ne me confère aucun privilège particulier et surement pas une sorte d’omniscience sur l’affaire. Je dirais presque le contraire tant de travaux, de trouvailles et de pistes ont été élaborés ou explorés par bien des chercheurs méritants depuis la fin des années 60. Je ne suis pas non plus, il s’en faut, l’un des chercheurs du tout début de l’histoire. Les plus anciens disparaissent peu à peu, je pense à notre ami Jean Pellet par exemple et un jour, évidemment, nous devenons « le plus ancien ». Si je n’avais pas quelques convictions de nature spirituelle, je dirais « pas gai tout ça ! », mais en fait ça m’amuse pas mal au fond.

Ça illustre bien, non le dérisoire mais le relatif de ce temps de passage (très important par ailleurs) dans lequel il est vraiment inutile de se battre pour des idées ou des biens matériels. Pourquoi reprendre la parole sur cette affaire et pourquoi par la réalisation d’un guide ? La réponse est simple. Depuis des années l’histoire de RLC est devenue une question de spécialistes qui débattent souvent en cercles restreints.

Le nouveau venu ne sait par où aborder la question et il est très vite perdu dans des pistes parfois très hasardeuses. Pour cela il nous a paru nécessaire de mettre à sa disposition un petit outil, sans parti pris autre que celui d’offrir des éléments sûrs, vérifiables tout en présentant de manière neutre les principales hypothèses émises. On nous a d’ailleurs gentiment reproché cette approche neutre de la chose mais elle est voulue car l’ouvrage est destiné d’abord à des néophytes.

Les chercheurs confirmés n’y trouveront rien de nouveau (encore que… en lisant bien). Un tel guide n’existait pas et son besoin devait être bien réel si nous en croyons les lecteurs. Pour ce qui me concerne, je trouve que c’est une bonne façon de revenir sur un terrain qu’au vrai, je n’ai jamais quitté. Mais qu’on se rassure je n’ai pas l’intention d’occuper l’espace plus que de raison, ça n’a jamais été dans mon fonctionnement et ça ne va pas commencer à présent.

Me présenter ? Disons que je suis né en 1945 et que tout petit, je suis tombé dans plusieurs marmites. L’une d’elle pourrait être « la marmite de l’insolite ». Je me suis passionné très tôt pour les mystères, tous sans exception, aidé en cela par un contexte familial et social solide, cultivé, religieux sans excès aucun mais très au fait de l’univers supranormal.

Pour faire court je me suis intéressé très tôt à la magie, au spiritisme, aux hantises, découvrant des univers multiples, pleins de surprises… et de dangers aussi. De ce côté-là je me suis protégé par un pragmatisme à toute épreuve qui me fait passer parfois pour un adepte du débunking tant il est vrai que je déteste prendre des vessies pour des lanternes. Néanmoins, je ne suis pas un sceptique par principe et si je doute souvent, très souvent aussi je vais au plus loin des choses quand c’est possible. J’ai démarré professionnellement plutôt « scientifiquement » au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) où durant quelques années j’ai été chargé de l’inventaire des travaux et ouvrages souterrains en Languedoc. Assez vite j’ai changé de route pour aller vers le journalisme professionnel (une opportunité étonnante que je raconterai un jour) et me spécialiser pendant plusieurs années dans les enquêtes et recherches sur l’ésotérisme, le paranormal (dont l’étude des « contactés ») puis les mouvements sectaires et les sociétés secrètes.

J’ai fait de nombreuses conférences notamment avec mon vieil ami Jimmy Guieu aujourd’hui disparu et à qui est notamment dédiée la nouvelle édition du livre dont il va être question. Nous avons vécu ensemble quelques aventures bien réelles autour de veilles OVNI et de chasses aux fantômes. Surtout, nous avons rencontré ensemble les Templiers ! (là aussi, un jour…). De mon côté, le hasard m’a mis sur l’affaire de Rennes-le-Château (Jimmy y est venu bien plus tard). Le hasard c’est un peu vite dit car, de fait j’avais toutes les chances de venir tôt ou tard sur cette histoire. Dans le même temps, je commençais à me passionner pour une autre question très occitane (mais pas que, bien sûr) : le catharisme où j’eus la chance d’approcher de très près certains acteurs de l’époque du catharisme pré-universitaire. Deux ou trois livres et quelques centaines de conférences plus tard sur toutes ces passionnantes questions, exactement comme c’est arrivé à Gérard de Sède, j’ai stoppé brutalement écriture et conférences pour me lancer dans un vieux rêve, la deuxième marmite dans laquelle j’étais tombé petit : l’équitation et l’élevage de chevaux (Gérard, lui-même ancien cavalier, s’était lancé dans les porcs).

J’ai donc créé et dirigé pendant une douzaine d’années mon propre centre équestre, passé les examens et brevets nécessaires tout en demeurant journaliste, pour le coup et principalement de presse équestre (Cheval magazine, L’éperon etc.). J’ai même crée mon propre journal autour de la randonnée, du voyage à cheval et de l’endurance et présidé durant sept ans le syndicat national professionnel du tourisme équestre.

Pendant ces années, de manière personnelle, j’ai beaucoup travaillé sur l’affaire de Rennes et sur bien d’autres histoires d’autres sujets et d’autres lieux. Cela m’a naturellement amené à créer un jour un cabinet d’ingénierie touristique (on était au début de cette spécialité et là encore, ce fût une question de circonstances et sur la pression amicale d’élus et responsables publics) qui s’est peu à peu transformé en une structure d’expertise au service des Collectivités locales et de l’Etat, principalement axée sur le développement territorial. Reconnu comme pas trop mauvais praticien, j’ai œuvré durant un peu plus de trente années sur les territoires francophones et réalisé plus de 300 études commandées et donc « officielles » parmi lesquelles (tiens donc !) certaines en rapport avec mes sujets de recherches préférés (Brocéliande, le pays cathare ou Bugarach et… Rennes-le-Château et oui !). J’ai cessé ces activités professionnelles en 2015 et suis désormais plus libre de parole....

SUITE DE L’INTERVIEW

ARQA éditions // INTERVIEW de Jean-Pierre MONTEILS POUR LES CHRONIQUES DE MARS ©.


Les Bergers d’Arcadie // Le 17 janvier – Une date bien énigmatique

Thierry E. GARNIER // « L’ABrégé de RLC »

Chroniques de Mars // « Qui est Géraud de Barail ? »

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 1

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 2

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 3

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 4

Jean-Pierre MONTEILS // « Serpent rouge & Serpent vert » - Une photographie inédite

Thierry E. GARNIER // « L’Arcane du Roc Noir » - Préface de l’Éditeur

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Île Rouge » - Préface de 2009

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » - Préface de 2019

Thierry E. GARNIER // Jean PARVULESCO et « L’Île Rouge »

Patrick RIVIÈRE // Un courrier d’Yves LIERRE à Jean-Pierre MONTEILS

Jean-Pierre MONTEILS // Une photo inédite de la tombe de Paul Urbain de Fleury à RLB en 1965

Jean-Pierre MONTEILS // Une photo inédite du tombeau d’Arques en 1968

Jean-Pierre MONTEILS // Documents inédits - Les cartes messes de l’abbé Saunière

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » # 1

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » # 2

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » # 3



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.