Chroniques de MARS - Du décryptage du disque de Phaistos au manuscrit de Voynich

Le disque de Phaistos décodé

La nouvelle tombe à l’instant sur nos téléscripteurs, mais elle est à prendre avec des pincettes de plus d’un mètre de long, depuis une chambre isolée des rayonnements médiatiques et en ayant bien conscience que l’information vient de médias grand public pour qui tout est bon pour vendre : on aurait déchiffré le disque de Phaistos !

Pour ceux qui n’auraient jamais eu la chance de voyager en Crète, et croyez-moi c’est une très belle île, à la fois pour les amateurs de vieilles pierres et pour ceux qui préfèrent les plages ensoleillées, le disque de Phaistos est la plus ancienne trace de typographie, au sens propre, puisqu’il s’agit d’un disque d’argile sur les deux faces duquel ont été imprimées en creux, du gaufrage donc, deux spirales de caractères. Le décodage de ces caractères est resté jusqu’à présent une énigme, puisqu’on ne sait ni comment les décoder, ni même quelle langue ils représentent. Comme de plus, le disque de Phaistos est le seul document portant cette écriture, le mystère est resté complet quant à la signification de ce qui y est écrit. Certains archéologues, au vu de la technique utilisée, l’impression à l’aide de typons dans de l’argile fraîche et de l’unicité de cette écriture, ont même suggéré qu’il puisse s’agir d’un faux.

En tout cas, deux chercheurs annoncent aujourd’hui par voie de presse l’avoir déchiffré en dépit de ces difficultés. Et pourquoi les pincettes ?

Parce que plusieurs signaux d’alarmes se sont déclenchés lors de la lecture de l’article présentant la découverte...

On nous parle tout d’abord de similitude avec la pierre de Rosette, similitude que je peine à trouver puisque la pierre de Rosette, à l’opposé du disque de Phaistos, porte le même texte en trois écritures différentes, ce qui a permis le déchiffrement des hiéroglyphes... Ce n’est absolument pas le cas du disque de Phaistos, sinon le déchiffrement aurait déjà été fait depuis longtemps. On nous parle ensuite d’un « CD-ROM antique » dont personnellement à part la forme ronde et l’écriture en spirale, je ne vois rien de commun entre une galette de polycarbonate gravé par un ordinateur portant un langage ultra-simpliste de 0 et de 1, et ce superbe document de 245 caractères.

Enfin, les deux chercheurs annoncent triomphalement avoir décrypté le disque… mais n’en donnent pas le texte, leur article ne dévoie qu’un seul mot, le mot « mère » !

Bref, le coté vulgarisation à outrance de tout ceci me semble bien une nouvelle tentative de créer un de ces « buzz » dont internet est friand et qui permettra aux chercheurs brutalement portés sous les sunlights d’obtenir à leur tour leur quart d’heure de célébrité.

Et sans doute aussi, me souffle mon mauvais démon, une augmentation de leur budget de recherche. Les nombreux prétendants au décodage du manuscrit Voynich dont nous nous sommes nous-mêmes fait l’écho de nombreuses fois, ont tout autant usé et abusé de ce genre d’annonces !

De toute façon je sais très bien depuis longtemps que c’est un jeu de l’oie antique !

Le Manuscrit de VOYNICH

Tel un serpent de mer qui apparait une fois de temps en temps, tel les marronniers qui encombrent notre presse magazine (les salaires des cadres, le mal de dos, le classement des hôpitaux, des lycées…) le manuscrit Voynich revient au premier plan de l’actualité, mais cette fois-ci c’est pour notre plus grand plaisir. Enfin le plaisir de ceux qui se trouvent assez payés, qui n’ont pas mal au dos et se fichent des classements sur des critères plus ou moins bidons, quand ils ne sont pas financés par ceux-là même qui prétendent se faire casser « objectivement ».

Donc à découvrir sur Arte pendant encore quelque jours grâce à la magie d’internet, un documentaire sur ce célébrissime manuscrit dont nous avons déjà moultes fois parlé dans cette colonne. Vous ferai-je l’outrage de vous le représenter ? Sachez simplement que c’est un manuscrit qui concentre tous les ingrédients du mystère : son auteur n’a jamais pu être identifié, sa provenance est loin d’être éclaircie, il reste nombre de trous noirs dans son histoire mouvementée et surtout, il est écrit dans un alphabet, si c’en est un, totalement inconnu et à nul autre pareil, comprenant des illustrations dont le style semble venir d’un autre monde, même si on y voit de ci de là quelques figures reconnaissables. Bref, un idéal de casse-tête pour tous les cryptographes amateurs ou professionnels qui ne se sont pas privés d’émettre un nombre incroyable d’hypothèses sur ce qu’il signifie réellement, depuis, bien entendu, les extra-terrestres, les illuminati ou tout autre ordre secret, un fou littéraire ou bien tout simplement le canular du millénaire !

Profitez donc vite de ces quelques jours pour visionner ce documentaire, je doute qu’il apporte quoi que ce soit de nouveau au dossier déjà fort épais de tous les mystères qui entourent ce document mais au moins, il nous distraira intelligemment pendant une petite heure...

* * *

MadMacs & les Chroniques de Mars - numéro 15 - novembre 2014.

THESAVRVS // Agneau – Air – Alpha - Alphabet grec - Alphabet romain – Âne – Ange - Année solaire – Anthropologie – Apocalypse – Argent - Art poétique - Astronomie – Berger – Bible – Boaz – Bœuf - Carl-Gustav Jung – Carré - Cartographie céleste – Cène – Cercle – Chiffres – Christ – Cœur – Couleurs – Coupe Coutumes – Croix – Cromlech - Cycle lunaire – Désert – Divinations – Dolmen – Dragon – Eau – Etrusques – Feu – Figures – Formes – Gestes – Graal – Hébreux – Histoire – Jakin – Lion – Mains – Mégalithes – Menhir – Mère – Miel – Montagne – Myrrhe – Mythes - Mythes fondateurs - Nature des symboles – Nombres – Nombres – Omega – Or – Pain – Paradis – Phénicien – Poissons – Pythagore – Pythagorisme – Religions – Rêves – Runes – Sang – Sel – Serpent – Signes – Soleil - Souffle – Sumbolon – Symboles - Symboles chrétiens primitifs - Symboles dans la Bible – Symbolisme – Taureau – Temple – Terre – Tradition – Triangle – Veilleur – Vin – Zoé //


Textes & photos © Arqa ed. // Sur le Web ou en version papier tous les articles présentés ici sont soumis aux règles et usages légaux concernant le droit de reproduction de la propriété intellectuelle et sont soumis pour duplication à l’accord préalable du site des éditions Arqa, pour les textes, comme pour les documents iconographiques présentés.