Accueil du site > Le Blog > 22/2/2013 [Babylone au Vatican]

22/2/2013 [Babylone au Vatican]

Sur les ailes de l’Ange

On se souvient de l’agonie papale qui avait été celle de Jean-Paul II, lors de sa fin de vie au Vatican, forçant par là l’admiration de millions de catholiques. Pour Jean-Paul II, « démission » rimait avec « désertion ».

Comme pour tous ses prédécesseurs depuis… le moyen-âge, pour Jean-Paul II la fonction même de droit divin obligeait la charge pontificale à s’exprimer de façon pleine et entière jusqu’à la toute fin de sa vie terrestre. Autant dire que la démission de Benoit XVI, loin de forcer l’admiration a plutôt extrêmement étonné, c’est le moins que l’on puisse écrire, d’autant que les raisons invoquées ne semblaient pas tout à fait probantes eût égard aux dernières sorties publiques du pape qui paraissait somme toute, certes diminué, mais néanmoins en possession de ses moyens physiques et intellectuels…

Faisant état de la « magie des intersignes », nous avions signalé comme beaucoup notre étonnement de voir le jour de la démission du Pape, le dôme du Vatican touché à trois reprises par la foudre et sur le Blog d’Arqa, nous rendions compte les jours suivants, sans faire de liens bien sûr, de la pluie de météorites qui loin d’être anodine touchait, outre la Russie, de nombreux points du Globe : Cuba, l’Arabie Saoudite, la Californie, la Floride, le Brésil, la France… sans compter l’astéroïde "2012 DA14" qui le même jour, à l’échelle de l’univers, a frôlé la Terre d’un cheveu… Or qu’elle ne fut pas notre surprise de prendre connaissance cette semaine de l’œuvre du plasticien italien Maurizio Cattelan, sculpture réalisée en 1999, qui voit un météorite réduire en bouillie le pape Jean-Paul II…

L’œuvre est iconoclaste certes, mais n’aurait-elle pas aussi un certain talent prémonitoire ? Comme si la prophétie sur la lignée des Papes de saint Malachie pouvait avoir une certaine incidence voire cohérence sur la fin programmée des souverains pontifes au Vatican ? Un pape démissionnaire, un astéroïde à la dérive, une œuvre d’art iconoclaste, une prophétie oubliée, voilà bien une liste à la Prévert, plutôt qu’une information journalistique… ! Alors quoi ? Suivons quand même la piste et les intersignes…

Par la magie des intersignes…

En attendant d’appeler le Padre Pio à notre secours…, revenons un instant sur la démission éclair et surprise de Benoit XVI… ne voilà-t-il pas que dans le même temps on apprend que Benoit XVI se débat avec un scandale politico- financier d’une ampleur sans précédent touchant au cœur le Vatican et qui ne manquera pas de faire non pas des vagues, mais bien un tsunami d’une envergure encore jamais vue dans les prochains mois et dont l’Eglise catholique aura bien du mal à se remettre…

Un lobby gay au Vatican...

Et ne voilà-t-il pas, à la suite... - last but not least - comme le révèle aujourd’hui la Repubblica que des réseaux homosexuels touchants de très nombreux cardinaux au Vatican sont mis à jour dans le même temps ! Et que ces derniers seraient soumis à des chantages de la part de laïcs. Une découverte qui aurait précipité la décision du pape de renoncer à sa fonction…Informations que les meilleurs exégètes connaissaient depuis longtemps, mais les temps sont venus où tombent les masques et… les mitres.

Sans revenir aux prêtres-pédophiles ou aux graves accusations du père Gabriele Amorth (1), ne voilà-t-il pas alors que l’on se remémore le dernier scandale, pas si lointain que cela…, du majordome du Pape et ses révélations hautement sulfureuses sur les pratiques politico-financières de l’état pontifical. Comme si le balai des intersignes se mettait en place irrémédiablement pour nous rappeler à nouveau la prophétie mariale d’Akita relayée par le père Martin signalant que : « le dernier Pape sera sous le contrôle de Satan »…

Et ne voilà-t-il pas que l’on se souvient alors (en attendant le futur pape), que celui qui sera camerlingue de la Sainte Église romaine le cardinal Tarcisio Bertone est bien celui qui a « transfiguré » à sa manière le troisième secret de Fatima, nous voulons dire qu’il a en réalité "fabriqué" de toute pièce, en 2000, un faux indubitable, comme le démontre Pierre Jovanovic dans son livre (2), une manipulation orchestrée en compagnie d’un certain cardinal… Ratzinger.

Magie des intersignes quand tu nous tiens… les explications obscures tiennent lieu de lumières dans la nuit.

ZE BLOG

(1) Comparativement, les frasques d’un Dominique Strauss-Kahn font figure de péché véniel. Le père Gabriele Amorth, 85 ans, met en cause le défunt Mgr. Simeone Duca, ancien archiviste du Saint-Siège, qui aurait été l’organisateur de parties fines à Rome, voire dans la cité vaticane. Il l’accuse indirectement du meurtre d’une jeune fille de 15 ans, Emanuela Orlandi, disparue en 1983 et présumée enterrée secrètement dans la crypte de l’église Sant’Appolinare, dans le cercueil d’un capo mafieux, Enrico De Pedis.

(2) Pierre Jovanovic - N-D de L’Apocalypse ou le troisième secret de Fatima, Le Jardin des Livres, 2008.