Accueil > WebZine > L’ABC de RLC - Archives > >[ARTICLES INÉDITS - ARCHIVES & DOCUMENTS INÉDITS] > Thierry E. GARNIER // « L’ABrégé de RLC » #2

Thierry E. GARNIER // « L’ABrégé de RLC » #2

DEUX LIVRES à découvrir ce mois-ci sur le site des éditions Arqa

Jean-Pierre MONTEILS // « L’Arcane du roc noir »

Thierry E. GARNIER // « L’ABRÉGÉ de RLC »


LES CHRONIQUES DE MARS
- WebZine en Histoire, Tradition, Hermétisme.


« L’ABrégé de RLC »

* * *

Après « L’ABC de RLC - L’Encyclopédie de Rennes-le-Château », publiée en 2008 avec 12 auteurs, 684 pages, 813 entrées sous forme de dictionnaires, 85 planches illustrées pleine page, 1000 photographies et documents d’archives, dont de nombreux inédits, voici avec « L’ABrégé de RLC », résumée en 12 pages, au format carte postale, pour la somme de 5€, l’intégralité de l’Affaire du « curé aux milliards » racontée avec acuité et sérieux - depuis l’arrivée de Bérenger Saunière à la cure de RLC jusqu’à la sortie de « L’Or de Rennes », de Gérard de Sède, en 1967…

Un contexte historique et géographique

« Il y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des événements. » Honoré de Balzac

* * *

Si la région audoise possède de nombreux atouts touristiques, de paysages, de randonnées, de terroirs et d’Histoire, il faut bien reconnaître que le petit village de Rennes-le-Château n’y est pas pour rien non plus et apporte, à lui tout seul, un écot favorable à une région fortement ancrée dans les légendes templières et cathares, et dans une tradition séculaire qui voit le royaume de Septimanie servir de toile de fond à une saga si extraordinaire qu’elle a permis à des générations de chercheurs de trésors de revisiter un patrimoine historique riche en péripéties en tous genres.

Dès l’époque romaine, prolongeant la via Domitia, la via Aquitania pénètre fort loin en territoire Celte, chez les Volques-Tectosages qui participèrent, comme on le sait, au pillage du sanctuaire de Delphes en 279 avant Jésus-Christ. En effet, le butin considérable rapporté par ces tribus gauloises fut ensuite qualifié « d’or de Toulouse » par les historiens, et ce trésor inestimable est le premier d’une longue série à pouvoir prétendre être celui qu’aurait possiblement découvert l’abbé Saunière.

Au Ve siècle, les Wisigoths, peuple arien qualifié de « barbare », nommé aussi Goths sages ou Goths de l’Ouest, tous issus de Germanie, occupent durablement le sud de la Gaule et leur royaume s’étend des deux côtés des Pyrénées. Selon l’historien Louis Fédié, l’antique Rhedae qu’il associe à Rennes-le-Château est encore appelée la « Cité des chariots » ; elle doit son nom selon cet auteur à la manière dont les campements wisigothiques et les oppida de l’époque s’élaboraient de manière fortifiée en haut de promontoires naturels.

Autre étymologie possible, l’archéologue Louis Alexandre Du Mège prétend, lui, que le nom de « Rhedae » viendrait du celte « aer-red » qui symbolise la vouivre fugitive révélant à la surface de la terre les forces chtoniennes et la géobiologie du lieu - pour ceux qui peuvent subtilement s’en approcher par d’autres moyens que les cinq sens. Au IXe siècle, le Razès devient un comté carolingien et cette terre de combats farouches accueille les descendants de la « première race » des rois francs. De ces familles mérovingiennes ancestrales, un rejeton, Sigebert IV, parfois présenté (…)

(Extrait du livre « L’ABrégé de RLC »)

LES CHRONIQUES DE MARS © WebZine gratuit sur Internet - K2Mars numéro 30 - mars 2019.



Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.