Jean-Marc ROLLAND // Décontamination nucléaire au pays des mangas

Enfumage et intoxications radioactives à Fukushima

S’il y a bien une entreprise de démolition programmée et d’enfumage de haut niveau, au Japon, dans la centrale de Fukushima Daiichi, c’est bien celle de l’entreprise TEPCO en charge de régler « les petits problèmes » qui ne cessent de s’accroître depuis le début du cataclysme, épouvantable drame qui a marqué l’effondrement de la centrale nucléaire nippone et la prise de parole des dirigeants de TEPCO (Tokyo Electric Power Company), totalement dépassés par le dramatique état des lieux et qui n’ont de cesse depuis lors d’enfumer au maximum les différents services en charge d’enquêter et de s’informer véritablement sur la réalité des dégâts exacts occasionnés par le Tsunami et surtout la manière de revenir – si cela se peut un jour – à la « normale »….

J’avais eu l’occasion pour « les Chroniques de Mars » en septembre 2012, et c’était il y a plus d’un an (!) de signaler que les meilleurs spécialistes mondiaux considéraient que la plus simple des solutions était de « s’en remettre à la prière »… (sic) !

Un petit rappel des faits sur la folie des hommes et sur la tendance du moment s’impose cependant avant de passer à la suite de notre propos..., avec ce petit film fort éclairant sur les turpitudes de TEPCO... et ce commentaire fort édifiant de David Schindler, en attendant l’évacuation de la côte ouest des USA, signalant que la probabilité d’un nouveau tremblement de terre de magnitude 7, dans la zone de Fukushima, lors de la prochaine décennie est de l’ordre de... 95 % !

Fukushima mon amour…

On s’aperçoit aujourd’hui que les autorités en charge de ce désastre nucléaire ont tout simplement décidé – dans le plus grand silence des gouvernements mondiaux – c’est plutôt notable… de rejeter l’EAU RADIOACTIVE… dans l’océan, tout simplement !

Rappelons au passage le témoignage sidérant de cet employé de TEPCO racontant cette scène hilarante et prise sur le vif dans la centrale japonaise encore sous le choc en 2013, il y a seulement quelques semaines : « J’étais à la centrale au début de l’année quand j’ai vu un rat grignoter des câbles et l’alimentation de plusieurs cuves de combustible a été coupée. Je m’étais dit : comment un seul rat peut causer un si grand problème... ? »

« L’homme en charge du nettoyage de la centrale nucléaire japonaise ravagée de Fukushima a indiqué dans une interview exclusive que les centaines de milliers de tonnes d’eau contaminée seront éventuellement déversées dans le Pacifique. »

Il faut dire en outre que les mois derniers, et contre toute attente, on signalait sur le site « pestiféré » qu’un réservoir de stockage avait déjà libéré à la mer plus de 300 tonnes d’eau contaminée… TEPCO avait alors déclaré que selon les résultats d’analyses enregistrés, ceux-ci présentaient des substances radioactives comme le strontium qui avaient alors atteint également la nappe phréatique. En octobre dernier ce sont les niveaux de radioactivité dans un autre puits à proximité d’un réservoir de stockage de la centrale nucléaire de Fukushima qui « disjonctèrent »… Suite à cet incident, TEPCO a communiqué sur le sujet en révélant que le taux de radioactivité relevé était sur le moment 6 500 fois plus élevé que les relevés précédents - qui eux-mêmes étaient déjà bien supérieurs à la normale !

Dernièrement, au mois de novembre 2013, TEPCO afin sans doute de faire redescendre la température, non pas dans la centrale, je vous rassure, mais dans les médias a commis une animation 3D pour expliquer que « tout était sous contrôle » - moyennant quoi, un des meilleurs experts du moment Arnie Gundersen s’est aussitôt alarmé de l’enfumage en perspective et s’est cru illico presto autorisé à signaler tous les égarements de la société nippone qui apparemment fait très fort pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes et des des fuites radioactives pour feux de bengale...

Under contrôle - Banzaï ! ! !

Quant aux derniers rebondissements en date…, le 23 octobre dernier, un journal Suisse, annonçait l’impensable, du poisson contaminé au césium 137 de Fukushima aurait été retrouvé en vente sur les étalages des grands magasins suisses avec ce titre alarmant "In Schweizer Läden gibts Fukushima-Fisch".

S’agissant du Japon, on s’aperçoit sur place qu’au pays des mangas ce sont les yakuzas qui font la loi… ! … et envoient au casse-pipe les « rebuts de l’humanité » nippone : ouvriers jetables, Sdf, chômeurs longues durée, débiles mentaux et débiteurs de dettes de jeu… pour faire le sale boulot de décontamination dans la centrale largement radioactive... Fallait juste y penser !

A la grande époque bénie de Tchernobyl, les russes, eux au moins, avaient envoyé le meilleur de leurs troupes de choc, en hélicoptère, au dessus du sarcophage nucléaire pour se sacrifier pour la patrie… Comme quoi la grande tradition japonaise des nobles guerriers samouraïs et des honorables kamikazes se faisant Harakiri est bien révolue au pays du soleil levant…

Les temps changent… L’Humanité se ramollit...

Que l’on ne s’y trompe pas et nous aurons l’occasion d’y revenir…, considérant que les prochaines cinquante années ne suffiront pas à décontaminer totalement la zone sinistrée par la pollution nucléaire indélébile… – le cataclysme annoncé ne fait que débuter, et nous sommes encore aujourd’hui, beaucoup plus proche du début des ennuis que de la fin… qui, elle, nous pend au nez et nous promet bien des surprises non encore évoquées ici. Aux dernières nouvelles tous les thons rouges examinés au large de la Californie sont tous contaminés par le rayonnement radioactif de Fukushima...

Jean-Marc Rolland // novembre 2013 © pour les Chroniques de Mars No 13.


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.