Accueil > WebZine > L’ABC de RLC - Archives > >[ARTICLES INÉDITS - ARCHIVES & DOCUMENTS INÉDITS] > Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au (...)

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 4

« LE RETOUR D’ULYSSE EN 2019 »

« Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur. »
Jean Cocteaucité par Gérard de Sède

Dans un futur lointain, mystérieux et incertain, en 2084, il est tout à fait probable que des chercheurs zombies continueront toujours à arpenter en cercles concentriques les environs du domaine de l’abbé, creusant encore des trous, tournant en rond comme des âmes en peine autour de la colline envoûtée ou se dirigeant à pic vers des massifs montagneux entourant la petite commune de Rennes-les-Bains, la VLC en poche, à la recherche de chimères inavouées. Des réunions en masse auront toujours bien lieu le… - 17 janvier - mais on en aura perdu la raison, tout cela pour observer… « des pommes bleues » dans des vitraux surannés, et des triangulations incroyables seront effectuées sous terre ou haut dans le ciel, avec des angles improbables bien sûr, pour déterminer où ce satané Saunière à bien pu planquer son mirifique magot. Lorsque l’on s’intéresse, en ce début de XXIe siècle, à ce que nous avons coutume d’appeler « l’affaire de Rennes-le-Château », on ne peut que constater que jamais la recherche consacrée à ce mystère n’a été comme aujourd’hui aussi vivace que depuis ces deux dernières décennies. J’entends par vivace « productive », autrement dit - et dans tous les sens des termes - « quantitative », pour reprendre le terme prophétique de René Guénon, et en ce sens cette recherche-ci présentée sous cette forme-là est belle et bien un signe des temps. De Sède, lui, aurait sans doute dit « productiviste », De Chérisey, goguenard, à la suite, aurait enchaîné en disant « surréaliste », et en cela je l’aurais rejoint volontiers lorsque l’on s’aperçoit qu’aujourd’hui le nombre de conférences, pour nous dire qu’il n’y a jamais eu de trésor à Rennes-le-Château ou que l’enrichissement de Saunière s’explique aisément grâce à sa comptabilité, va croissant. Pierre Plantard, lui, aurait sans doute trouvé que la recherche n’était pas assez « mérovingienne » et aurait déniché un factotum de passage, pas trop regardant bien sûr, pour lui dessiner une géométrie sacrée sur des cartes Michelin et aurait sans aucun doute réactivé son « Prieuré de Sion » de manière à ce qu’il puisse faire un don substantiel pour la restauration du diable décapité dans l’église de Marie-Madeleine... Bref, dans l’attente prochaine d’une telle mascarade et de cette date fatidique de 2084, reprenons pour l’heure notre DeLorean et dirigeons nous vers l’année 1967, car nous avons rendez vous avec un certain… Géraud de Barail.

TEG © – « Chroniques de Mars » No 29, 17 JANVIER 2019 – Numéro spécial Rennes-le-Château.


DEUX LIVRES à découvrir ce mois-ci sur le site des éditions Arqa

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du roc noir »

Thierry E. GARNIER // « L’ABRÉGÉ de RLC »


LES CHRONIQUES DE MARS
- WebZine en Histoire, Tradition, Hermétisme.


INTERVIEW de JEAN-PIERRE MONTEILS / GÉRAUD de BARAIL

Thierry E. GARNIER // Tu parles dans ta nouvelle préface du « ruban de Möbius », et je ne sais pas si tu t’en souviens mais celui-ci orne encore la 4e de couverture de l’édition originale et la page 391 de celle-ci…

Tu expliques aujourd’hui que cette boucle irréelle au plan euclidien mais sans doute bien réelle dans un espace autrement qualifié, permet, par la liaison traditionnelle qui s’en ressent, de connecter « la conception ancienne de l’ésotérisme et de l’esprit des Lumières ».

Cette vision est absolument fascinante et très pertinente au plan symbolique ?

Peux-tu en donner quelques aperçus ?

Jean-Pierre MONTEILS // Non ! ...

Sûrement pas car si je le fais je détruis la Parole en parlant !

C’est ce que je tente de dire plus haut.

Alors agissons ainsi : de même que le Tétragramme ne peut être lu mais doit être épelé, disons en contournement ceci :

Changement de plan = autre paysage, autre disposition de l’esprit et donc…

Thierry E. GARNIER // Autre aspect et pas des moindres, nous devons évoquer maintenant un document précis…

Tu as tenu à mettre dans le cahier iconographique qui agrémente ton livre plusieurs photographies des années 60 à 67-68, relatives aux sites importants de l’Affaire.

Peux-tu nous en dire plus ?

Et il y a aussi cette incroyable photographie des deux serpents !

Jean-Pierre MONTEILS // Oui, on retrouvera ici même, dans mon Interview pour les lecteurs fidèles des Chroniques de Mars, plusieurs d’entre elles qui datent de ces années là !

De 60 à 68, effectivement, comme la maison natale de Bérenger Saunière ou de sa tombe, le Tombeau des Pontils, la Tombe de Paul Urbain de Fleury, prise deux ou trois ans avant la sortie du livre de Gérard de Sède, ou encore le fameux livre de pierre de Boudet !

J’ai effectivement aussi réservé un scoop pour les lecteurs de ce numéro spécial des « Chroniques de Mars », avec une photographie qui devrait en surprendre plus d’un concernant le « serpent rouge » et le « serpent vert »…

Thierry E. GARNIER // Dans le cadre de ton travail en ingénierie des territoires tu as été amené aussi à réaliser de nombreuses études, entre autres, en région d’Occitanie...

Tu as par exemple travaillé sur la valorisation du domaine de l’Eau salée (la Salz), sur la commune de Sougraigne que tu connais très bien…

Pourrais-tu nous en parler un peu ?

Nous sommes évidemment intéressés par cela pour plusieurs raisons.

Il se trouve, et cela est très peu connu des chercheurs ayant travaillé sur l’Affaire de Rennes…

… que Paul-Urbain de Fleury, dont on connait évidemment les connexions puissantes avec le mystère audois, fut aussi Seigneur de Sougraigne, et que la famille de Marie Dénarnaud était originaire, elle, de Sougraigne également, elle y avait même des terres en fermages depuis de très nombreuses années. Tu es le seul chercheur à avoir corrélé et surtout écrit sur ces deux aspects-là - (Fleury - Sougraigne - Dénarnaud - Saunière...).

Jean-Pierre MONTEILS // Oui, effectivement, parmi mes nombreuses missions concernant le développement local et touristique, j’ai été chargé de plusieurs opérations qui consistaient à sauver et à mettre en valeur le site des sources de la Salz.

Avec l’équipe qui est devenue par la suite l’association « Salicorne ».

Association qui a en charge aujourd’hui d’ailleurs la gestion du site, nous avons travaillé durant plusieurs années aussi bien, sur l’histoire de la contrebande du sel que sur l’exploitation des mines de jais…

Et bien sûr, surtout les verreries forestières…

Il s’en est suivi, entre autres, la magnifique restauration du grand four des salines…

Cela fut réalisé grâce à la DRAC et à de nombreux bénévoles et c’est à cette occasion que j’ai d’ailleurs écrit « La rivière au bois dormant » qui déborde largement le seul site des sources en survolant notamment l’histoire de quelques unes des grandes familles du Razès.

Thierry E. GARNIER // Il m’apparaît très important pour finir cet entretien d’évoquer ce petit village de Rennes-le-Château, qui a été pour nous deux une très grande partie de notre existence, un « lieu d’attache » si je puis dire, ainsi que - et entre autres - un lieu de mémoire et d’affection géographique et littéraire.

Nous y avons beaucoup de souvenirs…, d’anecdotes et d’histoires à raconter selon des périodes de nos vies respectives bien différentes.

Nous avons appris tous deux, récemment, que le village pouvait peut être changer d’aspect...

Après la tombe voyageuse de l’abbé Saunière, épisode sombre sur lequel je ne reviens pas ici, avec notamment la fameuse affaire du Missel…, il y aurait maintenant la volonté du maire, Alexandre Painco, de faire des travaux dits de « rénovation » sur le chemin d’accès menant à l’église, le cèdre du jardin serait abattu…, car il menace l’église, nous dit-on ?

Cela paraît à la fois étrange, et pour le moins malheureux, je voudrai te poser cette question de façon particulière, à la fois au chercheur que tu es, mais aussi au spécialiste en Urbanisme et en collectivités territoriales, (conseils généraux, conseils régionaux, municipalités, etc.), quel est ton sentiment sur un tel projet de démolition ou de rénovation, comme l’on voudra ?

Jean-Pierre MONTEILS // Je serai très prudent dans ma réponse ne connaissant pas du tout les conditions ni la nature des travaux prévus.

Ce que je peux dire de manière claire c’est d’une part qu’un village vivant a le droit et le devoir de maintenir en permanence un cadre agréable et confortable pour ses habitants et ses visiteurs mais tout aussi fermement qu’il est indispensable de préserver au maximum un patrimoine qui appartient à tous, y compris aux personnes qui n’habitent pas en permanence les lieux mais qui les aiment et fréquentent.

À ce sujet juste une remarque il ne viendrait pas aux Parisiens l’idée de revendiquer pour eux seuls la Tour Eiffel, les Invalides ou l’Arc de Triomphe. La situation est la même pour le patrimoine de Rennes-le-Château.

Il faut savoir que ce genre de situation est extrêmement fréquente en France je l’ai rencontrée plusieurs dizaines de fois dans tous les coins du pays. La seule façon d’en sortir de manière intelligente et profitable à tous c’est la participation et une information active de la part de la municipalité qui appellera, je n’en doute pas, des réactions positive de la part des interlocuteurs.

En démocratie il n’y a pas d’autres façons d’agir, ce n’est certes pas la plus facile mais il n’y en a pas d’autres.

Thierry E. GARNIER // Aux dernières nouvelles et sous la pression des chercheurs, défenseurs du Patrimoine local, ô combien, le Maire Painco aurait semble-t-il reculé et totalement réformé son idée première… !

Et c’est tant mieux !

Mais nous resterons quand même informés…

Autre sujet, nous avons bien connu tous les deux Georges Girard.

Celui-ci fut détenteur de la « Cigale d’Or », en tant que Majoral du Félibrige, Société occitane haute en couleurs qui n’est certes pas seulement la société traditionaliste que l’on croit connaître, mais qui est bien d’autres choses encore...

Georges Girard fut aussi, nous le savons, le biographe attitré d’Emma Calvé qu’il avait d’ailleurs bien connue dans sa prime jeunesse.

Je raconterais un jour des confidences de Georges Girard, sur Emma Calvé, lorsque j’allais le visiter à la fin de sa vie dans sa maison de retraite de Millau...

À ce sujet, et en guise de conclusion, tu as actuellement plusieurs projets d’exception en cours pour les éditions Arqa, notamment un ouvrage important concernant tes travaux personnels de recherches, toujours renouvelées et très actuelles, sur les Sociétés discrètes et secrètes…

-  Peux-tu nous en livrer quelques éléments ?

Sans bien sûr trop en dire… !

Jean-Pierre MONTEILS // C’est vraiment un peu tôt pour en parler et je ne crois pas qu’annonce vaut travail.

Ce sera effectivement autour des sociétés dites secrètes mais dans une perspective et sous un angle particulier.

En tout cas, pour moi tout doit être relié, il ne m’est désormais plus possible de faire autrement. Des résonnances sont à attendre mais justement, attendons.
Contrairement à ce que le plan du sensible (donc imparfait) cherche à nous faire croire, rien ne presse, tout est déjà là, tout.

Si tu me permets justement, puisque tu cites Georges Girard, de terminer par une citation de Frédéric Mistral, voici ce que disait sous l’étoile à sept rayons le maître de Maillane :

« Si ce n’est aujourd’hui, ce sera demain : rappelons-nous que la patience est le pilier de la sagesse ».

ARQA éditions // INTERVIEW de Jean-Pierre MONTEILS POUR LES CHRONIQUES DE MARS © 17 JANVIER 2019.


Les Bergers d’Arcadie // Le 17 janvier – Une date bien énigmatique

Thierry E. GARNIER // « L’ABrégé de RLC »

Chroniques de Mars // « Qui est Géraud de Barail ? »

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 1

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 2

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 3

Entretien avec Jean-Pierre MONTEILS // Rennes-le-Château – « De l’Île Rouge au Roc Noir » # 4

Jean-Pierre MONTEILS // « Serpent rouge & Serpent vert » - Une photographie inédite

Thierry E. GARNIER // « L’Arcane du Roc Noir » - Préface de l’Éditeur

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Île Rouge » - Préface de 2009

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » - Préface de 2019

Thierry E. GARNIER // Jean PARVULESCO et « L’Île Rouge »

Patrick RIVIÈRE // Un courrier d’Yves LIERRE à Jean-Pierre MONTEILS

Jean-Pierre MONTEILS // Une photo inédite de la tombe de Paul Urbain de Fleury à RLB en 1965

Jean-Pierre MONTEILS // Une photo inédite du tombeau d’Arques en 1968

Jean-Pierre MONTEILS // Documents inédits - Les cartes messes de l’abbé Saunière

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » # 1

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » # 2

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du Roc Noir » # 3



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.